Le satellite Explorer I





""Le premier satellite terrestre américain""

La réponse à Spoutnik 1 et 2
                                                                                                                        Maquette Glencoe Models au 1/6.  Réf: 05901 




Tous mes grands remerciements à Jean-Henri pour la traduction de la notice


                                                    Historique:  En 1955, les Etats-Unis et l'URSS annoncèrent tous deux leurs projets de mise en orbite de satellites terrestres durant l'Année Internationale de la Géophysique 1957-1958. Les Etats-Unis choisirent la fusée VANGUARD développé pour la NAVY comme lanceur officiel pour le concept militaire nommé ORBITER. Les succès obtenus par la Russie lors de la mise en orbite  des Spoutnik 1 et 2, en octobre et novembre 1957 incitèrent le Président EISENHOWER à donner son feu vert à l'Agence Militaire des Missiles Balistiques (A.B.M.A.) pour préparer un essai de lancement de satellite afin de pallier les retards et les échecs du programme VANGUARD. L'explosion sur la plate-forme de lancement d'un lanceur de satellite VANGUARD le 6 décembre 1957 à Cap Canarveral avait placé les préparatifs de l'ARMY au centre de l'actualité internationale.  
Le lanceur VANGUARD n'a pas eu que des échecs, un exemple la fusée décolle, dans quelques instants le satellite PAMPLEMOUSSE sera sur orbite !.  Source: Les dossiers Espace de Wim Dannau


4 octobre 1957 : L'URSS réussit le lancement du premier satellite artificiel 
"Spoutnik 1"(58 cm de diamètre, 84 kg.  Source: La Conquête de l'Espace

Photo de mauvaise qualité je m'en excuse. 3 novembre 1957 "Spoutnik 2" (508 kg) emporte la chienne Laïka, qui va vivre sans dommage une semaine en apesanteur avant de mourir d'épuisement
Source: Les fusées par Win Dannau, aux Editions Marabout Flash  
La chienne Laïka : premier vivant sur orbite; première victime de la conquête de l'espace. S: Les D.E
                                                    L'A.B.M.A. était assistée par le laboratoire de Propulsion par Réaction (J.P.L.) en Californie. Travaillant sur une date butoir à 90 jours, l'ARMY prépara un propulseur orbital nommé JUPITER C alors que JPL oeuvrait fiévreusement à la réalisation des 3 étages supérieurs du moteur à carburant solide du lanceur ainsi qu'à sa charge utile, le satellite baptisé ultérieurement Explorer I. Afin d'en simplifier la conception et la construction, on opta pour une forme cylindrique permettant ainsi de l'adapter à l'embout de 4ième étage de la fusée JUPITER C.
                          Un anneau de fibre de verre doté d'antennes fouets de 22,5 inches assurait la jonction entre la section avant du moteur de la fusée et la tranche arrière du compartiment instruments. La section instruments abritait un émetteur forte puissance de 60 milliwatts alimenté par une batterie ayant 4 semaines d'autonomie et un émetteur faible puissance de 10 milliwatts chargé de produire des signaux pendant près de 4 mois.
                          Dans le compartiment charge utile, à l'extrémité du compartiment moteur, des microphones sensibles et des fils de mesure métalliques enregistraient les impacts de micro-météorites. Quatre sondes mesuraient les températures de la coque et de la charge utile. De loin, l'instrument le plus important était un compteur Geiger; conçu par le docteur James VAN ALLEN de l'Université de l'IOWA, il servait à mesurer les rayonnements cosmiques. Le satellite, d'une longueur de 80 pouces et de 6 pouces de diamètre pesait 30,8 livres en orbite.
                          Alors que la section arrière du moteur était peinte en blanc, la coque du satellite, la section instrument et l'ogive en acier inoxydable étaient sablées, donnant ainsi un aspect foncé à l'ensemble, et revêtues de bandes d’oxyde d'aluminium assurant le contrôle de la température à l'intérieur du satellite.
                          Lancé à Cap CARNAVERAL depuis une fusée JUPITER C le 31 janvier 1958, EXPLORER I entra en orbite plus haute que prévue, 225 miles à son point le plus bas et 1954 miles à son point le plus haut par rapport à la Terre.
La fusée JUPITER C avec le satellite EXPLORER I.  Source: Les dossiers Espace
                          La boucle orbitale permit au compteur Geiger d'effectuer les premières mesures des bandes de radiations intenses entourant la Terre, baptisées depuis "ceintures de radiations VAN ALLEN". Deux autres satellites semblables à EXPLORER I, mais emportant à leur bord un compteur Geiger plus sophistiqué ainsi qu'un enregistreur sur bande furent mis sur orbite en 1958 : EXPLORER III le 26 mars et EXPLORER IV le 26 juillet.
EXPLORER III mis sur orbite le 26 mars 1958.  Source: Les fusées aux Editions Marabout Flash
                          EXPLORER I est resté en orbite pendant plus de 12 années, et fut détruit par incandescence lors de son entrée dans l'atmosphère, au dessus de l'Océan Pacifique le 31 mars 1970 après avoir effectué 58408 rotations autour de la Terre. A cette occasion, le défunt Dr. Wernher Von BRAUN déclarait : ""Comparé aux normes actuelles d'EXPLORER I, j'ai fait un faible premier pas dans l'espace. Mais, en ce jour c'est l'accomplissement exceptionnel, grâce à ces informations, de positionner le monde libre dans la course pour l'espace"".
                                                              Théodor TALAY. 
                                                           Space frontiers, editor 
EXPLORER I : Le premier satellite lancé avec succès aux Etats-Unis.  Source: Les dossiers Espace
                          La maquette:  C'est un moule d'origine ITC Model Craft paru à la fin des années 50, (ce kit qui est extrêmement rare dans sa version ITC). La marque Glencoe a rachetée certains moules dans les années 80.
                          Cette maquette n'a pas pris une ride, pas une bavure, le plastique se travail parfaitement. Avec un nombre de 38 pièces plus les quatre antennes fouets, le tout moulé en plastique blanc.
                          Un mot sur la notice en anglais qui nous raconte l'histoire d'EXPLORER I, là je remercie encore mon collègue Jean-Henri pour la traduction, car sur les livres ou les revues pas grand chose sur le premier satellite américain.
                          Dans la boîte un gadget comme dans toutes les productions de maquettes des années 50/60, j'appelle cela la boîte à musique où l'on peut mettre le satellite dessus, ouvrir le satellite et le faire tourner.
La boîte ITC.  Source: Fantastic Plastic. Spacecraft et Missiles
La boîte Glencoe Models
Les 38 pièces et les antennes qui composent le satellite EXPLORER I
Nick Argento qui créa Glencoe Models au milieu des années 80, en compagnie de son ami Andy Yanchus (un ancien d'Aurora qui collabore maintenant à de nombreux magazines américains), c'est grâce à eux si aujourd'hui nous retrouvons sur la marché, les anciens moules Lindberg, Lincoln, ITC, Hawk, Strombecker et Archer, merci à eux. 
                                                    Le montage:  Pas grand difficulté pour monter ce modèle, le socle de présentation mérite une attention pour la pièce n°4, où il faudra bien la coller, si on veut entendre le bruit caractéristique d'une boîte à musique.
La boîte à musique, je l'ai mise en peinture gris tempête, mais çà chacun fait selon son goût
                                    Pour les étapes 6 et 7 tout s'assemble à merveille, les pièces n°18 deux fois s'assemble l'une dans l'autre. (J'ai fait la peinture avant l'assemblage.
                          L'étape 8 est une formalité, par contre pour la peinture des crans des pièces n° 26 et 28, elles seront en peinture noire.
                          L'étape 9 et 10, déjà mettre en peinture blanc brillant la pièce n°31, se servir du Tamiya Masking Tape et faire les bandes noires, ensuite coller les pièces n°6-7 et 8, je vous conseil de faire la peinture avant cet assemblage. 
                                       L'étape 11, le collage de la pièce n°33, la pièce n°36, c'est pareil que l'opération décrit ci-dessus, faire avant la peinture en blanc brillant pour la pièce n°36, puis se servir du Tamiya Masking Tape et faire les bandes noires,reste à coller la pièce n°33 qui aura été mise en peinture bronze avant.
                                        Reste le cône pièce n°37, c'est le plus dur de la maquette, j'ai recommencé plusieurs fois, car à cause du Tape Tamiya, la peinture s'enlevait. Pourtant je le faisais adhérer plusieurs fois sur un bout de verre pour qu'il ne soit pas trop collant; çà m'est arrivé aussi pour les pièces n°31 et 36. Bien sûr à force on y arrive, il faut de la patience, donc pareil, j'ai mis le cône en blanc brillant, ensuite j'ai fait des bandes noires. 
                          Le final:  Il ne reste que les petites bandes noires à faire autour, au milieu et en bas. Nous terminons par le décalque et une ou deux couches de vernis satiné. Il est impossible de faire joindre bien les bandes blanches face à face, je ne suis pas le seul, sur le web j'ai vu le même défaut, toutes mes excuses.
                                                                             Malafon 








































  

Le V-3 ou la Vergeltungswaffe n°3






"" LA POMPE A HAUTE PRESSION""

                                                                                                                                            Maquette en scratch au 1/72.   





Maquette réalisée par mon ami Patrice RIPAMONTI




                                                   Historique:  Le rêve obsédant d'Hitler de bombarder Londres sous une pluie incessante de projectiles faillit se réaliser grâce à une arme peu connue mais qui mobilisa des centaines de techniciens, deux centres d'essais et des milliers de travailleurs forcés. Son nom ? En réalité, il en eut plusieurs : Fernzielkanone (canon à cible éloignée), Fernkampfwaffe (arme de combat à distance), Vielkartuschengeschütz (pièce d'artillerie à gargousses multiples), Langrörhrkanone (canon à tube long), Tausendfüssler (mille pattes, baptisé ainsi par ses servants), Hochdruckpompe (pompe à haute pression, terme donné par Hitler). L'histoire s'en souviendra (si peu !) sous le nom de V-3 (Vergeltungswaffe n°3, arme de représailles n°3) en faisant ainsi le successeur officiel des V-1 et V-2.   
Le canon à sections "Hochdruckpumpe" montrant les chambres de tir
Source:   Les armes secrètes allemandes aux éditions Marabout.
                                    C'est en 1942, aux usines Röchling de Sarrebrück que l'arme commença à être étudiée par l'ingénieur August Cönders.
                          Le principe était assez simple : un obus ailé était propulsé par un canon long de 100 à 150 m. Pour atteindre Londres depuis la côte française, il fallait que cet obus sorte du tube à la vitesse de 1500 m/s. D'où l'idée d'équiper le tube, à intervalles réguliers, de branches latérales chargées de poudre. Ainsi, chaque fois que le projectile passait en face de ces embranchements, il recevait une poussée supplémentaire qui l'accélérait... Ce canon, vu son gigantisme, devait être installé à poste fixe, au flanc d'une colline inclinée à 55°...
                          Ce projet plu immédiatement à Hitler (Fascination du "Kolossal" ? Vieille obsession prussienne pour l'artillerie géante ,).
                          En tous cas, des essais furent conduits au polygone de Hillersleben et sur l’île de Misdroy. Ils furent décevants : soit l'obus ne sortait pas avec une vitesse suffisante, soit des sections du tube explosaient régulièrement... 

L'un des nombreux projectiles conçus pour le V-3, le canon à Multi-chambres. La bague de guidage avant, ainsi que la partie arrière jouant le rôle d'un piston, inutiles après la sortie du tube, retombait à terre abandonnés par l'obus.    Source:  Les armes secrètes allemandes , collection Hachette.  
                                   Ces déboires n'arrêtèrent pas le projet : un bunker géant fut construit près de Boulogne, à Mimoyecques : 50 canons V-3 devaient y être installés !. Leur culasse était à 105 de profondeur, les tubes ne dépassaient pratiquement pas du sol. Londres (distante de 150 km, devait recevoir un obus toutes les 6 secondes !... Nous avons personnellement visité ce site : il est impressionnant et ressemble à une véritable ville souterraine. Bombardé à partir de novembre 43, l'ouvrage géant sera dynamité par les anglais en mai 1945... 
La maquette en scratch de Patrice, une pièce de toute beauté,
je l'ai vu lors d'une exposition à Labry ou Jarny 54
"Pompe à haute pression HDP" et schéma explicatifs : A droite modèle à "croisillons droits" dont 1 est la charge propulsive et 2 les chambres rectilignes additionnelles. Voir à gauche, le schéma du modèle à "croisillons obliques".  Source : Le V-3 harcèle le Luxembourg par Lambert Grailet. 
                                       A défaut de pouvoir utiliser Mimoyecques,Hitler ordonna l'installation de modèles réduits (un fan ?...) du V-3 en Sarre (tout près de chez nous).
                          Baptisé "5-158 LRK 15 F58", il ne mesurait plus que 50 m de longueur avec 12 gargousses latérales. Le site choisi se trouvait près du petit village de LAMPADEN, à 42 km à l'Est de Luxembourg-ville. La cible était cette ville. Deux canons furent installés à flanc de colline.
                          Le 30 décembre 1944, au soir, le premier projectile (3,25 de long, 100 kg dont 8 kg d'explosif) partit vers Luxembourg. Cette nuit là, 28 obus furent tirés.
                          Les tirs se poursuivirent jusqu'au 22 février 1945, date à laquelle les V-3 furent démontés pour échapper à l'avance de la 10th Armoured Division US.
                          Au total, 183 projectiles partirent de Lampaden causant la mort de 10 personnes, en blessant 35... Les dégâts matériels furent faibles, on ne peut en dire autant des dégâts psychologiques dans une population soumise aux coups de cette arme aveugle...
                          Le projet d'installer deux autres V-3 pour bombarder Thionville n'eut pas le temps de se réaliser.
Type de canon LRK dont une version réduite tira, depuis Lampaden, 183 V-3 sur Luxembourg.  Source: Le V-3 harcèle Luxembourg par Lambert Grailet.
La maquette de Patrice en scratch
                         Réaliser, en scratch, une maquette est toujours un choix un peu spécial : il arrive en effet, très souvent, que quelques temps plus tard, un fabriquant la sorte toute prête... Cette mésaventure ne risque pas de vous arriver avec le V-3.  
                                      La maquette:  Au 1/72, le V-3 de Lampaden est quand même long de 70 cm... Il ne s'agit pas ici de donner toutes les étapes de la construction : le propre du "scratch" étant la liberté laissée à chacun de trouver les meilleures solutions à un problème et de faire mieux que la maquette déjà vue ailleurs. 
                   Sachez, toutefois, que nous avons de la chance(!) car le V-3 de la Sarre était du type "à gargousses perpendiculaires au tube" : cela facilite la construction...
                          Notez qu'une voie ferrée, à faible écartement, longeait le canon : elle avait servi à déplacer la grue de montage.
                                       Un problème avant et après la réalisation : la colline où était installé à demeure... J'ai choisi de n'en représenter qu'une tranche de 12 cm de large. On la réalise facilement en CTP de 8 mm. Après... Il faut la ranger à l'abri de la poussière. Et c'est encombrant un V-3, même au 1/72.
Caractéristiques du V-3 Lampaden
Longueur:  50 m.
calibre:  150 mm.
Nombre de gargousses:  12.
Inclinaison du tube:  34°.
                                                            Patrice/Malafon  
                           

                                               Plan du canon V-3 "le pompe à haute pression.  Source: Le V-3 harcèle Luxembourg de L Grailet                         























































                                    

                                                                                                                

                  

Le SAM A-7 Nike Ajax




Le tout premier missile sol-air américain
                                                                                                                    Maquette Revell au 1/32.  Réf: H-8648-0389. 





Historique: Les fusées et missiles d'aujourd'hui



                                                Historique:  Bien que rapidement dépassé en tant qu'arme, le pionnier des SAM fut l'un des grands missiles de l'histoire. En décembre 1953, le premier site de Nike, près de Washington DC, devint le premier système de SAM guidé au monde à devenir opérationnel. Elaboré comme SAM A-7 pour l'US Army, c'était nécessairement un système grand et encombrant selon des critères plus récents, les vastes équipements installés dans les sites exigeant des milliers de tonnes de béton et d'acier.
                          On aurait pu rendre le système mobile, par après, mais les spécifications originales ne concernaient que la défense des USA et des territoires alliés sans envisager les mouvements d'une armée en campagne. Une grande partie du stockage, des dispositifs de vérifications, et des logements des spécialistes était souterraine mais non blindée pour résister à une attaque nucléaire. La méthode de guidage était directement dérivée de l'AAA commandée par radar conçu durant la Deuxième Guerre mondiale, spécialement le contrôle de tir M-9 des canons de 90 mm.
                          Les premiers adjudicataires du M-9 avaient été Western Electric et sa principale filiale BTL (Bell Téléphone Laboratories); ils furent encore choisis pour réaliser le premier SAM de l'US Army. Les cibles étaient acquises par radar d'acquisition, qui, aux Etats-Unis depuis 1956, était relié au réseau SAGE (infrastructure semi-automatique d’alerte) qui utilisait d'énormes ordinateurs pour assigner chaque envahisseur à un intercepteur ou à un SAM déterminé.
                          Le radar d'acquisition transmettait la cible à un radar de poursuite de cible (TTR) qui nourrissait sans discontinuer des données de la cible, un gros ordinateur utilisant des tubes à vide (thermionic valves). Celui-ci sélectionnait à son tour un ou plusieurs missiles et commandait la lancement, amenant dans le même temps le missile dans le faisceau d'un radar de poursuite de missile.  
Un Nike Ajax sur le territoire américain.  Source: Science et Vie
                                                  L'ordinateur faisait alors coïncider les deux faisceau radar sur une position future de l'objectif, chaque faisceau étant bloqué sur la cible ou sur la missile. Lorsque le missile se trouvait juste sous le nez de l'appareil visé, la commande de mise à feu de la charge explosive lui état transmise par une variation de codage complexe des impulsions du faisceau.
                         Le missile avait une configuration "en canard" et possédait un grand moteur de décollage en tandem. Sur les premiers véhicules d'essai Nike 1, la poussée de lancement était assurée par de multiples moteurs courts équipés de quatre ailerons delta tronqués géants.
                         A partir de 1949, le missile devint très élancé, le moteur de départ étant un Hercules donnant 26 762 kg de poussée pendant 2,5 s, recevant trois ailerons de taille modeste. Bell Aircraft fabriqua le moteur de croisière acide (aniline de 1 179 kg de poussée). La vitesse en fin de combustion atteignait Mach 2,3. Le contrôle était assuré par les plans antérieurs cruciformes. Les trois têtes respectivement de 5,44, 81,2 et 55,3 kg, étaient composées de manière optimale de fragments cubiques de 6,35 mm de côté.
Une batterie de Nike Ajax sur leur rampe de lancement à Seattle
(Etat de Washington).  Source: Fusées et Astronautique
                            La fabrication de la cellule et l'assemblage du missile étaient réalisés par Douglas Aircraft dans un Army Ordnance Missile Point (usines de missiles de l'artillerie de l'Armée) à Charlotte, en Caroline du Nord. En février 1958, environ 16 000 engins avaient été livrés. L'Armée possédait 40 bataillons, chacun de 4 batteries de 9 ou 12 lanceurs. L'Armée baptisa le système M-1 et dans le nouveau système du DoD, l'Ajax devint MIM-3 et 3A. Le nom de Nike est celui de la déesse grecque de la victoire.
                     Dès 1957, des installations Ajax furent fournies à la Belgique, au Danemark, à la France, à la République fédérale allemande, à la Grèce, à l'Italie, au Japon, aux Pays-Bas, à la Norvège, à Taiwan et à la Turquie. Aucun de ces pays ne participa à la construction du système original bien que quelques-uns notamment le Japon, y furent intéressés.
Caractéristiques du SAM A-7 Nike Ajax
Dimensions:  longueur avec moteur de départ, 10m62. Diamètre, 385 mm. Envergure, 1m22.
Poids au lancement:  (avec moteur de départ) 1 114 kg (sans) 50 550 kg.
Portée:  40 km.  
Le Nike Ajax fut le premier missile sol-air à être mis en service: ses premiers exemplaires furent déployés sur un gigantesque emplacement de béton et d'acier à proximité de Washington en 1953. Conçu pour défendre le territoire des Etats-Unis, il était installé sur des sites fixes.  Source:  L'Encyclopédie des Armes.
                   Le montage:  C'est une réédition de 1958, Revell a remis sur le marché cette maquette en 1984, sous le label "The History Makers", les pièces ne présentent pas beaucoup de bavures, la maquette s'assemble à merveille.
                      La maquette se compose de 71 pièces moulée dans un plastique blanc, en ce qui concerne les figurines, moi je ne les ais pas mis, il faudra procéder par étapes comme pour tout ce genre de maquette.
                      Le Nike Ajax a été sortie par d'autres marques: 1/128 Monogram. 1/100 Roskopf Modelle RMM. 1/32 Revell, Frog Deluxe. 1/12.4 Estes.

 Le montage:  Pas moins de 22 étapes, pour la construction du missile sol-air et du pad de tir.
Etape 1-2 et 3:  Montage du vérin et du moteur du guide de la rampe, ne pas coller les pièces 25-29 et 30. Vérin en couleur argent, suivre le plan pour les peintures.
 Etape 4-5 et 6:  Montage du vérin sur le guide de la rampe et la mise en place du moteur, ne pas coller le vérin et les pièces 26 et 27, suivre le plan pour les peintures.
Etape 7-8-9 et 10:  Montage du tour du guide de la rampe de lancement et les pieds qui étaient encrés dans le béton armé, suivre le plan pour les peintures.
Etape 11-12-13-14 et 15:  Montage de la rampe sur le guide, ne pas coller la pièce 17, montage des pieds à l'arrière qui eux aussi étaient encrés dans le béton armé, suivre le plan pour les peintures.
La peinture du pad de tir:  Le tout sera en vert armée, nu vert assez foncé, ne pas oublier de faire un extincteur (voir photos de la maquette et illustration de la première photo plus haut).
                          

Montage du missile sol-air
Etape 16-17-18-19-20-21 et 22:  Ne pas coller la pièce 11 sur 13 et 15, ainsi que les pièces 7-8 et 10. Faire très attention en collant les parties 17 et 21, normalement elles ne devraient pas être collées pour pouvoir les séparer, de mon côté j'ai choisi de les coller, mais de toute façon au moindre choc çà casse.... (donc vérité de la Palis: Coller ou ne pas coller faire attention).
Peinture du missile Nike Ajax
                          Deux options se présentent: Soit tout blanc ou le haut blanc, le bas vert armée. J'ai choisi l'option tout blanc (voir photo du missile et une photo paru dans Science et Vie de 1957, c'est la gueule de l'autre).
                         
Le diorama et les figurines
                          Passons de suite aux figurines, excusez du peu, on aime ou on n'aime pas, il faut vraiment séparer les figurines du missile. Pour le diorama, un morceau de contre-plaqué ou un cadre de 300 mm X 270 mm ira très bien. Il suffit d'imiter le béton armé au maximum, et le tour est joué.
                         Epilogue:  Le développement du Nike Ajax remonte à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Son efficacité s'est trouvée réduite avec l'apparition des bombardiers rapides à réaction. C'était cependant une arme puissante, à laquelle était confiée la défense antiaérienne de nombreux centres industriels américains. Son propulseur principal était un moteur fusée à kérosène et acide nitrique, le lancement s'effectuait par rampe, l'engin atteignait Mach 2. Il fut remplacé par une version plus performante, le Nike Hercules (voir le blog) d'une portée de 64 km au lieu de 40 km, et qui pouvait emporter une bombe atomique.
                                                             Malafon.