Le missile ICBM Martin LGM-25C Titan II




Les ICBM Martin Titan I et II
                                                                                             Maquettes Monogram au 1/128 et 1/144.  Réf: PS221-300 et 60019 


""La guerre Presse-Bouton""
               
Historique: Source L'Encyclopédie des Armes

                Historique du Martin Titan I:  En 1955, l'USAF et l'US Strategic Missiles Evaluation Committee décidèrent de mettre à l'étude un système d'arme balistique intercontinental (ICBM) à même de compléter le WS-107A et son missile l'Atlas. Un second ICBM constituait également à leurs yeux un gage pour l'avenir. Un contrat mirifique, portant sur le développement du nouveau système, le futur SM-68 Titan, fut accordé en conséquence à la firme Martin, laquelle allait créer en son sein, pour l'occasion, une division spécial à Denver. S'il consommait le même propergol (un mélange d'oxygène liquide et de kérosène RP-1) que son prédécesseur, le Titan comportait en revanche deux étages, dotés chacun d'un groupe-moteur. Le moteur-fusée à deux chambres du second étage ne pouvait être utilisé qu'en dehors de l'atmosphère.   
Emporté par les 135 tonnes de poussée de son moteur-fusée, un engin "Titan I" prend son élan
Source: Fusées et Astronautique
L'ICBM "Titan I" terrifiante arme de représailles sort de son nid blindé
Source: Les dossiers "Espace"
                            A la différence de celle de l'Atlas, la cellule du SM-68, en alliage léger mais à cloisons épaisses, pouvait tenir verticalement dans un silo sans avoir à être pressurisée. Le Titan, en effet, devait lui aussi être entreposé à vide, et son approvisionnement en propergol être effectué en dehors du silo dans les 15 minutes précédant son lancement. Doté initialement d'un dispositif de guidage inertiel, le système d'arme Titan (ou WS-107A-2) fut reconçu en 1958 avec unité de commande radio-inertielle plus précise.
                Le premier exemplaire de la version SM-68A fut lancé (avec son second étage rempli d'eau), le 6 février 1959. D'autres variantes, désignées SM-68B, C, J et M, devaient voir le jour dans les années qui suivirent. Au début des années soixante, le Strategic Air Command de l'USAF mettait en oeuvre cinquante-quatre Titan (rebaptisés entre-temps HGM-25A), répartis entre six complexes de trois silos souterrains triples chacun.
Caractéristiques du Titan I
Type:  ICBM entreprosé en silos durs et lancé à partir de la surface.
Propulsion:  moteur-fusée à deux chhambres Aerojet LR87 de 176 078 kgp fonctionnant au moment du lancement (1er étage); moteur-fusée à deux chambres Aerojet LR91 de 36 287 kgp fonctionnant en dehors de l'atmosphère (2e étage).
Performance:  vitesse au moment de l'extinction du 2e moteur-fusée, Mach 26; portée maximale (avec véhicule de rentrée Mk 4), 14 806 km.
Poids:  au lancement, 99 790 kg.
Dimensions:  longueur 29m87; diamètre, 3m05 (1er étage) et 2m44 (2e étage).
Ogive:  thermonucléaire, de 4 Mt (VR MK 4).
Guidage:  initialement, radar/radio et inertiel; sur les dernières unités, exclusivement inertiel (dispositif AChiever).
Contrôle:  orientation de la poussée des deux moteurs-fusées; stabilisation en roulis et correction de la trajectoire en phase finale obtenues en orientant les quatre tuyères d'éjection des gaz de la turbopompe du 2e étage. 
Cap Canaveral le départ d'un engin intercontinental Titan I de 100 tonnes
Source: Science et Vie hors série Aviation de 1959
Magnifique photo noir et blanc d'un Titan I, dressé sur sa plate-forme par un
échafaudage basculant.  Source: Science et Vie hors série Aviation de 1959
                            Historique du Martin Titan II:  Construit par la firme Martin-Marietta, le LGM-25C Titan II, dont le déploiement commença en 1962 et qui se présente comme une version améliorée du LGM-25A Titan I, est le dernier représentant de la première génération des missiles américains à propergol liquide. Sur les cinquante-quatre missiles répartis entre six squadrons, deux ont été détruits, respectivement en 1978 et en 1980, dans des accidents survenus dans leurs silos.
       En 1981, les Américains annoncèrent que les cinquante-deux engins restants devaient être progressivement retirés du service, entre 1983 et 1987, en vue d'être remplacés par des MX, leur efficacité militaire se révélant en effet de plus en plus aléatoire.
                Les problèmes rencontrés dans le développement de la force des MX, empêchent cependant ce projet d'être mené à bien avec toute la célérité nécessaire, si bien que les responsables de la Défense américaine se sont trouvés dans l'obligation de procéder à la  rénovation du système de guidage du Titan II AC/IBM, en vue de lui permettre de faire bonne figure pendant quelque temps encore.
                Se présentant comme l'ICBM le plus lourd jamais mis en oeuvre par les Etats-Unis, le Titan II est pourvu d'une ogive de rentrée General Electric Mk 6 de 9 Mt, d'aides à la pénétration élaborées et d'un ordinateur de bord capable de sélectionner trois objectifs différents.
                Disposant d'une portée maximale de 15 000 km, cet engin peut atteindre, au cours de son vol, une altitude maximale de 1 500 km. Son système de propulsion comprend deux moteurs-fusées Aerojet LR87-Aj-5 fournissant une poussée de 97 975 kg sur le premier étage et un engin du même type Aerojet LR91-Aj-5 sur le second étage, dont la poussée atteint 45 360 kg.
Caractéristiques du LGM-25C Titan II
Longueur:  31m40.
Diamètre:  3m50.
Poids:  149,690 t.
Tête:  1 ogive thermonucléaire de 9 Mt.
Portée:  15 000 km.
Système de lancement:  silo durci.
Mode de lancement:  à chaud.
Propulsion:  liquide.
Guidage:  inertie.   
L'un des premiers tir d'un Titan II lancé depuis Cap Kennedy en 1964
Source:  L'Encyclopédie des Armes
Photo insolite: La fusée prend son essor, troublant le vol d'une mouette
Source:  Cette photo est paru dans Aviation Magazine au milieu des années soixante
                La maquette:  La marque Monogram a sorti deux boîtes de missiles, l'une au 1/128 l'autre au 1/144, je possède les deux. Le Titan n'a pas été oublié par les autres marques, il y en a eu beaucoup mais voilà certaines en résine.
                J'ai choisi de faire le Titan II de la boîte US Space Missiles au 1/128, il n'y a d'ailleurs que des missiles américains, le missile est plus grand ce qui explique mon choix.
                Dans la boîte au 1/144 U.S. and U.S.S.R., le Titan II à un jour sur chaque face, ce qui ne fait pas esthétique (voir photo), par contre nous avons toute une flopée de missiles russe, dommage que le SS-18 est complètement raté (mauvais moulage, voir photo).
                Le montage de ce Titan II ira très vite, et oui deux pièces en tout et pour tout. On me dit toujours au club que je fais beaucoup de maquettes car je n'ai aucun cockpit à faire, (cela n'engage qu'eux, mais ils n'ont pas tout à fait tort quand même ?? !! ).
La boîte au 1/128
Le plan montage et couleur
La boîte au 1/144
Dommage pour ce missile SS-18, mais il y a un mauvais moulage d'une pièce
                Montage et peinture du missile:  Après avoir assemblé les deux pièces, il faudra faire un peu de masticage par endroit. Pour la peinture je vous conseil de prendre le Tamiya Masking Tape, à un certain âge on risque de trembler. De mon côté pour bien faire ressortir l'argenté, j'ai mis tout le missile en blanc satiné, ensuite l'argent et le noir, les moteurs fusées étant eux en gun-métal.

               Les décalcomanies:  Ça me rappelle la production des années 60, épais et dur à appliquer, ceux-ci nous risquons pas de les casser, heureusement avec les produits Micro Set et Micro Sol tout rentre dans l'ordre. A la fin nous terminerons avec le vernis satiné.
                La présentation:  Le système présentoir de tous les missiles de Monogram ne m'a pas exalté, j'ai donc changé mon fusil d'épaule et pensé à une autre idée. Comme nous avons été tous jeunes, j'ai pensé aux boîtes Cubes Puzzles pour les enfants de plus de 3 ans (ne riez-pas la suite vient). J'ai décollé tout le papier autour, puis avec un réglet j'ai mesuré la côte de base du missile et rapporté sur le cube, le missile sera collé à la cyano et la peinture sera noir satiné.
                                                                         Malafon
Les cubes puzzles
                  














Le missile mer-mer SS-N-2 "Styx"





Le SS-N-2 "Styx"
                                          Maquette de la boîte du Tupolev Tu-16K-26 Badger G au 1/72 de chez Trumpeter.  Réf: NO-12




Historique de la revue l'Encyclopédie des Armes



                      Historique:  C'est l'Union soviétique qui, la première, s'est intéressée dans les années cinquante aux missiles mer-mer, dans l'espoir de contrebalancer la puissance des porte-avions américains et la menace de leur frappe nucléaire.
               Le premier engin de ce type, le SS-N-1 "Scrubber", fut relativement peu perfectionné et eut une durée de service limitée au sein de la marine soviétique. Son successeur, le SS-N-2, "Styx, livré en 1959, fut par contre largement déployé. Modernisé à de nombreuses reprises, il est encore en service en U.R.S.S. et a été largement exporté.
Destroyers lance-missiles classe "Krupny", il emporte 20 missiles "Scrubber"
Source: Les grands conflits du 20e siècle
Un missile SS-N-2 Styx hissé à bord d'un bateau lance-missile de la classe 
Komar.  Source: Les fusées et missiles d'aujourd'hui
                Conçu pour donner à un petit bâtiment une puissance de feu comparable à celle d'une salve conventionnelle, mais avec une meilleure probabilité de succès, il est propulsé par un moteur-fusée à carburant liquide et armé d'une ogive conventionnelle très puissante. Il a été utilisé sur de nombreux théâtres d'opérations par les armées égyptienne, syrienne, irakienne, vietnamienne, indienne et chinoise, coulant bon nombre de navires de guerre et de cargos. Il n'est cependant guère efficace en présence de contre-mesures électroniques intenses.
               Livré en 1960, le SS-N-3 "Shaddock" est un missile de grande taille essentiellement destiné à la lutte anti porte-avions. Propulsé par un turboréacteur, il peut être tiré par un bateau ou par un submersible émergé.
                Sa première version SS-N-3C, équipé d'une tête nucléaire, d'abord mise en service sans système de guidage terminal et conçue comme arme de frappe stratégique, fut rapidement suivie par le modèle mer-mer SS-N-3B et par le SS-N-3A lancé depuis un sous-marin. Tous trois nécessitent un système de guidage externe lorsque leur cible est au-delà de l'horizon.    
Un croiseur de la classe Kynda, armé de huit missiles mer-mer SS-N-3
"Shaddock".  Source: L'Encyclopédie des Armes
                            Un SS-N-3B amélioré par des emprunts à la technologie du SS-N-12 "Sandbox" qui remplacera le "Shaddock" dans le futur, a été construit à la fin des années soixante-dix. Le "Sandbox" a été monté à partir de 1973 sur des navires à propulsion nucléaire modifiés de la classe Echo, puis sur des porte-avions de la classe Kiev; il paraît devoir équiper les nouveaux croiseurs de la classe Krasina. Le "Sandbox", dont la propulsion a été très améliorée, attaque au ras des vagues, à la différence de son prédécesseur.
                Le lancement de nouvelles unités à propulsion nucléaire (croiseurs de la classe Kirov ou sous-marins lanceurs de missiles de croisière de la classe Oscar) a nécessité la mise au point d'un nouvel engin, le SS-N-19, livré au début des années soixante-dix. Il semble s'agir d'un nouveau rejeton issu de la famille "Shaddock-Sandbox".
                Les SS-N-3, SS-N-12, SS-N-19 et SS-N-2C sont utilisés seulement par la marine soviétique, tandis que les SS-N-2A et SS-N-2B figurent à l'inventaire de tous les pays ayant acquis de l'U.R.S.S. des bâtiments des classes Osa, Komar et Nanuchka.
Caractéristiques du SS-N-2 "Styx"
Dimensions:  longueur, 6m30, diamètre 0m75; envergure 2m75.
Poids:  total, environ 3 000 kg; ogive, environ 500 kg.
Performance:  vitesse maximale, Mach 0,9; portée, 46 km (SS-N-2A et SS-N-2B) et 74 km (SS-N-2C.
Caractéristiques du SS-N-3 "Shaddock"
Dimensions:  longueur, 19m90; diamètre, 0m86.
Poids:  total, environ 4 500 kg; ogive, environ 1 000 kg d'explosif, ou charge nucléaire de 350 kt (SS-N-2A et SS-N-2B) et 2 300 kg d'explosif ou charge nucléaire de 800 kt (SS-N-2C).
Performance:  vitesse maximale, Mach 1,4; portée, 460 km.
Caractéristiques SS-N-12
Dimensions:  longueur, 10m70; diamètre, 0m86; envergure, environ 2m50.
Poids:  total, 5 000 kg; ogive, 1 000 kg d'explosif, ou charge nucléaire de 350 kt.
Performance:  vitesse maximale, Mach 2,5; portée, 560 km.
Un SS-N-2 "Styx" mis à feu à partir d'une vedette lance-missiles de la classe Osa.
Source: L'Encyclopédie des Armes
                           La maquette:  Pour avoir et faire ce missile, il faut se procurer la boîte du Tupolev Tu-16 K-26 Badger G au 1/72 de chez Trumpeter, dans cette boîte il y a deux missiles SS-N-2 "Styx" et deux missiles Kh-22 (AS-4 "Kitchen"), je signale au passage que ce Tupolev Tu-16 K et de toute beauté.
                Ce missile se compose en tout et pour tout de 4 pièces et deux pour l'accrocher sous l'avion, cette maquette est moulée en gris clair. Il ne manque que le moteur-fusée qu'il faudra faire en Scratch (voir photo).  
Le moteur-fusée en question fait en Scratch
                            De mon côté, j'ai fait une présentation du missile sur une chariot, fait aussi en Scratch (voir photos).
                            Le montage:  On ne va pas passer une éternité sur cette maquette, il faudra juste faire attention à la position du moteur-fusée.
                La peinture:  Tout le missile sera en gris clair, humbrol 64, intérieur du moteur-fusée noir, le cône rouge, humbrol 60.
                La décoration:  J'ai fait un petit tour sur le Web, et ma décoration a été de reproduire un SS-N-2 d'un pays satellite de l'U.R.S.S., la Marine de l'Allemagne de l'Est; il faut dire que j'avais en ma possession les décalcomanies. On terminera par le vernis satiné.
                                                                               Malafon   
                            
  
   














Le Messerschmitt Me P-1111





Le Me P-1111
Projet de chasseur intercepteur Allemand rapide

""German Project WW II""
                                                                                                                                                 Maquette PM Model au 1/72.  Réf: PM-217




                Historique:  En février 1945, les ingénieurs de chez Messerschmitt AG ont commencés à travailler sur le projet désigné P-1111.
                Le Messerschmitt Me P-1111 était de construction bois et métal, les ailes avaient une inclinaison vers l'arrière avec un angle de 45°, elles étaient de forme delta.Les prises d'air étaient à la jonction aile fuselage, le profil d'aile à cet endroit était épaissie.
                La capacité à l'intérieur en carburant, trois réservoirs non protégés était de 1500 litres. L'avion n'avait pas de gouvernail horizontal, était équipé d'une cabine pressurisée et avait un siège éjectable. 
                En armement le Me P-1111 était équipé de quatre canons MK 108 de 30 mm, deux dans le nez de l'appareil et deux dans les ailes.
                Après la guerre la société Britannique De Havilland a utilisée certaines solutions pour leurs avions DH-108, DH-110, Comet et Sea Vixen.
                Caractéristiques du Messerschmitt Me P-1111
Longueur:  8m92.
Hauteur:  3m06.
Envergure:  9m16.
Surface alaire:  28 m²
Flèche:  45°.
Armement:  4 canons MK 108 de 30 mm.
Poussée:  1 300 kg.
Vitesse maximum:  995 km/h à 7 000 m.
Distance franchissable:  1 500 km à 10 000 m.
Plafond pratique:  14 000 m.
Moteur:  1 HeS 011.
Magnifique dessin du Me P-1111. Source: Jet Planes of the Third Reich 
Le réacteur Heinkel-Hirth HeS 011. Source: Secret Aircraft of the Third Reich
                      La maquette:  Elle nous vient tout droit de Turquie, elle est produit par la marque PM Models. Au premier regard le boîtage est beau, voyons l'intérieur.
                Cette maquette est moulée en gris clair avec un moulage en creux pas trop prononcé, il y a 18 pièces verrière comprise qui est limpide. Il faudra découper les portes du train principal. Comme toutes maquettes celle-ci devra être améliorée, je vous dresse ses améliorations que j'ai fait avant le montage.
                C'est la seule maquette sur le marché, je ne pas d'autres marques, peut être la marque allemande Airmodel. A noter que PM Models a sorti quelques projets allemands dont le Messerschmitt Me 328.
Liste des améliorations
- Refaire l'intérieur du poste de pilotage en carte plastique avec tableau de bord et consoles.
- Faire de ceintures pour le siège.
- Masquer les entrées d'air, sinon nous verrons les jambes du pilote.
- Changer la position des trappes du train avant (voir dessin).
- Faire un viseur.
- Percer les trous pour les sorties des canons (ailes et nez de l'appareil).
- Surtout mais surtout sur le train avant et principal, faire des compas d'amortisseurs et des contre-fiches.
                Le montage:  Avec un nombre de 18 pièces, le montage ira très vite. PM-Models a eu la bonne idée de mouler l'intrados et l’extrados séparés, il n'y a aucun joint à faire, d'ailleurs il n'y a aucun masticage à faire sur cette maquette. 
           La peinture:  Tout l'intérieur sera en RLM 66,Humbrol 92 ou 67, ainsi que consoles latérales et tableau de bord. Siège en Humbrol 92, ceintures en Humbrol 93 boucles en argent. Réacteur et sortie réacteur en gun-métal. Trains d'atterrissage en Humbrol 92 ainsi que le moyeux des roues, pneus en Humbrol 67. 
                Le camouflage:  L'intrados sera en RLM 76 Humbrol FS 36473. L'extrados sera en deux tons, RLM 81 Humbrol FS 34087 et RLM 82 Humbrol FS 34079. Les montants de la verrière en RLM 81 et 82, l'arrière sera en moucheté RLM 82.
                La décoration:  Comme cet avion n'a jamais volé, je me suis permis un peu de fantaisie, je n'ai pas utilisé la planche PM-Models mais d'autres décalcomanies Aeromasters, deux swastikas de la même marque, sur une planche Esci le numéro et l'ondulation. On termine par le vernis satiné.
                Le diorama:  Je me suis servit d'un dessin du livre de Davis Myhra page 201 Secret Aircraft Designs of the Third Reich. Le groupe provient d'un set Airfix de figurines anglaise  que j'ai retravaillé, quelques figurines Preiser, des caisses, voilà le tour est joué.
                                                                           Malafon