Panzerkampfwagen VI "Tiger I"








Les modèles AUSFÜHRUNG H et E
                                                                                                                              Char radiocommandé au 1/16.  Marque Hen-Long

Maquettes montées par Jean Luc du Club maquettiste de Labry 



                Historique:  Lorsque les forces blindées allemandes s'enfoncèrent en U.R.S.S., elles eurent la pénible surprise de se heurter aux chars KV 1 et T 34 qui, tous deux, étaient tactiquement supérieur au PzKw IV allemand, pour ne rien dire du PzKw III. Hitler ordonna aussitôt de construire un tank qui, par son blindage et son armement, surclasserait n'importe quel adversaire.
                L'arme, pour ce nouveau blindé, existait déjà: le canono Flak 88 mm; développé à l'origine comme pièce de D.C.A., il avait démontré précédemment sa remarquable bivalence et ses obus, suivant l'expression d'un artilleur allemand "entraient dans les T 34 comme dans du beurre". Le professeur Porsche reçut donc l'ordre de mettre au point un blindé de 45 tonnes, armé du canon KwK 88 mm, et qui serait construit par la firme Henschel. Les premiers prototypes furent essayés à Rastenbourg, en présence de Hitler, lors de l'anniversaire de ce dernier, le 20 avril 1942.
                La production en série des Tiger I démarra lentement, mais Hitler ordonna d'utiliser les premiers tanks dès leur sortie d'usine. Mis ainsi en ligne en trop petit nombre, sur un terrain défavorable (des forêts inondées près de Leningrad), par la suite. Ils ne combattirent que brièvement sur le sol Africain, mais ce alors une éclatante victoire tactique, au col de Kasserine en Tunisie en 1943.
                Fortement blindé, puissamment armé, le Tiger était, à juste titre redouté de ses adversaires. Il fallut l'introduction des canons anglais de 6 livres, et américains de 76 mm à haute vitesse initiale, ainsi que les gros calibres russes de 100 et 122 mm pour en venir à bout.
                Cependant, ces chars ne connurent jamais le succès escompté: ils furent toujours engagés en nombre trop restreint et restèrent handicapés par un certain manque de fiabilité mécanique. Toputefois, entre les mains d'équipages expérimentés, c'était une arme de première classe.
                Caractéristiques:  Equipage 5 hommes.
                                              Longueur 8m24.
                                              Largeur 3m73.
                                              Hauteur 2m88.
                                              Blindage 25 à 110 mm.
                                              Vitesse 38 km/h.
                                              Masse 57t.
                                              Autonomie 140 km.
Le Tigre du Musée de Saumur. (Photo de Stéphane).

Les modèles radiocommandés
                Déjà montés et d'un prix très attractif, ces modèles ne sont pas ce qu'on pourrait appeler du Tamiya même si par certains détails (la figurine du chef de char, etc...), ils s'y ressemblent (le plagier) quelque peu. Rappelons toutefois que la marque Hen-Long est originaire de la république populaire de chine, là où la propriété intellectuelle est vaste rigolade (il suffit de regarder la boîte et vous aurez la surprise d'y trouver les photos de présentation de Tamiya !).

Les transformations sur les deux modèles
                Mais comme je le disais, n'est pas Tamiya qui veut, aussi afin d'obtenir des modèles qui n'auraient rien à envier, il y a pas mal de pain sur la planche.
                Voila la liste du tronc commun des modifications à entreprendre quelque soit les versions que vous envisagez de produire. 
               - Oter le masque du canon pour le replacer à l'endroit (hé oui! ils l'ont fait) et en profiter pour virer la LED (ou laide plutôt) et reboucher l'emplacement de celle ci.
               - Allonger le canon au niveau du deuxième renflement (la partie renforcée) en fabriquant une bague de 4,5 cm de longueur afin de ramener le dit canon à la longueur adéquate.
                - Combler les épiscopes des pilotes et radio mitrailleurs.
                - Redétailler le cric du lot de bord (manivelle, pied support), et faire le catadioptre.
                - Faire figurer les grilles de protection de la plage moteur.
                - Détailler les fermetures des coffres et de la Rommelkiste (marque de la tourelle).
                - Refaire les MG 34 de caisse car l'original ressemble bien plus à une cal 30 américaine et fabriquer l'extincteur de bord.
               Options:  Vous pouvez aussi produire des attaches de tourelle ou de glacis afin d'y placer des patins de chenilles supplémentaires.
                Voici maintenant le travail réalisé afin de reproduire deux des versions du fameux fauve allemand.

Le Ausführung H
                C'est la version de la bataille de Koursk, ici, une fois que vous avez procédé aux travaux sus cités, pas grand chose à retoucher.
                Remplacer les tuyaux vinyle du modèle par des durites de même diamètre que l'on peut se fournir soit dans une casse auto ou sur du vieil électroménager (les miennes ont été prélevées avec la bienveillance de mon chef de cuisine, de sur les stocks de remplacement de durites de laves vaisselles industrielles). 

                Relier les pots fumigènes entre eux à la tourelle avec du fin fil de cuivre.
                Idem pour les phares.
                Réaliser les façades des phares Notek (les yeux de chat).
                Au choix:  Soit ouvrir la fente de vision du pilote (qui est représentée fermée) soit percer deux trous au-dessus de la trappe fermée, et qui correspondent à un épiscopequi fût par la suite retiré des chaînes de montage.
           L'abondance de documentation vous permet de réaliser plusieurs dérations. Pour mon Ausführung H, il arbore une livrée trois tons, (sable, vert de gris, chocolat), présente sur la plupart des Tigre à Koursk.

Le Ausführung E
               Apparut à partir de janvier 1944, il se distingue par de nombreuses modifications, je vous renvois donc à votre documentation, car les énoncés seraient un peu longs. A noter, distinguer les modèles de cette version à train de roulement initial (galets bondés en caoutchouc) et au train de tardif (le même que le Tigre Royal). 
                Voilà ce que j'ai personnellement modifié.
                Oter le filtre à air Feiffel et refaire la prise d'air du capot moteur.
                Oter les phares et n'en replacer qu'un en position centrale sur le glacis vertical entre la rotule de mitrailleuse et la fente de vision du pilote.
                Oter le ventilateur de tourelle et le replacer entre le dispositif lance mines anti personnel.
                Placer un épiscope devant la trappe du chargeur.
                Fabriquer le tourelleau moulé à huit épiscopes et circulaire de mitrailleuse et le mettre en lieu et place du tourelleau initial.
               Fabriquer les deux crocs de remorquage qui apparaissent sur le lot de bord.
               Oter les fumigènes de tourelle et reboucher leurs emplacements.
               Oter la trappe circulaire sur le flanc gauche de la tourelle (côté chef de char) et fabriquer une MG 34 (ou l'acheter) antiaérienne.


Le Zimmeritage
                Libre à vous d'utiliser la technique de votre choix. Pour la décoration, j'ai opté pour un char sur le front de Normandie, appartenant au 101 Schwere-SS. Pz Abt. de l'As Mikaël Wittmann; trois compagnies dont les chiffres de tourelle étaient bleu clair, liseré jaune sur camouflage trois tons.
                Voilà, avec un peu de conversion, une peinture appliquée et un vieillissement soigné, on obtient un Tigre radiocommandé qui n'a pas à rougir face au même bestiau, mais de chez Tamiya.
                Certes il est encombrant, mais cela dit, rien que le plaisir de pouvoir piloter son propre char compense largement ce petit inconvénient, (d'ailleurs certains dioramas au 1/35 sont souvent bien plus encombrants). Ajoutons que le maniement du Tigre est aisé et qu'il répond au doigt et à l'oeil (si j'ose m'exprimer ainsi).
                Un dernier mot:  Toutefois si vous investissez dans un tel projet, il est bon de tenir compte des conseils suivants:
                - Remplacer les accus fournis, par d'autres de meilleure qualité.
                - Allonger les chenilles avec un patin supplémentaires (non fournis dans la boîte) car, premièrement, la tension exercée sur le barbotin et la poulie de renvoie sont trop élevées (risque de casse) et deuxièmement l'effet retombant de la chenille rendra votre modèle plus réaliste.
                - Pour finir, sachez que la marque Hen-Long produit aussi un magnifique M 26 Pershing, et un Panther qui se passe de commentaire, raté à souhait ! (si bien que sur Internet, on l'appèle Trashmodel !). Trumpeter sous la marque Wasan, produise quant à eux un T 34-85 de toute beauté, un bijou,... une merveille quoi !.
               Sachez aussi que le prix de ces modèles varient entre 50 et 130 euros sur Internet ou en boutique, du neuf à l'occasion.
                Il est regrettable qu'en France, la culture du char radiocommandé soit encore très marginale; contrairement aux pays anglo-saxons, la Belgique et l'Allemagne ou les clubs sont nombreux. On peut trouver des pièces détachées et des kits de conversions, ainsi que de nombreux supports techniques.
                                                          Jean-Luc/Malafon

Détails du char Tigre I

Photos de la revue Maquettes Plastique Magazine n°78 de décembre 1978



Détail de l'avant droit de la tourelle
Les cinq porte-éléments de chenille côté gauche
Détail du tourelleau d'un Tigre I-E
Détail de la "meurtrière" du conducteur
Détail de la plage arrière d'un Tigre I-E
Détail d'une roue d'entraînement avant droite
Partie arrière du train de roulement d'un Tigre I-E
               
            
 





















1 commentaire:

  1. belle histoire, char RC étaient rc reconstruire. qui ont été utilisés dans les batailles et les guerres. Hitler était un homme cruel.

    RépondreSupprimer