Les derniers Fieseler Fi 103 H et N








LES DERNIERS ATOUTS DE HITLER

Les Vergeltungswaffe H et N
Ou les armes du désespoir
                                                                                                        Conversion de maquettes Tamiya au 1/48.  Réf: 61052-800


               Historique:  Après le premier bombardement massif des rampes et bases de lancement de V1 le 21 décembre 1943, les Allemands décidèrent de trouver une parade à cette destruction. Donc si on ne pouvait plus tirer ce missile sur le terrain, il fallait trouver une autre solution. On fit donc appel au docteur ingénieur Wechselrahmen Adolf, cet illustre savant avait d'ailleurs été mis en prison sur ordre de Hitler en 1941 suite à de mauvais travaux.
                Ayant des remords de consciense Hitler le fit donc ressortir de la prison de Spandau, et lui ordonna de reprendre ces travaux sur les Vergeltungswaffe H et N. Le savant fut donc mis à contribution, il avait d'ailleurs du fond de sa cellule eu quelques idées en tête. Il pensait à deux choses pour le V1, la voie de mer et le décollage d'un terrain, il présenta quelques dessins qu'il avait fait dans sa cellule. L'idée fut proposée à Hitler qui jubila et fit mettre cette idée en pratique sur-le-champ.
                Rendez-vous fut pris avec la firme Fieseler pour le déclenchement des modifications à réaliser sur le V1, l'ingénieur Wechselrahmen avait dans un temps record effectué les plans pour ces modifications.
                Le temps pressait, les Allemands perdaient de plus en plus de terrain, et le débarquement des alliés sur les plages normandes se préparait, ce que les Allemands ne savaient pas. Les nouveaux V1 ne furent pas préparés à temps, (problèmes techniques) pour pouvoir être opérationnels, le cours de la guerre en décida autrement.
                Deux prototypes furent néanmoins construits et quelques essais sur l'eau et sur pistes effectués. Les deux prototypes furent détruit avant l'arrivée des forces américaines et françaises, qui néanmoins récupérèrent deux dessins.

La maquette Tamiya

La réalisation du Fieseler Fi 103 H
               Le Fieseler Fi 103 H:  Hydravion Aucun problème pour le pontage de la maquette Tamiya.
               Pour la conversion:  Récupération des deux flotteurs sur la maquette du Heinkel 51 de chez Hasegawa (enlever les supports arrière), récupérer aussi la pièce porte flotteurs. Référence de la boîte.....
                Prendre sur un chariot de transport du Messerschmitt 163 Komet au 1/72 de chez Heller la pièce n°38, refaire deux supports qui iront à l'arrière des flotteurs, à la place de ceux qui auront été enlevés. Référence de la boîte 80 237.
               Pour les canons avec gondoles, les prendre sur un Messerschmitt 109 G2 de chez Heller, référence de la boîte 076, mais bon courage si vous la trouvez.
                Les fusées de décollage seront prises sur un Mig 15 de chez Kovozavody KP, référence de la boîte 12.
                Pour la peinture:  Tout le V& ainsi que les flotteurs seront en RLM 76 Lichtblau, l'extrados aura des taches vert foncé, le pulsoréacteur sera en noir, les moteurs fusées en rouge, la sortie en gun-métal.
               L'antenne fouet ainsi que la petite antenne sous le pulso en noir, le cône du V1 en orange, l'hélice de commande et contrôle de vol en argent, le bout en jaune. Les canons de 30 mm en gun-métal, les saumons d'aile en bleu, la grille du pulso en polished aluminium puis effectué un brossage à sec.
               Décoration:  Nous pouvons mettre les décals de la boît Tamiya, en suite récupérer deux balkankreuz de 11 mm blanche et deux noir, les blanches allant sur l'extrados, puis deux balkankreuz de 8 mm blanche qui iront sur le fuselage, pour terminer deux Svastika de 4 mm et l'insigne d'escadrille qui ira sous le pulsoréacteur. On termine par le vernis satiné.

      
Le Fieseler Fi 103 Hydravion

La réalisation du Fieseler Fi 103 N
                            Le fieseler Fi 103 N:  Nightfighter Aucun problème pour le montage de la maquette Tamiya.
               Pour la conversion:  Récupération de deux pulsoréacteurs AS 014 dans la boîte Heinkel 280 de chez Huma Modell, référence de la boîte 4000.
                Récupérer les trains d'atterrissages d'un Fairey Firefly de la marque Airfix, les coupés à la mesure, référence de la boîte 02018,  voir pour trois roues dans la boîte à rabiot.
                Récupérer deux missiles Kramer X4 du Messerschmitt P 1101 de chez Revell ou Dragon, référence de chez Revell 04377.
                Pour la peinture:  Tout le V1 sera en gris mouette, sur le dessus faire des en RLM 74. Les trains d'atterrissages seront en RLM 02, les vérins en polished aluminium. Les roues moyeux en RLM 02 les pneus en gris blindés. Le cône du pulsoréacteur en rouge l'intérieur noir, le pulso sera noir. La grille du pulso en polished aluminium avec un brossage à sec, l'hélice de commande et contrôle de vol en argent le bout en rouge. Les deux pulso, intérieur polished aluminium, l'ensemble en métallic black. Les missiles X4 noir, olive clair et aluminium, le cône du V1 en jaune.
                Décoration:  Nous pouvons mettre les décals de la boîte Tamiya, ensuite récupérer deux balkankreuz de 11 mm et deux noir, les blanches allant sur l'extrados, puis deux balkankreuz de 8 mm blanche qui iront sur le fuselage, pour terminer deux Svastika de 4 mm et l'insigne d'escadrille qui ira sous le pulsoréacteur. On termine par le vernis satiné.   
       
Le Fieseler Fi 103 Nightfighter

Les dessins récupérés par les Alliés 
Le dessin du Fieseler Fi 103 Hydravion
Le dessin du Fieseler Fi 103 Nightfighter
                           Epilogue:  Quand les alliés prirent possession du terrain à l'endroit où les nouveaux V1 devaient être opérationnels, ils mirent la main sur deux dessins (voir plus haut). Comme les prototypes avaient été détruits par les Allemands, on ne saura donc jamais ce que devait être ses nouveaux missiles, ni même son constructeur l'ingénieur Wechselrahmen Adolf, qu'on ne revit jamais ??? !!! ...
                                                                      Malafon

               


C'était le poisson d'avril pour l'année 2011.











Le Bréguet Br 1050 "Alizé"






Identifications et couleurs du
Bréguet Br 1050 ""Alizé""


Reportage, collection, maquette au 1/72 par mon ami Jean-Pierre Boespflug



UN AVION SUPER-FORMIDABLE


Tout commence par le Bréguet Br 960 "Vultur" 



                Quand ils furent pris en compte par le CEPAde St Raphael les appareils de présérie n'avaient pas reçu de peinture, l'aluminium restait nu. Iles reçurent sur le fuselage un code SR suivi d'un numéro d'ordre (SR 11 etc).  
Bréguet Br 960 "Vultur"
Bréguet Br 965 (ex Vultur)
                Ils furent ensuite recouverts d'une peinture deux tons. Les surfaces supérieures étaient d'une couleur se rapprochant de l'ardoise, tandis que les surfaces inférieures étaient d'un vert pâle (vert d'eau). La ligne de séparation était très nette, située juste au dessus de l'échappement du turbo propulseur. La casserole d'hélice était noire et le bout des pales jaune.
                Les marquages ont été modifiés à plusieurs reprises.
                      
Le Bréguet Alizé première génération
Le Bréguet Alizé numéro SR-15 en aluminium
                A la livraison : la gouverne verticale portait un large pavillon tricolore frappé de l'ancre de Marine. Le type de l'appareil (Bréguet 1050) et le numéro étaient indiqués en haut de la dérive. Une cocarde du type Marine était sur chaque côté du fuselage au dessus du radome radar. Des cocardes identiques étaient posées sur l'intrados et l'extrados de chaque aile. Une inscription manuscrite Alizé était de chaque côté du capot moteur. Chaque avion était identifié par une lettre (H etc)
Le Bréguet Alizé numèro 04
                Dès 1961, le nom sur le capot et le pavillon sur la gouverne ont disparu la dérive devenant d'une couleur uniforme.Le type d'appareil (Bréguet 1050) est maintenant indiqué sous l'empennage horizontal. Le numéro de série de chaque appareil est porté avec de grands chiffres noirs, de chaque côté du fuselage entre la cocarde et l'empennage. 
Bréguet Alizé numéro 16 et 38
                Le même numéro a remplacé la cocarde, il est blanc sur l'aile droite et noir sur l'aile gauche. Il est répété en plus petit trois fois sur l'avant sous la casserole d'hélice et de chaque côté en bas du capot moteur. Le numéro de série et lui aussi en haut de la dérive. Cette pratique a été vite abandonnée.
                La flottille utilisatrice est identifée par des éléments amovibles : un insigne es décalcomanie appliqué de chaque côté du fuselage juste sous la verrière avant et des capots facilement démontables (saumon en bout d'ailes et carénage de radio compas derrière le cockpit) sont peints d'une couleur spécifique à chaque flottille, blanc pour la 4F, rouge pour la 6F, jaune pour la 9F. Les avions affectés en escadrille gardent leur livrée gris-vert d'origine.
Bréguet Alizé numéro 75 de la 4F
Bréguet Alizé numéro 70
                En 1964, l'équipement des Alizé a été amélioré pour s'adapter aux nouvelles techniques de lutte (ASM). Les appareils modernisés ont été désignés par un chiffre 1 devant leur numéro de série.
                Par la suite les Alizé en service à la 4F, 6F et les escadrilles porteront la mention Marine qui est devenue la règle pour tous les appareils de l'Aéronavale dans les années 80.
                Cette inscription était noire, placée devant la cocarde de fuselage. Chaque pale était désormais marquée à son extrémité par 2 traits rouge fluo. La casserole d'hélice a reçu une spirale rouge pour la 4F et jaune pour la 6F. Les nouvelles missions sont plus orientées vers la guerre électronique, la reconnaissance et le guidage d'avions d'assault.
Bréguet Alizé numéro 172
Bréguet Alizé numèro 160
                A partir de 1982, les ateliers de Cuers commencent à modifier les Alizé avec de nouveaux équipements (radar système de navigation et bouées sonores). Les surfaces inférieures de l'Alizé modernisé 'ALM) reçoivent alors une peinture blanche.
Bréguet Alizé numéro 28
Bréguet Alizé numéro 51
Bréguet Alizé numéros 31-55-60 et 56 en formation
                En 1989, adoption des peintures à basse réflectance pour les appareils de combat de l'Aéronavale. Les Alizé prennent une livrée à deux tons de gris avec des cocardes plus petites. Les diverses inscriptions restent les mêmes mais sont grises et nettement plus petites.              
Bréguet Alizé basse réflectance numéros 49 et 50
Bréguet Alizé numéro 56  de la 6F déclassé
Bréguet Alizé basse réflectance numéro 41
                En 1995, nouvelle modernisation portant sur le système de contre mesure, la chaîne de cap et le pilote automatique. De nombreuses antennes jaunes et blanches sont sur le cockpit et le fuselage, c'est l'Alizé mis à hauteur (ALH). Le jour où ils furent retirés du service les derniers Alizé furent décorés d'une manière nettement plus fantaisiste !. 
Bréguet Alizé de la 6F
Bréguet Alizé de la 4F numéro 31

Quelques insignes des formations
Insigne 4F 03
Insigne 6F 02
Insigne 9F Homologué
Insigne 9F fantaisie
Insigne 9F Pacifique
Insigne Alizé 114
CEPA
Insigne Alizé 161

La maquette Mach 2 au 1/72
La boîte Mach 2
Le plan de montage

La planche de décals Model Art

La maquette de Jean-Pierre

Les insignes du Bréguet Alizé


Les aquarelles sur le Bréguet Alizé

Caractéristiques du Bréguet Alizé
                Envergure:  15,60 m.
                Longueur:  13,85 m.
                Hauteur:  5 m.
                Surface alaire:  36 m².
                Vitesse de croisière en continu:  435 km/h.
                Plafond pratique:  6 500 m.
                Equipage:  3 hommes.
                                                        Jean-Pierre/Malafon

Photoscope sur le Bréguet Alizé
Du Musée de l'Air au Bourget
                J'ai pris les photos début des années 1980 sur le tarmac du Musée au Bourget. A l'époque le Bréguet Alizé numéro 10 était encore à l'extérieur
                                                                      Malafon