AEROJET-GENERAL Aerobee-Hi



AEROJET-GENERAL  Aerobee-Hi
                                                                                                                                      Maquette Revell au 1/40.  Réf: H 1814.



Un grand merçi à Jean-Henri pour la traduction de la notice de Revell.


                Historique:  L'une des réalisations vedettes de "l'Année Géophysique Internationale" (I.G.Y), l'Aerobee-Hi, est devenue l'un des plus importants outils de recherche dans la course à la conquète de l'espace.
                Haut de près de 30 pieds (environ 12 m) et pesant 2100 livres (environ 1 tonne) à pleine charge, l'Aerobee-Hi atteignit des altitudes supérieures à celles atteintes par n'importe quelle autre fusée à un seul étage moteur. Le booster JATO délivrait une poussée de 18.000 livres (environ 9 tonnes) pendant une durée de 2,5 secondes, correspondant au temps de décollage de la fusée à propulsion par combustible liquide.
                L'ogive de l'Aerobee-Hi renferme un compartiment étanche de 6 Cubic Inch (environ 1500 cm3) dans lequel sont installés près de 200 livres (environ 100 kg) d'appareillages d'enregistrement de données.
                Après avoir atteint son altitude maximum, l'ogive se désolidarise de la fusée et sa chute est freinée par un parachute. Le premier Aerobee-Hi lancé en 1947 atteingnit une altitude de 36 miles (environ 66,708 km).
                Dix ans plus tard, le 30 avril, un Aerobee-Hi plafonna à une altitude de 193 miles (environ 357 629 m) établissant ainsi un record pour une fusée mono étage.

Photo Aerobee-Hi paru dans Marabout Flash en 1959
                Depuis ce jour de 1947, plus de 200 de ces fusées ont été construites par Aerojet General Corporation, filiale de la General Tire And Rubbet Compagnie. Ces fusées étaient mises à feu depuis les sites de WhiteSand Proving Groud, et Holloman Air Force Base au Nouveau Mexique, depuis le USS Norton Sound au large des côtes de l'Alaska et du Pérou, et depuis les installations qpécifiques de la fabrique d'Aerojet de l'I.G.Y. de Fort Churchill à Manitoba, Canada. Plusieurs organismes, y compris la Navy, l'Air Force et l'Army Signal Corps ont utilisés l'Aerobee-Hi dans le cadre de leurs projets de recherches; les informations ainsi obtenues furent utilisées pour une meilleures compréhension des limites basses de l'espace.
                Parce que l'Aerobee-Hi est une fusée "Vol Libre", elle s'affranchit de la plupart des incidents technique affectant les missiles contrôlés d'une technologie beaucoup plus compliquée. Elle est simple, fiable et d'un coup modéré.
                Le Géophysical Year perdurant jusqu'en 1958, pusieurs Aerobee-Hi furent améliorées pour atteindre des altitudes de plus en plus haute. L'ensemble des informations collectées et classées permirent à l'homme de faire un pas de plus en vue de s'affranchit des limites de la gravitation terrestre.
                Rappel utile:  Pound=livre=0,453 kg.
                                       Inch=pouce=25,4 mm.
                                       Foot=pied=0,340 m.
                                       Mile=mile marin US=1,853 km.
                Caractéristiques:  Aerobee-Hi Modèle 150.
Fusée de recherches atmosphérique
                Longueur: (sans fusée d'appoint); 7,19 m.
                Diamètre: 0,38 m.
                Poids à vide: 880 kg.
                Performances: 265 km avec une charge utile de 68 kg.
                La maquette:  Première sortie du moule Revell en 1958, deuxième sortie en 1996, à mon avis le boîtage n'a pas changé car nous retrouvons les même inscriptions de 1958. Le moule n'a pas pris une ride, le plastique se travail bien; tout est mobile sur cette maquette, les roues tournent, (de mon côté je les ai collées); la fusée se dresse sur sa rampe avec un joli piston de relevage. Le seul "smilblic" que l'on rencontrera sur le plan Revell, c'est la mise en peinture car rien n'est précisé, donc on improvisera avec le couvercle de la boîte. Le kit se compose de 50 pièces dont trois figurines, le tout moulé en blanc; ces figurines ont une taille respectable 4,2 cm qui au 1/40 représente au moins des gaillards de 1m80.

La boîte Revell
Vue d'ensemble de la maquette Revell
                Le montage:  Ca va aller vite pour monter cette maquette, la notice se compose de quatre étapes.
                1ière étape. Le montage de la fusée:  Elle se monte bien, juste un petit masticage au cône de la fusée est à effectuer. Pour la peinture elle sera en blanc brillant, le booster de la fusée en gun métal, le cône en noir brillant. Les petits ailerons de guidage de queue, une face en blanc brillant, une face en noir brillant.
               2ième étapeLe montage du chariot et de son attelage:  Alors là vous faites comme vous voulez (soit vous collez les roues ou vous ne les collez pas), c'est merveilleux sur cette maquette tout est mobile même l'attelage, pour une maquette de 1958. Pour la peinture le tout sera en vert armée, les moyeux des roues en vert armée, les pneus en noir mat. L'accroche attelage pièce 21 en couleur fer, le circuit hydraulique pièce 11 en couleur cuivre, les suspensions en gun métal, les reposes pieds de la remorque pièces 14 deux fois en noir mat.  
                3ième étape. Le montage de la rampe:  La faire attention car la pièce 22 doit rester mobile, c'est elle qui fera fonctionner la rampe et le piston. Pour la peinture le tout sera en vert armée, la valve de contrôle pièce 31 en jaune mat, le filtre pièce 30 en noir mat, les deux marches pieds en argent.
                4ième étape. Le montage de la rampe sur son chariot:  Il ne reste qu'à positionner le piston sur la rampe et chariot, la peinture sera en vert armée, le piston lui-même en argent, les gardes fous en gris foncé.
               Les décalcomanies:  Je les ai trouvés un peu épais, avec une mauvaise adhérence sur le plastique, heureusement monsieur Micro set et madame Micro sol sont là. Le tout sera clôturé sur ce véhicule porte fusée d'une ou deux couches de vernis mat; pour la fusée elle recevra du vernis brillant. 
                Les figurines:  Rien à dire c'est du beau pour un moule de 1958,pour la peinture je dis merci au couvercle de la boîte, car macache! voilou sur le plan. La figurine 38 sera en blanc mat avec quelques ombrages, visage et mains en chair mat, chaussures noir mat. La figurine 39 sera en vert clair mat avec quelques ombrages, visage et mains chair mat, chaussures noir mat, le transparent du masque en argent, mais assez terni comme les portent les pilotes de chasse actuellement. Pour la figurine 40, pantalon en bleu mat ainsi que les passants de la ceinture, la chemise en bleu moyen mat, les boutons de la chemise en bleu mat; les chaussures en noir mat, le visage les bras et les mains en chair mat, et pour la ceinture elle sera en cuir mat. Certains compagnons du club on vu une montre sur le poignet de cette bigurine, ma fois cela n'engage qu'eux ? ! . Pour finir ces figurines recevront du vernis mat, surtout ne collez pas les bases de ces figurines, il existe maintenant de la Patafix de chez UHU.
             Epilogue:  Je tiens encore à remercier Jean Henri pour la traduction de la notice Revell, je ne connaissais pas cette fusée, et le peu qu'on en parlait sur les magazines, le tout passait inaperçu.
                L'Aerobee-Hi était un engin de recherche pour la haute atmosphère, tout comme notre bonne fusée Véronique dont les lancements avaient lieu dans le Sahara. Cette fusée pouvait avoir une charge utile de 68 kg, ce sont des fusées de ce genre qui ont "promenés" souris et singe à 65 kilomètres d'altitude !. Toutes ces fusées ont servi à quelque chose, surtout pour les recherches en haute atmosphère, l'Aerobee-Hi a atteint 265 km d'altitude à la vitesse de 6900 km/h.
                                                                           Malafon.


Quelques fusées sondes ou de recherches
Fusées Antarès et Bérénice française
La fusée Arcas
La fusée Bélier
Les fusées Black Knight britannique et Athéna américaine
 
La fusée française Eridan
Fusée expérimentale
Fusée française LEX
Fusées Argo D-4 américaine et
Jaguar britannique
Fusée Véronique au lancement
Fusée Véronique de sondage jusque vers 250 km d'altitude
                             








                                                                

Le radar Würzburg-Riese Fuse-65





Le radar Würzburg-Riese  Fuse-65
                                                                                                                                 Maquette Extratech au 1/72.  Rèf: EXM-02.



Maquette montée par Eric du club maquettiste de Labry.



                            C'est une maquette fabriquée en république tchèque en 1997, représentant un radar allemand telefunken Fuse-65 Würzburg-Riese de la seconde guerre modiale. A l'échelle 1/72, elle comprend 12 pièces en résine et 63 en photodécoupe en métal.
               Tout le long de la côte atlantique, les régiments de transmission de l'air de la Luftwaffe ont implanté une série de stations radar permettant de surveiller tous les mouvements de la R.A.F. sur le sol anglais et dans les airs.
               Cette organisation se compose de la sorte:
- Le "Mammut Fumg 52" que l'on peut apercevoir dans une scène du film , à une portée de 300 km.
- Le "Freya Fuse 80" a une portée de 200 km.
                Ils constituent les stations principales lourdes des plus gros appareils et sont complétés par 2 types de stations:
- Le "Würzburg-Reise Fuse-65" d'une portée de 70 km.
- Le "Würzburg-Fuse 39" d'une portée de 30 km. 
                            De façon concrète, le Mammut calcule la distance et la formation de l'escadrille britannique, le radar Freya prend la suite pour un calcul plus précis et passe la main aux Würzburg paraboliques qui calculent plus précisément la distance les séparant de la formation aérienne.
               Toutes les informations obtenues seront transmises à un P.C. qui analyseront les données et transmettront les coordonnées exactes de la formation à la  FLAK la plus proche et aux différents points sensibles de la région. 

                        

HISTORIQUE
                Le nom de Würzburg vient d'une ville de Bavière et a été conçu par l'ingénieur W.T. Runge de la société Telefunken en 1936 (sur la notice de la maquette, l'historique précise l'année 1941 qui est en fait sa date d'entrée en service).
                Pour l'anecdote, ce n'est que le 5 décembre 1941 que les Britanniques apprirent l'existence de ce radar. Depuis un certain temps, les scientifiques connaissaient l'emploi du radar Freya qui détectait leurs bombardiers, mais les allemands disposaient d'appareils plus précis.
                Et c'est en étudiant des photos aériennes du Cap d'Anifer sur les côtes du pays de Caux, que les scientifiques découvrirent un petit objet noir aux fonctions inconnues.
                Un passage à basse altitude du Capitaine Tony Hill à bord de Spitfire de reconnaissance lui permis de prendre un cliché sur lequel apparaissait un petit réflecteur de 3 mètres de diamètre: le Würzburg.
                La résistance française confirma au début du mois de janvier 1942 le site. Le service de renseignement du ministère de l'air suggéra qu'une force soit envoyée en Normandie afin de s'emparer de la station. Les falaises empêchant toutes attaques par la mer, c'est par les airs que l'opération désignée sous le nom de code BITING se déroulera.
                La compagnie C du 2° Bataillon de parachutiste du major Frost, spécialiste du Génie, se rue la nuit du 27 au 28 février vers le Würzburg. Ils prirent une série de photos au flash qui leurs ont valu d'essuyer une violente attaque, démontèrent l'antenne et l'émetteur et capturèrent au passage un technicien qui se trouvait sur le site, le tout en 10 minutes, pour repartir par la mer.
                Au prix de 2 morts et 6 disparus, les chercheurs anglais obtiennent les informations nécessaires pour contrer les défenses radar. L'opération fut un succès spectaculaire.


DESCRIPTION
               Le Würzburg-Riese est un appareil fixe implanté sur un socle en béton généralement hexagonal sur lequel la plaque tournante et la plate forme sont posées.
                La plate forme porte la cabine contenant les appareils et l'équipement radio avec les opérateurs. Sa portée est d'environ 60 à 70 km, pour une puissance de 8 kw avec une fréquence de répétition des impulsions de 1,875 par secondes.
                D'un poids de 12 tonnes, il tourne sur lui même et la parabole s'élève pour la mesure du site grâce à un pignon et un secteur denté.
                La marge d'erreur sur un avion volant à 3 000 m est de 150 mètres.
                La parabole de 7,50 mètres de diamètre, dont une paire de tourillons en tôle soudée en assure la fixation, est en profilé d'alliage d'aluminium emboutie perforé, et au sommet, en général, une antenne IFF constituée de deux paires de bipoles.

Le socle en béton du Würzburg-Riese

LA MAQUETTE
               Quand on ouvre la boîte, à la vue des nombreuses pièces en photodécoupe, on attrape vite des sueurs froides. Et quand on jette un coup d'oeil rapide sur la notice, on se dit dans quelle galère on a été se perdre. Mais, ce n'est qu'un apriori car le montage ne présente peu de difficulté à condition de bien suivre la notice.
                Pour ma part, il manque une chose à cette maquette pour le moins original, le détail de la cabine. Ce fut mon défi principal. Après avoir épuré tous les musées de guerre de Normandie, par téléphone, les conseils et les réponses, je les ai obtenus dans le numéro 66 d'Histoire Maquettisme qui présentait la cabine du Würzburg d'Arromanche détruit par un raid de la R.A.F., et grâce aux conseils de Monsieur Erik Groult qui en avait rédigé l'article. 

LE MONTAGE
               Après avoir dégraissé les pièces en résine à l'eau savonneuse, j'ai découpé l'emplacement de la vitre et de la porte d'entrée de la cabine pour la remplacer avec de la carte plastic transparente. J'ai redonné un peu de volume à celle-ci et rajouté du fil de fer (fil électrique) pour simuler la poignée et les gongs.
                En m'inspirant de la photo d'époque, j'ai confectionné le plancher de la cabine avec des allumettes plates. La cabine prête à être meublée, tout est confectionné avec de la carte plastic de 0,5 mm et quelques pièces récupérées dans ma boîte à rabiot. En voici le détail:


               Sur la pièce n°6, où se situent les trois fenêtres, une petite affiche de propagande (merci Stef) est collée, et toujours et encore de la carte plastic transparente simule les vitres (attention aux traces de colle).
                Au sommet de la parabole, j'ai confectionné la fameuse antenne I.F.F. visible sur certaines photos d'époque.
                Pour le reste du montage, il n'y a pas de difficultés majeures, la notice est simple à suivre, et pourvu que l'on soit un minimum méthodique, la parabole ne présente guère de complexité. Tout est collé à la cyano, c'est inévitable si vous ne voulez pas avoir à tout recommencer.
               

               J'attire juste l'attention sur deux problèmes rencontrés. Rien de méchant, mais toujours embêtant et agaçant: la fixation de la parabole et de la cabine.
- L'écartement des bras est trop court, empêchant de la fixer comme le préconise la notice. J'ai fait une languette en photodécoupe que j'ai collé sur les attaches d'origine pour y coller ensuite l'antenne.
- La cabine de contrôle possède des languettes qui se collent sur l'axe. La seule chose, c'est qu'ils sont trop courts et l'échelle d'accès et impossible à fixer faute de place. J'ai donc rallongé les attaches avec de la carte plastic et collé une languette en guise de support sous la cabine car elle pend un peu dans le vide et pourrait se décoller à la longue.

COULEURS UTILISEES
(peinture acrylique Prince August)
Cabine intérieure:  Paroi: uniforme Luftwaffe 816.
                               Plancher: marron mat 984 +noir mat 950, éclaicie base + blanc mat 951. 
                               Instruments de mesure: gris bleu clair 990, acier naturel 864 pour simuler l'usure.
Cabine extérieure: Base 816 + 950, éclaicie 816 en brossage à sec.  
                               Effet rouille: 816 + 950 + brun cavalerie 982.
Parabole: 816 + 950 à l'aérographe.



LE DIORAMA
                Pour donner de l'ampleur au , j'ai ajouté à côté une Tatra T57 Kübelwagen de chez Attack Hobby. C'est un véhicule pour le moins original et surtout peu courant au 1/72.
                Comme le radar, le montage demande beaucoup de réajustement des pièces en usant de mastic, malgrè que ce soit un kit plastic.
                J'ai gardé la maquette d'origine sans modification, à l'exception de la bâche, peu réaliste à mes yeux. Un mouchoir en papier imbibé de colle à bois et d'eau, monté sur une armature de fil de fer, et vous voilà initié à la technique de la bâche. Le véhicule n'est pas camouflé, sa couleur est le déset yellow 977 + ocre vert 914. La bâche, quantà elle, du 984 brun mat + 950 noir mat + 940 marron cuir, éclaicie base + 976 amarillo kaki.

               L'action se passe sur la côte normande, j'ai simuler la falaise, enfin une partie car la faire complète à l'échelle serait un peu fou de ma part, grâce aux écorces de liège utilisé pour le décor des réseaux de train.
                L'effet verdure est obtenu grâce à du flocage brossé avec du jaune mat 953.
                                                                Malafon/Eric

Le diorama:  "Inspection". A quelques semaines du JOUR J, deux officiers allemands de la Luftwaffe viennent inspecter le bon fonctionnement de la station 
et son accueillis par l'officier qui commande l'installation.















Messerschmitt Bf 109 Z "Zwilling"



Messerschmitt Bf 109 Z  "Zwilling"
                                                                                                                      Maquette Amodel au 1/72.  Réf: 7215.





               Historique:  Sans conteste, la variante la plus originale du Bf 109 fut le Zwilling (jumeaux). C'est en 1940 que, dans le but de tracter des planeurs lourds comme le Me 321 ou le Ju 322, la firme Heinkel eut l'idée de monter ensemble deux fuselages de He 111.
               L'accueil favorable réservé au He 111 Z avait amené Messerschmitt à tenter une expérience similaire avec le Bf 109. Un projet prévoyant la réunion par section centrale de voilure et un stabilo de deux appareils de ce type fut donc élaboré et soumis aux responsable du RLM. Tel quel, l'avion pouvait parfaitement bien être employé comme chasseur bombardier sans que son assemblage vienne perturber la production des autres variantes.
                En 1942, le RLM autorisa alors la construction et les essais d'un prototype. Les deux Bf 109 F qui donnèrent naissance au Zwilling furent réunis vers la fin de l'année. Les seules modifications que les fuselages avaient subies concernaient la structure de l'extrémité de l'aile et du stabilo. En outre, le train d'atterrissage avait dù être repositionné. Chacun des plans extérieurs fut doté d'un pylone pour une bombe de 250 kg; un râtelier pour un projectile de 500 kg fut monté sur la section central, en même temps que deux radiateurs à glycol, raccordés aux deux moteurs DB 601 E. 
Deux vues sur le moteur Daimler-Benz DB - 601 E
                Pendant que ce premier prototype prenait forme, Messerschmitt construisit un autre Zwilling avec deux fuselages de Bf 109 G. Cette fois, le propulseur choisi fut soit un DB 605 A, soit un Jumo 213 E. De son côté, l'armement avait été considérablement augmenté avec deux Mk 108 de 30 mm de moyeu, un Mk 103 du même calibre dans la section centrale de la voilure et un Mk 108 en gondole sous chaque plan extérieur. 
Le moteur Daimler-Benz DB - 605 A
     Le moteur Junkers Jumo 213 E
                Le nouvel avion disposait aussi de deux râteliers ETC 250 placés à côté des Mk 108 de voilure. Enfin, l'un des deux habitacles contenait un réservoir de carburant.
                Le premier prototype du Bf 109 Z fut achevévers le milieu de l'année 1943. Mais, alors qu'il commençait ses essais, un raid allié l'endommagea. Il fut immédiatement réparé,en vain, le RLM avait déjà abandonné le projet pour se reporter sur le nouvel avion à réaction Me 262 et les chasseurs bombardiers Focke Wulf Fw 190.
                Le Me 409 et le Me 609 constituèrent deux développements du concept du Zwilling. Le premier se fondait sur l'utilisation de deux cellules de Me 155 B qui remplacèrent les cellules de Me 209 initialement prévues, et devait mettre en oeuvre un armement de deux Mk 108 et de trois MG 151. Quant au Me 609, qui se composait de deux cellules de Me 309, il suscita très peu d'intérêt. Aucun de ces avions ne vit le jour, parce que l'Allemagne devait axer sa production sur des avions plus conventionnels. 
Caractéristiques estimées du Bf 109 Z-1
          Envergure: 13,27 m.
          Longueur: 9,04 m.
          Hauteur: 2,69 m.
          Surface alaire: 23,2 m2.
          Vitesse maximale: 743 km/h à 8 000 m.
          Vitesse de croisière: 570 km/h à 3 000 m.
          Plafond opérationnel: 11 700 m.
         Armement: 2 Mk 108 de 30 mm de moyeu d'hélice.
                          2 Mk 108 de 30 mm dans une gondole d'intrados.
                          1 Mk 108 de 30 mm dans la section centrale de voilure.
Dessin de Rikyu Watanabe parut dans l'ouvrage
Messerschmitt Bf 109 Z aux Editions Atlas
                La maquette:  Il aura fallu attendre jusqu'en 1998, pour que la marque Amodel nous sorte cette maquette du 109 Z au 1/72. C'est encore un pays d'Europe de l'Est qui est dans le coup, l'Ukraine, vous connaissez je pense, car avant ce pays faisait partie du formidable bloc URSS.
               Un grand ami belge, G.. B.., m'a rapporté cette maquette de son plat pays, lors de notre exposition de septembre 98. Oh ! que j'ai été émerveillé en voyant le couvercle de la boîte, mais quel désagrément en examinant celle-ci. 
               Tout de suite je peux vous dire que c'est de l'artisanat, (ou Short Run) un plastique blanc jaunatre, et beaucoup beaucoup de défauts, je vous dresserai une liste complète de ce qu'il faut changer, améliorer, faire, refaire et à supprimer.
               Je vais être franc avec vous, je voulais laisser tout cela dans sa boîte et la revendre, mais cette maquette n'existe pas, dans aucune autre marque, je me suis laissé tenter. (ou faire comme mes amis André Protin aujourd'hui décédé et A.... B...... qui eux l'ont fabriquée). Un dernier mot, car il faut le dire quand même, c'est un plastique qui se travaille bien, se colle bien, avec un nombre de 65 pièces + la verrière. La gravure est en creux, mais trop profonde.
                D'autres marques ont sorties cette maquette:
                Airmodel au 1/72 en vacuform.
                RS Model au 1/72 en résine.
                KL Production au 1/48 en résine conversion.
                La légendaire revue MPM magazine dans les n°39 et 40 de mai juin 1974, nous parle de cet avion en faisant une conversion, en voici d'ailleurs les articles.

Articles de la revue MPM de 1974
La boîte Amodel
Le schéma pour le camouflage
Changement à effectuer sur cette maquette
- Réduire l'épasseur des ailes par l'intérieur de celle-ci.
- Réduire l'épaisseur des deux gouvernails par l'intérieur.
- Amincir les pièces n°25 (2 fois), ce sont les entrées d'air du fuselage, mastiquage après la pose.
- Sur mon modèle, une entrée d'air, la droite était mal moulée, prévoir un mastiquage.
- Boucher les fentes des dérives extérieures des fuselages.
- Attention en collant la dérive, (pièce n°09) il faut qu'elle soit perpendiculaire à 90°, j'ai rencontré un problème en la collant, j'ai donc supprimé les tenons.
- Les pâles des hélices sont à l'envers, le remède, couper les pâles au ras de la casserole d'hélice et recoller celle-ci en les retournants.
- Percer les orifices des casseroles d'hélices.
- Mastiquer les emplacements des canons sur les fuselages, car sur le 109 Z il n'y en avait pas.
- Percer les points de levage sur les fuselages.
- Amincir les pipes d'échappements.
- Amincir les filtres (2fois pièces n°16).
- Faire un viseur Revi - C/12D.
- Refaire le tube de pitot en plastique étiré.
- Refaire un mât support antenne, (pièce n°27 en plastique étiré).
- Refaire un manche à balai en plastique étiré.
- Faire une antenne radiogoniomètre sur le fuselage gauche.
- Faire une plaque de blindage pour le pilote.
- Faire des compas d'amortisseur aux jambes de force du train principal en carte plastique.
- Les roues sont bien représentées, justefaire un petit affinage.
- Il faut rallonger en laiton les canons de 30 mm Mk 108 des gondoles, en se référent au dessin de Rikyu Watanabe sur le Me 109 Z paru aux Editions Atlas, ils sont beaucoup trop grands.
- Faire un canon de 30 mm Mk 108 en laiton et fixer le au centre du bord d'attaque.
- La verrière est initulisable, (voir dans la boîte à rabiot) pour une verrière de 109 F, ou vous vous procurez la boîte Set n°5 de la marque Falcon sur les verrières de la Luftwaffe au 1/72.
- Pour améliore votre avion, vous pouvez utiliser la planche en photodécoupe Eduard n°72194, surtout qu'on peut faire un Me 109 F4.
- Et pour finir un tube de mastic, vous en aurez besoin.
Planche Eduard n°72194
Viseur Revi - C/12D
Nota: Sur les photos du diorama maquette, le groupe et le porte bombe ont été fait en scratch
                Le montage:  Je ne reviendrai pas sur toutes les modifications à apporter sur cette maquette, je pense que la liste que j'ai établi vous servira, ou vous suffira.
                Nous commencerons par les deux fuselages, dans celui de gauche nous monterons le poste de pilotage. Tout l'intérieur sera en gris vert RLM 02 (humbrol 92), y le tableau de bord et le siège du pilote, faire des sangles, peinture beige (humbrol 93), manche à balai noir. (Si vous voulez vraiment améliorer l'intérieur de cette maquette, procurez-vous la planche en photodécoupe de chez Eduard n°72194).
                Les pipes d'échappement seront en couleur rouille (humbrol 113), y compris celles du fuselage droit. Les hélices, pâles RLM 70 Schwarzgrün (humbrol 91) et les casseroles en gris panzer (humbrol 67). Les roulettes de queue seront en RLM 02, les pneus en humbrol 67. Nous monterons ensuite les ailes ainsi que le stabilo, faire très attention au dièdre des ailes, et au parallélisme de tout l'ensemble. Les puits des trains principal seront en RLM 02.
                Les trains d'atterrissage qui seront aussi en RLM 02 ainsi que les flasques de roues, les roues dont le moyeux sera en RLM 02 et les pneus en humbrol67. Reste à coller les balancelles, les canons Mk 108 à gondoles, les bouts de ces canons seront en humbrol 53, et nous terminerons par les bombes, soit la SC 250 ou la FTC 500, qui seront en humbrol 67, mais nous ne sommes pas obligés de les mettre.
                La peinture:  Il est vrai, qu'il n'y a eu qu'un seul prototype de ce 109 Z, et que le camouflage en était simple. J'ai voulu suivre le plan de Amodel, et faire le camouflage trois tons. Le dessous sera donc Lichtblau RLM 76 (humbrol 65). Le dessus en Graugrün RLM 74 (humbrol 27) et en Dunkelgrün RLM 71 (humbrol 30). Les flancs des fuselages recevront des taches de humbrol 27 et 30.  
                Les décalcomanies:  Là, il y a beaucoup à dire, les croix de l'intrados sont beaucoup trop grandes, et celles de l'extrados sont mal imprimées. Il faut donc en rechercher d'autres, ou se procurer la planche Aéro-Master n°72047. La planche Amodel a beaucoup de stencils, on se demande où certains ont leur place, de mon côté, j'ai mis tous les principaux, j'y ai passé une bonne partie d'un dimanche. On termine par la traditionelle couche de vernis, soit mat ou satiné, et un grand grand plaisir pour positionner la verrière. Bref, beaucoup de travail sur cette maquette, mais je vous rassure tout de suite, la marque Amodel a beaucoup évoluée. La preuve si vous voulez un avion tel le Yak 25, et bien il faut passer par chez eux.....

                Epilogue:  Le Reichsluftffahrtministérium (RLM), avait donner son feu pour la construction de cet avion en 1942, moins d'un an après il devait volé, le sort de la guerre en décida autrement, un bombardement allié le priva de son premier vol. Malgré des réparations immédiate entreprise le RLM abandonna le projet, pour se reporter sur l'avion à réaction (le Me 262). Son concurent américain, le F 82F "Twin Mustang" qui apparut à la même époque eut plus de chance, vola, et oui ! à notre époque quelques exemplaires volent encore.
                                                                       Malafon.  
               Pour les amateurs de conversion, voici un croquis de mon grand ami André Protin qui est décédé, il était aussi aviateur. Et on terminera sur un autre dessin, toujours de lui, mais avec une note d'humour.