Le Musée des blindés de Saumur






La caverne d'Ali-Baba

Reportage, photos et expo concours par Eric et Stéphane les 03 et 04 juin 2006

                Le club maquettiste de Labry, en présence de deux de ses membres, a participé à l'un des concours de maquettes les plus prisés en Europe : Saumur. Nous avons exposé en digne représentant de notre club nos pièces dans un cadre idyllique où nos petits véhicules en plastique ou résine cotoyaient leurs grands frères d'acier à l'échelle 1.
                "Flash-Back" sur ce week-end de 4 jours...
Le château de Saumur
                Cette année, le concours était placé sous le signe de Tigre II, avec une catégorie consacrée uniquement à ce monstre d'acier, et surtout la présentation dynamique de ce seul et unique char en état de fonctionnement. Rien qu'à l'annonce de ses nouvelles, on se doutait que le cru 2006 allait battre tous les records.
                Nos prévisions étaient fondées, les organisateurs ont dénombrés pas moins de 300 pièces en concours, et des tables ont du être rajoutées pour accueillir tous les exposants, commerçants (Blast Models, Azimut,...) et artisants (Résicast, Retromodels, ...) qui avaient fait le déplacement.
Entrée du Musée
                En ce qui concerne le concours, celui ci était de très haut niveau dans toutes les catégories. Seule ombre au tableau, la catégorie Tigre II n'a accepté que le 1/35° et, de ce fait, tous ceux qui présentait ce char dans une échelle inférieure se sont vus relégué dans la catégorie "véhicule seul". Cette histoire a été mal perçue, ce qui a fait parler beaucoup de monde 
                Mais revenons au concours.
                Au 1/35, les tables étaient remplies sur trois rangs et le plateau était plus que relevé. Il fallaitcompter avec les gens de Models, de Steel Masters,... et surtout avec le club Italien dont leurs membres ont raflé toutes les premières place dans leurs catégories ainsi que le Best of the Show. Pour Stéphane, même avec des pièces de grandes qualités, il n'a pas retenu l'attention des juges.
Pièces présentées par Stéphane au 1/35
Le M-26 Pershing (T26-E3)
Le G.M.C. CCKW 353. Version Cargo
                Le 1/72 n'était pas en reste, et on assiste à une véritable explosion de cette échelle prisée par Eric. Pour sa part, son diorama sur Berlin remporta une médaille de bronze. La première et la deuxième place furent attribué à du 1/48, dont beaucoup ont critiqué ce mélange d'échelle. Si vous voulez voir les photos du concours au 1/72, nous vous recommandons d'aller sur Internet au forum de Minitracks sous la rubrique Expos Concours.
Pièce présentée par Eric qui remporta le bronze au 1/72

               Bon, participer à un concours de classe internationale est une chose, mais quand celui ci se passe au milieu de la plus grande collection de blindés au monde, cela se passe de commentaires. Surtout quand les organisateurs sortent le grand jeu pour ravir les yeux, les oreilles et fatiguer les piles des appareils photos numériques, hein Eric !...
                L'un des points d'orgue de ce week-end furent les deux démonstrations dynamiques avec pas moins de 11 engins en évolutions, avec par ordre d'apparition :
           - Renault R.35 et le rugissement de son moteur de 4 cylindres de 82 ch, bruyant à souhait au point ou Stéphane et son voisin, ne le voyant pas démarrer, l'ont confondu avec un T34/85.
            - Panzer II.
            - Luchs.
            - M-8.
            - Half-Track.
            - OT-810, copie tchèque du SdKfz 251.
           - Hetzez, qui a bien failli se faire bousculer par le Tigre II le dimanche.
            - Sherman M4A1, classique mais néanmoins magnifique.
             - TD M10, dont le silence de son moteur diesel tranchait avec le vrombissement du moteur en étoiles du Sherman.
                Et enfin, celui que tout le monde attendait, sa majesté le Tigre ii ou seul le démarrage de son Maybach de 700 ch était un spectacle pour les oreilles. Mais les poils se dressent rien que de voir ses 70 tonnes, haut comme une cathédrale, se traîner, une vieille dame certe mais quel spectacle !!!. 
Le Renault  FT-17
Le Panzer II
Le Sherman M4A1
Le TIgre II et Hetzer
                L'autre temps fort de ces journées, fut la visite, en contre parties de quelques "deniers", des réserves,... nous devrions plûtot dire "la caverne d'Ali Baba" de ce musée, habituellement fermée au public. Et là, ce fut le choc. Nous nous attendions à voir des choses, mais à ce point là !. Des chars à perte de vue, des prototypes en tout genre dont le gigantesque AMX 30 poseur de pont, un VBL Panhard (Véhicule Blindé Léger) de la police nationale à faire pâlir d'envie un certain petit Nicolas,...
                La liste est longue mais pour vous donnez une toute petite idée voici un petit éventail : Centurion au nombre de 6, une dizaine de Sherman dont un impressionnant Tankdozer, M-42 Duster, T-62, T-55, Ward la France par 5, M-74, M-88, R-35 Roumain, B1 Bis en version démineur, ... et sortie pour l'occasion, cet extraordinaire camion blindés "Léonce Vieljeux" construit par les FFI en 1945 à la Rochelle, et encore dans son jus de 61 ans. 
La pièce d'exception, le fameux "Léonce Vieljeux"
Le Panhard AMD 178
             
Le Panther
Le Tigre I
Le Tigre Royal
Vue de la salle Allemande
Le stock non rénové

               Au dire des habitués, Saumur 2006 a été réussite et a connu un essor par rapport aux précédentes éditions. Nous vous laissons juger et savourer ces quelques moments que nous avons vécus au travers de ce petit reportage photos.
                                                 Eric/Stéphane/Malafon














Panzerkampfwagen VI "Tiger I"








Les modèles AUSFÜHRUNG H et E
                                                                                                                              Char radiocommandé au 1/16.  Marque Hen-Long

Maquettes montées par Jean Luc du Club maquettiste de Labry 



                Historique:  Lorsque les forces blindées allemandes s'enfoncèrent en U.R.S.S., elles eurent la pénible surprise de se heurter aux chars KV 1 et T 34 qui, tous deux, étaient tactiquement supérieur au PzKw IV allemand, pour ne rien dire du PzKw III. Hitler ordonna aussitôt de construire un tank qui, par son blindage et son armement, surclasserait n'importe quel adversaire.
                L'arme, pour ce nouveau blindé, existait déjà: le canono Flak 88 mm; développé à l'origine comme pièce de D.C.A., il avait démontré précédemment sa remarquable bivalence et ses obus, suivant l'expression d'un artilleur allemand "entraient dans les T 34 comme dans du beurre". Le professeur Porsche reçut donc l'ordre de mettre au point un blindé de 45 tonnes, armé du canon KwK 88 mm, et qui serait construit par la firme Henschel. Les premiers prototypes furent essayés à Rastenbourg, en présence de Hitler, lors de l'anniversaire de ce dernier, le 20 avril 1942.
                La production en série des Tiger I démarra lentement, mais Hitler ordonna d'utiliser les premiers tanks dès leur sortie d'usine. Mis ainsi en ligne en trop petit nombre, sur un terrain défavorable (des forêts inondées près de Leningrad), par la suite. Ils ne combattirent que brièvement sur le sol Africain, mais ce alors une éclatante victoire tactique, au col de Kasserine en Tunisie en 1943.
                Fortement blindé, puissamment armé, le Tiger était, à juste titre redouté de ses adversaires. Il fallut l'introduction des canons anglais de 6 livres, et américains de 76 mm à haute vitesse initiale, ainsi que les gros calibres russes de 100 et 122 mm pour en venir à bout.
                Cependant, ces chars ne connurent jamais le succès escompté: ils furent toujours engagés en nombre trop restreint et restèrent handicapés par un certain manque de fiabilité mécanique. Toputefois, entre les mains d'équipages expérimentés, c'était une arme de première classe.
                Caractéristiques:  Equipage 5 hommes.
                                              Longueur 8m24.
                                              Largeur 3m73.
                                              Hauteur 2m88.
                                              Blindage 25 à 110 mm.
                                              Vitesse 38 km/h.
                                              Masse 57t.
                                              Autonomie 140 km.
Le Tigre du Musée de Saumur. (Photo de Stéphane).

Les modèles radiocommandés
                Déjà montés et d'un prix très attractif, ces modèles ne sont pas ce qu'on pourrait appeler du Tamiya même si par certains détails (la figurine du chef de char, etc...), ils s'y ressemblent (le plagier) quelque peu. Rappelons toutefois que la marque Hen-Long est originaire de la république populaire de chine, là où la propriété intellectuelle est vaste rigolade (il suffit de regarder la boîte et vous aurez la surprise d'y trouver les photos de présentation de Tamiya !).

Les transformations sur les deux modèles
                Mais comme je le disais, n'est pas Tamiya qui veut, aussi afin d'obtenir des modèles qui n'auraient rien à envier, il y a pas mal de pain sur la planche.
                Voila la liste du tronc commun des modifications à entreprendre quelque soit les versions que vous envisagez de produire. 
               - Oter le masque du canon pour le replacer à l'endroit (hé oui! ils l'ont fait) et en profiter pour virer la LED (ou laide plutôt) et reboucher l'emplacement de celle ci.
               - Allonger le canon au niveau du deuxième renflement (la partie renforcée) en fabriquant une bague de 4,5 cm de longueur afin de ramener le dit canon à la longueur adéquate.
                - Combler les épiscopes des pilotes et radio mitrailleurs.
                - Redétailler le cric du lot de bord (manivelle, pied support), et faire le catadioptre.
                - Faire figurer les grilles de protection de la plage moteur.
                - Détailler les fermetures des coffres et de la Rommelkiste (marque de la tourelle).
                - Refaire les MG 34 de caisse car l'original ressemble bien plus à une cal 30 américaine et fabriquer l'extincteur de bord.
               Options:  Vous pouvez aussi produire des attaches de tourelle ou de glacis afin d'y placer des patins de chenilles supplémentaires.
                Voici maintenant le travail réalisé afin de reproduire deux des versions du fameux fauve allemand.

Le Ausführung H
                C'est la version de la bataille de Koursk, ici, une fois que vous avez procédé aux travaux sus cités, pas grand chose à retoucher.
                Remplacer les tuyaux vinyle du modèle par des durites de même diamètre que l'on peut se fournir soit dans une casse auto ou sur du vieil électroménager (les miennes ont été prélevées avec la bienveillance de mon chef de cuisine, de sur les stocks de remplacement de durites de laves vaisselles industrielles). 

                Relier les pots fumigènes entre eux à la tourelle avec du fin fil de cuivre.
                Idem pour les phares.
                Réaliser les façades des phares Notek (les yeux de chat).
                Au choix:  Soit ouvrir la fente de vision du pilote (qui est représentée fermée) soit percer deux trous au-dessus de la trappe fermée, et qui correspondent à un épiscopequi fût par la suite retiré des chaînes de montage.
           L'abondance de documentation vous permet de réaliser plusieurs dérations. Pour mon Ausführung H, il arbore une livrée trois tons, (sable, vert de gris, chocolat), présente sur la plupart des Tigre à Koursk.

Le Ausführung E
               Apparut à partir de janvier 1944, il se distingue par de nombreuses modifications, je vous renvois donc à votre documentation, car les énoncés seraient un peu longs. A noter, distinguer les modèles de cette version à train de roulement initial (galets bondés en caoutchouc) et au train de tardif (le même que le Tigre Royal). 
                Voilà ce que j'ai personnellement modifié.
                Oter le filtre à air Feiffel et refaire la prise d'air du capot moteur.
                Oter les phares et n'en replacer qu'un en position centrale sur le glacis vertical entre la rotule de mitrailleuse et la fente de vision du pilote.
                Oter le ventilateur de tourelle et le replacer entre le dispositif lance mines anti personnel.
                Placer un épiscope devant la trappe du chargeur.
                Fabriquer le tourelleau moulé à huit épiscopes et circulaire de mitrailleuse et le mettre en lieu et place du tourelleau initial.
               Fabriquer les deux crocs de remorquage qui apparaissent sur le lot de bord.
               Oter les fumigènes de tourelle et reboucher leurs emplacements.
               Oter la trappe circulaire sur le flanc gauche de la tourelle (côté chef de char) et fabriquer une MG 34 (ou l'acheter) antiaérienne.


Le Zimmeritage
                Libre à vous d'utiliser la technique de votre choix. Pour la décoration, j'ai opté pour un char sur le front de Normandie, appartenant au 101 Schwere-SS. Pz Abt. de l'As Mikaël Wittmann; trois compagnies dont les chiffres de tourelle étaient bleu clair, liseré jaune sur camouflage trois tons.
                Voilà, avec un peu de conversion, une peinture appliquée et un vieillissement soigné, on obtient un Tigre radiocommandé qui n'a pas à rougir face au même bestiau, mais de chez Tamiya.
                Certes il est encombrant, mais cela dit, rien que le plaisir de pouvoir piloter son propre char compense largement ce petit inconvénient, (d'ailleurs certains dioramas au 1/35 sont souvent bien plus encombrants). Ajoutons que le maniement du Tigre est aisé et qu'il répond au doigt et à l'oeil (si j'ose m'exprimer ainsi).
                Un dernier mot:  Toutefois si vous investissez dans un tel projet, il est bon de tenir compte des conseils suivants:
                - Remplacer les accus fournis, par d'autres de meilleure qualité.
                - Allonger les chenilles avec un patin supplémentaires (non fournis dans la boîte) car, premièrement, la tension exercée sur le barbotin et la poulie de renvoie sont trop élevées (risque de casse) et deuxièmement l'effet retombant de la chenille rendra votre modèle plus réaliste.
                - Pour finir, sachez que la marque Hen-Long produit aussi un magnifique M 26 Pershing, et un Panther qui se passe de commentaire, raté à souhait ! (si bien que sur Internet, on l'appèle Trashmodel !). Trumpeter sous la marque Wasan, produise quant à eux un T 34-85 de toute beauté, un bijou,... une merveille quoi !.
               Sachez aussi que le prix de ces modèles varient entre 50 et 130 euros sur Internet ou en boutique, du neuf à l'occasion.
                Il est regrettable qu'en France, la culture du char radiocommandé soit encore très marginale; contrairement aux pays anglo-saxons, la Belgique et l'Allemagne ou les clubs sont nombreux. On peut trouver des pièces détachées et des kits de conversions, ainsi que de nombreux supports techniques.
                                                          Jean-Luc/Malafon

Détails du char Tigre I

Photos de la revue Maquettes Plastique Magazine n°78 de décembre 1978



Détail de l'avant droit de la tourelle
Les cinq porte-éléments de chenille côté gauche
Détail du tourelleau d'un Tigre I-E
Détail de la "meurtrière" du conducteur
Détail de la plage arrière d'un Tigre I-E
Détail d'une roue d'entraînement avant droite
Partie arrière du train de roulement d'un Tigre I-E
               
            
 





















Le Tupolev Tu-22 M-2






"Le Backfire-B"
                                                                                                                                  Maquette Académy au 1/144.  Réf: 1601.





                Historique:  C'est pour remédier aux déficiences du Tu-22 Blinder dans le domaine du rayon d'action que Tupolev développa cet appareil bien plus efficace, plus grand en dimensions et utilisant la technique de la géométrie variable.
Tupolev Tu-22 "Blinder".  Source: Koku Fan
                Le Backfire-A rencontra beaucoup de problèmes semble-t-'il; il avait un train principal qui se rétractait dans un conteneur arrière incorporé dans l'aile, ce qui est une formule typique de Tupolev, et une aile très modérément variable, plus de la moitié de la surface restant fixe et les parties extérieures se déplaçant selon un arc très restreint.
Le Tupolev Tu-22 M-1 "Backfire-A"
                Le Backfire-B, modèledéfinitif de série qui porte sans doute la désignation officielle de Tu-22, n'a pas de conteneurs d'ailes pour son train principal; de nombreuses autres amèliorations ont été apportées, quoique le détail n'en soit pas connu.
                Les deux moteurs sont alimentés par d'importantes prises d'air dont les conduits passent sans doute au dessus des ailes; une perche de ravitaillement en vol est installée au-dessus du nez, mais même sans cette technique le Backfire-B peut effectuer des vols de neuf heures d'endurances.
                Le président du comité des chefs d'Etat-Major américains a déclaré en 1974; "il doit remplacer une partie ou tous les bombardiers russes moyens et lourds; quand il sera déployé avec une force constituée de ravitailleurs en vol, il constitura une redoutable menace pour le continent américain".
Le Tupolev Tu-22 M-2 "Backfire-B".   Source: Encyclopédie des Armes
                La vitesse de développement est aussi un sujet d'inquiétude pour l'Ouest, des appareils de série ont été repérés en mission à longue distance dès le début de 1975. Même en 1979, on connait encore mal cet avion; on n'est même pas sûr de sa désignation. L'équipage est sans doute de quatre hommes. Le radar doit être très puissant et l'équipement électronique et ECM très développé.
                Les capacités des soutes internes ont été évaluées par le département américain de la Défense à 9 435 kg; le Backfire reçoit une tourelle avec probablement un canon de 23 mm à deux tubes, maniée automatiquement.
                Une autre version dont les entrées d'air ont été transformées, a reçu la dénomination de "Backfire-C". Au total trois cent cinquante de ces machines servent dans l'aviation stratégique (240) et dans l'aéronautique navale (110) soviétiques.
Le Tupolev Tu-22 M-3 "Backfire-C"

Caractéristiques des Backfire A-B et C
Dimensions:  Envergure (à 15°) 34,44 m, (à 546°) 26,20 m. Longueur 40,23 m. Hauteur 10,10 m.
Poids:  (estimations): à vide 45 000 kg; en charge 105 000 kg.
Performances:  (estimations Backfire-B): vitesse maxi en altitude 2 445 km/h ou Mach 2,3, au niveau de la mer plus de Mach 1; plafond pratique au-dessus de 18 000 m; rayon d'action de combat avec carburant interne 5 745 km; autonomie de convoyage 9 500 km.
Armement:  2 canons NR-23 de 23 mm dans une barbette de queue, plus un missile AS-4 "Kitchen" noyé sous le fuselage, ou deux missiles As-6 "Kingfish" sous les éléments fixes de voilure ou encore une charge de bombes de 12 000 kg.

La maquette
                Une fois n'est pas coutume, je me suis lancé dans le 1/144, moi habitué du 1/72. Académy nous a sorti là, une jolie mquette, qui s'assemble à merveille (aucun masticage), le tout moulé en creux dans un plastique gris clair qui se travail bien; avec un nombre de 64 pièces et 3 transparentes.
                Cette maquette date de 1984, aucune bavure sur le modèle, pour moi c'est un petit chef d'oeuvre, les tuyères et trains d'atterrissages eux aussi sont formidables.

La boîte Académy

Le montage
                Il faut améliorer un peu le poste de pilotage, de mon côté j'ai rajouté une cloison en carte plastique avec ouverture pour aller chez le radariste; faire aussi deux manches à balai, style demi-volant de voiture, quelques petites manettes au milieu des deux sièges, pour finir un morceau  de carte plastique pour le tableau de bord.

Peinture de l'habitacle
                Sièges gris mer mat, appuies tête rouge; les demi-volants noir mat, cloison arrière et habitacle en gris mouette mat, tableau de bord noir mat avec décalque de la boîte à rabiot.
               Nous collons le tout, sans avoir oublier de coller les vitres latérales pièces 49 et 50, lester l'avant de l'appareil, un régal tout s'assemble à merveille.

Le montage des ailes
                Suivre les étapes 2 et 3 pour le collage des pièces, attention avant de coller le tout ne pas oublier de peindre le dessous et dessus des ailes en gun-métal côté fuselage; quand la géométrie variable de l'aile est ouverte, on voit très bien cette peinture. (voir photos de la maquette). 

Montage des entrées d'air
                Suivre l'étape 4 pour le collage des pièces, il faut mettre en peinture l'intérieur des entrées en noir mat, et à l'avant moitié gris mouette et blanc mat. Coller le tout au fuselage ainsi que les pièces 44 et 47. Ne pas oublier de faire deux entrées d'air dynamiques à l'arrière, sous l'intrados, elles permettent le refroidissement des postcombustions. 

Montage des trains d'atterrissages
                Etape 6, ils sont merveilleux, mais fragiles; il n'y a pas moins de 14 roues à mette en peinture. On y arrive, il suffit de prendre son temps, pour la peinture moyeux en vert moyen mat, les pneus en noir mat, intérieur des puits en vert moyen mat, l'intérieur des trappes en gris foncé mat.

Le montage des tuyères et de la tourelle de queue
                Etape 7, la peinture des tuyères en gun-métal, les vieillir au pinceau sec avec un mélange de bleu, de laiton et de noir; la tourelle de queue sera en gun-métal
                L'étape 8 sera le collage des petites pièces, la mise en place des trains et des trappes.

Le missile AS-4 "Kitchen"
                Il faudra le percer à l'arrière pour lui donner un bel aspect, pour la peinture du missile il sera en bare mètal silver, sur le devant un rectangle noir mat plus une bande rouge. (voir photos de la maquette).

La peinture de la maquette et les décalcomanies
                J'ai fait cette peinture comme au bon vieux temps c'est à dire au pinceau. Pour le dessous, le tout sera en blanc mat (il faudra plusieurs couches). Le radar de queue sera blanc mat ainsi que le détecteur d'alerte radar, en blanc mat aussi les panneaux diélectriques et le carénage d'antenne. Le dessus lui sera en gris mouette mat, il restera à mettre en gun métal les becs de bord d'attaque sur les ailes, la dérive et les stabilisateurs, la verrière sera en gris mouette mat.
                J'ai pris de nouvelles étoiles rouges sur la planche n°72046 de chez Eagle Strike, conserver les chiffres 43 et en chercher un plus petit pour le mettre sur la porte avant du train avant.
                Pour terminer on vaporisera une voir deux couches de vernis satiné, et les feux de navigation, sur l'aile gauche en vert clear colour et sur l'aile droite en rouge clear colour.
                                                                         Malafon



La géométrie variable sur le Tupolev Tu-22 M-2
"Backfire-B".  Source: Air International

Le missile AS-4 "Kitchen" de la marque Amodel
                Merci à Amodel pour sa série de missiles russes, celui-ci pourra servir sur le Tupolev Tu-22 M-3 "Backfire-C" de chez Esci au 1/72 réf: 9071.