Le Fieseler Fi 103 / FZG 76 ou V1


L'histoire du Fieseler Fi 103  V1









Avec un historique, des boites de maquettes, des maquettes et documentations
Tous mes remerciements à Jean Henri pour la traduction de la notice de Mac






Le V1 premier missile de croisière de l'histoire


   
                          Historique:  Le missile allemand Fi 103, FZG 76 ou V1 (Vergeltungswaffe 1) était l'une des "armes secrètes" avec lesquelles le Chancelier Adolf Hitler espérait encore échapper au désartre dans la dernière année de la seconde Guerre Mondiale. D'une conception simple mais redoutable, c'était le précurseur de nos actuels missiles de croisière.
               Le premier V1 vola en décembre 1941 à Peenemünde sur la côte sud de la Baltique. En 1942, le Haut Commandement Allemand accorda la priorité à ce projet et confia à la société Fieseler, implantée à Kassel, la maîtrise d'oeuvre pour son développement.
              Le V1 était un petit aéroplane construit en matériaux non stratégiques (bois et acier). Il était propulsé par un pulsoréacteur Argus-Schmidt émettant un "Putt-Putt-Putt" caractéristique lors son fonctionnement. Ce moteur procurait au missile une vitesse supérieure à celle de n'importe quel autre avion en service à cette époque (environ 400 miles par heure). Ejecté de sa rampe de lancement par une catapulte au peroxyde d'oxygène, le V1 pouvait parcourir de 3000 à 5000 pieds; il emportait une tête militaire contenant 850 kg (environ 2000 L) d'explosif, capable de causer d'important dégâts matériels et de nombreuses pertes humaines.
               Le missile était activé en vol par une petite hélice qui, après un nombre de tours prédéterminé, armait l'ogive. Lorsque le V1 approchait de sa cible, le propulseur était coupé par désactivation des vannes de contrôle de l'alimentation en carburant et la gouverne de profondeur braquée de façon à faire piquer l'engin vers sa cible, ne laissant que quelques secondes aux populations pour gagner les abris.
                Une série de sites de lancement fixes fut édifiée sur les côtes du Nord de le France, mais aussi , à la suite du débarquement allié en Normandie, dans d'autres régions d'Europe de l'ouest occupées par l'Allemagne. (Danemark, Hollande, Allemagne) Toutefois, les Allemands n'avaient pas envisagé les raids massifs de bombardiers alliés sur les sites de V1, ils furent donc contraints de créer des sites de lancement mobiles et d'expérimenter des lancements à partir de bombardiers Heinkel 111.
               En fait, les Anglais devinrent vite experts pour repérer et abattre les V1, seulement 25% d'entre eux atteignirent leur cible. D'autre part, il élaborèrent des zones de défense comprenant, à l'avant les chasseurs (Mosquito, Spitfire, Typhoon) agissant au-dessus de la Manche. La technique des pilotes alliés était soit d'abattre le missile avec les armes de bord, soit de créer des zones de turbulence en manœuvrant au plus près de l'engin afin de le déstabiliser et lui faire perdre sa trajectoire. E second rideau fut créé une large zone d'artillerie lourde anti aérienne équipée à proximité des premiers radars,venait ensuite, les barrages de ballons captifs. Parallèlement à ce dispositif, les Anglais publiaient largement et régulièrement de fausses informations concernant les points d'impact ce qui eut pour effet de faire procéder à des réglages erronés par les techniciens allemands; le résultat final fut que de nombreux missiles chutèrent bien avant d'avoir atteint leur objectif.
                La première grande offensive de V1 eut lieu le 12 juin 1944 et c'est plus de 10 000 engins qui furent lancés sur Londres entre le 12 juin 1944 et le 29 mars 1945. Le taux de réussite était assez faible car seuls 2400 V1 atteignirent leur cible. Certains d'entre eux furent mis en oeuvre depuis la Belgique, à Antwerp (8600) Lutych (3100) et Bruxelles (150).
                Les V1 furent construits en grande série et présentaient quelques différences suivant les versions: Les Fi 103 A1 avaient une forme d'ogive différente de celle des Fi 103 A2. 32 000 V1 furent construits; à la fin du conflit ils furent copiés et testés par plusieurs nations: Les USA (JB 2 de l'USAF et LTV.N.2 de l'US Navy) la France (Arsenal 5501 et CT 10) la Suède (Robot 315) et l'URSS (10Ch et Bipropulseur DS).
Le Projet Reichenberg
                En opération, le Fi 103 ne contituait pas une arme très précise; avant le lancement, le personnel de mise en oeuvre devait initialiser le gyroscope de l'auto-pilote Askania, orienter la rampe de lancement vers l'objectif puis procéder à la mise à feu. On s'aperçut aussi que les vibrations engendrées par le fonctionnement du pulsoréacteur affectaient le bon fonctionnement de l'auto-pilote, entraînant ainsi des erreurs de trajectoire réduisant notablement l'efficacité et la fiabilité de l'engin. D'autre part, le mode de calcul de distance au moyen d'une hélice restant assez aléatoire, les Allemands ne purent jamais considérer le V1 comme une arme de haute précision. Considérant que le Fi 103 était peu efficace et facilement interceptable, l'idée germa de le doter d'un pilote; les tenants de cette proposition étaient trois célébrités du Reich: Le premier, le Flugkapitan Hanna Reitsch  célèbre femme pilote d'essai, le second le SS Hauptsturmfuhrer Otto Skorzeny et le troisième, le Hauptman Heinrich Lange. Leurs propositions furent reprises par la DFS (Deutsches Forschungsinstitut für Segelflug) qui mit en avant le développement d'un missile piloté. Le principal candidat, le Messerchmitt Me 328, n'atteint jamais le stade opérationnel et c'est la version pilotée du Fi 103 qui fut retenue. Sous le nom de code Reichenberg, 4 modèles de Fi 103 furent construits et testés dand de cours délais.
Le Reichenberg 1 (Fi 103 Re 1) modèle test non motorisé, doté d'un petit ski sous le fuselage en guise de train d'atterrissage. Premier vol fin août ou début septembre 1944.
Le Reichenberg 2 (Fi 103 Re 2) planeur biplace non motorisé disposant d'une double commande; faute de photos de cet engin, son existence reste sujette à controverse.
Le Reichenberg 3 (Fi 103 Re 3) appareil d'entraînement avancé, biplace, motorisé, disposant de deux cockpits. Cet appareil à vraiment existé et volé.
Le Reichenberg 4 (Fi 103 Re 4) modèle final opérationnel avec une ogive militaire fonctionnelle lancé à partir d'un bombardier Heinkel 111. Durant le piqué final, le pilote devait ouvrir son cockpit et s'éjecter; ses chances de survie étaient très minces.
Dimensions et performances   
               V1  Envergure: 5,3 m.
                     Longueur: 7,9 m.
                     Poids au décollage: 2200 kg.
                     Poids de la charge explosive: 850 kg.
                     Puissance au niveau de la mer: 3,5 K.N.
                    Vitesse: 560 à 640 km/h.
                     Plafond: 2600 m.
                     Portée: 240 km.
            Re 4  Envergure: 5,72 m.
                     Longueur: 8,20 m.
                     Poids au décollage: 2200 kg.
                     Poids de la charge explosive: 810 kg.
                     Puissance au niveau de la mer: 3,5 K.N.
                    Vitesse: 620 km/h.
                     Plafond: 2600 m.
                     Portée: 240 km.
                                                                          Malafon.


Les boîtes de maquettes sur le V1


La boîte Armageddon. Mach 2. Ré: AR 04 au 1/72


                           
La boîte Broncon Models. Réf: CB 35058 au 1/35
                           
La boîte Heller. Réf: 226 au 1/72
                         
                         
La boîte Hawk / Italeri. Réf: 812 AU 1/48  
                          
                                      
La Tamiya. Réf: 52 au 1/48
 Les boîtes MAC. Réf: 72042 à 72045
                                         
                                

                            
                                          
                              
                               
                               
Le V1 Dragon qui est celui d'Italeri. Réf: 5011 au 1/72
Le V1 Frog. Réf: F. 194 au 1/72
Il existe encore beaucoup de maquettes sur le V1

Les maquettes montées
                            
                            

Rampe de V1 fait en Scratch au 1/48
La Luftwaffe 1946
Livres, revues et photos

Article RL du 19/03/1994


2 commentaires:

  1. J’ai apprécié le sujet intéressant, les données techniques à prendre en compte et les suggestions d’ouvrage à lire.

    Cordialement

    Lionnel

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre travail et votre texte d'introduction.
    Jean

    RépondreSupprimer