Le Dornier Do 335 B-2 Zerstover





Le plus gros intercepteur de la 2ième G.M.
                                                                                                                                               Maquette Dragon au 1/72.  Réf: n°9006


Historique: La revue MPM n°73 de juin 1977



                           Historique:  Le génie inventif allemand créa de bien étranges machines durant la seconde guerre mondiale; dans le domaine de l'aviation notamment, les projets les plus audacieux furent lancés, beaucoup échouèrent, certains réussirent...
                Mais les nombreuses divergences de vue et les revirements politiques qui opposèrent les dirigeants du Troisième Reich entravèrent considérablement l'évolution de techniques nouvelles qui commençaient à placer la Luftwaffe dans une position de supériorité incontestable.
                On vit tout de même quelques appareils révolutionnaires parvenir au stade opérationnel, tel le premier intercepteur propulsé par fusée (Me-163), le premier avion à réaction construit en série (Me-262) et les premiers missiles (V-1 et V-2) qui conduisirent aux ICBM de nos jours...
Le Messerschmitt Me-163 Komet du musée de Colerne.  Source: Koku Fan
Le Messerrschmitt Me-262A-1a.  Source: Koku Fan
                            D'une technique différente, le Do-335 était tout aussi révolutionnaire, étudié par le professeur Claude Dornier qui avait déposé, dès 1937, un brevet concernant un avion pourvu d'un moteur à l'avant actionnant une hélice tractive et d'un autre en position médiane dans le fuselage, entraînant par l'intermédiaire d'un arbre de transmission une hélice propulsive.
                Bien des essais de prototype les plus divers conduisirent au type 335-A-1, dont les premiers exemplaires sortirent en série seulement au début de 1945, par suite de difficultés de tous ordres qui entraînaient déjà l'Allemagne vers l'effondrement final.
                A la capitulation, une douzaine seulement de ces appareils avaient été réceptionnés par la Luftwaffe. L'occupation du territoire Allemand fit découvrir qu'un autre petit nombre de 335-A-1 étaient restés bloqués en cours de montage ou de finition, à la suite des bombardements intensifs des Alliés, démontrant ainsi l'efficacité de ces pilonnages constants visant à paralyser l'industrie aéronautique de Troisième Reich...
                Le Do-335 était un véritable monstre, il avait une envergure de 13m800, une longueur de 13m850 et sa hauteur  totale atteignait 5m.
                Il était propulsé par deux moteurs Daimler-Benz à 12 cylindres en V inversés, refroidis par liquide, développant chacun 1800 ch au décollage et 1550 ch à 7 000 m d'altitude. Cette puissance portait sa vitesse maximale à 765 km/h, bien supérieure à tous les autres chasseurs à hélice de l'époque. Pierre Clostermann relate d'ailleurs dans son livre "Le grand cirque", sa rencontre avec un Do-335, au cours de laquelle le pilote Allemand ne trouva d'autre échappatoire que de mettre pleins gaz et de disparaître littéralement dans le ciel, malgré les performances exceptionnelles du Tempest V lancé à sa poursuite.  


Le moteur avant du Do-335.  Source: Koku Fan
Le moteur arrière du Do-335.  Source: Koku Fan
                            Le Do-335 fut construit en deux versions; monoplace en tant qu'intercepteur et biplace en tant que bombardier rapide. Il était équipé d'une soute à bombes lui permettant d'emporter une charge égale à celle des bombardiers classiques de l'époque, mais à une vitesse presque deux fois supérieure. Il joua également le rôle d'intercepteur de nuit, le pilote placé dans le poste avant, le navigateur-radariste occupant l'autre place surélevée, placée immédiatement derrière.
                Enfin , le Do-355 présentait la particularité d'être déjà équipé d'un siège éjectable en vol, pour le pilote. Au cas où ce dernier devait s'éjecter, il actionnait en même temps le largage de l'empennage vertical supérieur, ainsi que celui de l'hélice propulsive, ce qui théoriquement devait lui éviter une rencontre désagréable avec ces accessoires devenus parfaitement inutiles en cas d'abandon de l'appareil. Mais en réalité, ce système de "désintégration" n'était pas très au point, ainsi que purent le constater les quelques pilotes d'essais qui essayèrent l'appareil après la guerre; le Do-335 tenait plutôt du "piège" dont on risquait de sortir découpé en rondelles.
                Le Do-335 était néanmoins un appareil aux performances exceptionnelles, la formule bimoteur en tandem, également appelée "push-pull", avait démontré son efficacité.
Le Dornier Do-335 B-2 Zerstover
                Le Dornier Do-335 B-2, était plus fortement armé, il était classé dans la catégorie "Zerstover" (destructeur), pour combattre les bombardiers alliés. Fortement armé, il était l'ennemi des Lancasters, Libérators et B-17.
                Le Dornier Do-335 V13 (W.Nn 230013, RP+UP), qui est le sujet de la maquette était un prototype de la version Do-335 B-2. La puissance de feu était renforcée en ajoutant deux canons MK-103 de 30 mm dans les ailes avec 70 obus par arme, en plus du MK-103 tirant dans l'axe de l'hélice et des deux MG-151/20 de 20 mm installées au-dessus du moteur. 
Les deux canons MK-103 de 30 mm sur les ailes.  Source: Modell Magazin
La silhouette massive d'un Dornier Do-335-A-1.  Source: Koku Fan 
Caractéristiques pour le Dornier Do-335 A-1
Dimensions:  envergure13m80; longueur 13m85; hauteur 5 m; surface alaire 38m²50.
Armement:  1 canon MK 103 de 30 mm, 2 canons MG 151 de 15 mm et 1 bombe de 500 kg ou 2 autres de 250 kg en soute interne plus 2 bombes de 250 kg sur des râteliers extérieurs.
Poids:  à vide, 7 400 kg; maximal en charge 9 600 kg.
Performances:  vitesse maximale à 6 400 m 770 km/h; vitesse de croisière à 7 100 m, 685 km/h; temps de montée à 8 000 m, 14 mn 30 s; plafond pratique, 11 400 m; distance franchissable, 1 380 km.
Moteurs:  2 Daimler-Benz DB 603A-2 de 12 cylindres en V inversé de 1 750 ch (1 305 kW).
                La maquette: Dornier Do-335 de cette marque, Dragon a fait les Do-335 A-1 et le Do-335 B-6. De mon côté j'ai choisi de faire le Do335 B-2 car un français a volé dessus, le Lieutenant Colonel Roger Receveau.
                Cette maquette se compose de 124 pièces moulées en gris, la gravure en creux, plus 6 pièces transparente dont la verrière, je m'arrête sur la verrière car je ne comprend pas qu'une marque comme Dragon ne l'ai pas fait d'une seule partie, c'est du sport pour bien la coller ?!.
              Il y a aussi 2 planches en photodécoupe et une belle planche de décalques. Les pièces en photodécoupe se découpent mal, ce n'est pas de l'Eduard mais enfin passons (faire attention en pliant certaines de celle-ci). 
                Je le dis tout de suite, cette maquette ne convient pas aux débutants.
Ne pas faire attention aux trous dans la boîte, c'est un séchoir à pièces
Amélioration à faire sur la maquette
1)  La jonction des deux empennages sont à mastiquer (joint disgracieux).
2)  Les pièces A1 - A4 et A35 s'adapte très mal au fuselage, il faudra mastiquer et poncer.
3)  Il faudra lester cette maquette, nous pouvons mettre le plombage juste derrière le siège du pilote, avant de coller la pièce A35.
4)  Les bords d'attaque sont à mastiquer et poncés après les avoir collés sur les ailes.
5)  Il faudra mastiquer et poncer les ailes et les deux ailerons.
6)  Reboucher les jours sous les ailes, car il y a un important espace du côté fuselage.
7)  Percer l'orifice du canon MK 103.
8)  Faire une petite manivelle sur le raccord Karman, elle sert à descendre l'échelle de son logement.
            Le montage:  Alors là je me suis éclaté, Dragon nous gratifie dans sa boîte des deux moteurs Daimler-Benz, comme à l'intérieur des demi-fuselage il y a l'endroit où il faut découper le plastique, j'ai donc décidé de montrer ses bijoux (moteurs). Ils ont été améliorés en plastique étiré et fil de laiton. (voir photos). Pour la peinture des moteurs suivre le plan de Dragon, il faudra quand même faire un patinage sur ceux-ci.


Le moteur avant du Do-335 B-2

Le moteur arrière du Do-335 B-2
                             Comme nous sommes sur les améliorations, nous pouvons améliorer aussi le poste de pilotage, volant de compensateur, manettes de gaz et le tuyau rejoignant le manche à balai. Pour la peinture suivre le plan de Dragon, faire un patinage en règle. (voir photos).  
       

Le poste de pilotage d'un Dornier Do-335.  Source: Koku Fan
                             Je n'ai pas suivi la phase 6 du plan de montage, qui concerne le moteur avant et le poste de pilotage, (Je m'explique, le plan Dragon indique de coller le moteur avant et le poste de pilotage et coller le tout dans le fuselage). Vu un léger décalage, moi j'ai collé le moteur dans le fuselage, puis le poste de pilotage, faire des montages à blanc pour le moteur arrière, la position est dure à obtenir.  
La petite manivelle à rajouter sur le raccord Karman.  Source: Réplic n°16
La manivelle sur la maquette, elle est de couleur rouge
                            Les trains d'atterrissage sont très bien représentés, ainsi que les roues. La Dragon a bien fait les choses, sur les pourtour des roues on peut lire:
                     Dunlop 840X380 - BF 33.
                                1015X380 - BF 39
                Il faut faire attention à la position du train avant, il y a une inclinaison spéciale. C'est la partie où il y a pas mal de photodécoupe à coller, ainsi que pour les bombes. Suivre le plan pour la peinture. 
La position du train avant.  Source: Modell Magazin
La position des trains sur la maquette
                            Pour les hélices, elles ne sont pas collées sur la maquette.
                La peinture de finition:  Heureux ceux qui comme moi ont encore de la peinture AeroMaster.
                Donc tout le dessous sera en RLM 76 Lichtblau et le dessus en RLM 81 Braunviolett et RLM 82 Dunkelgrün, le camouflage aura des lignes coupées nettes.
                Pour ceux qui n'ont pas de peinture AeroMaster, ils peuvent utiliser le 122 de chez humbrol pour le RLM 76, le 155 pour le RLM 81 et le 114 pour le RLM 82.
                Il faudra trouver deux swastikas de 8 mm blanche, et nous terminerons par le vernis satiné.
  
                         Epilogue:  Beaucoup de travail sur cette maquette, Dragon ne nous a pas facilité la tache surtout avec la verrière. Mais enfin, je cois que c'est une des plus belles maquettes sur le marché sur le Do-335 avec le B-6 et le A-1.
                Avec de la patience nous pouvons mettre en valeur les deux moteurs Daimler-Benz, pour la photodécoupe la aussi il faut être patient, je sais cela n'est pas toujours facile ......
                                                                  Malafon