Wikipedia

Résultats de recherche

Les camions GMC CCKW 352 et CCKW 353.







"" Half a million "Jimmies" ""

Maquette Italeri  + scratch au 1/35.  Référence : 205.







Historique : Condensé de l'Encyclopédie des Armes volume 11 aux éditions Atlas 1990.
Condensé du fascicule Ouest-France, les véhicules américains de la bataille de Normandie 2014.
Pour le GMC de dépannage, la  revue MPM Magazine n°105 et 106 de mai et juin 1980.



Maquette Italeri + scratch  au 1/35, pour la réalisation d'un GMC de dépannage CCKW 353 "Lot 7"".
Réalisation de la maquette et photos par Jean-Henri Filliol du CML de Labry (54) France.






Historique : Le déroulement des opérations de Normandie posa aux Alliés un problème logistique de grande ampleur pendant l'été de l'année 1944. Au cours des efforts qu'il fallut déployer à cette occasion dans le domaine des transports, le GMC 6 X 6 de 2,500 t, surnommé "Jimmy", joua un rôle qu'aucun véhicule de fort tonnage n'a rempli.

En 1939, les camions militaires américains étaient standardisés et devaient se limiter à deux modèles de chaque catégories. Les constructeurs furent sollicités pour proposer des matériels de classe 0,500, 1,500, 2,500, 4 et 7,500 t. Il leur était demandé de prévoir le plus possible de pièces détachées et d'accessoires communs aux différentes versions et, en 1941, seize firmes avaient reçu l'autorisation de concourir. En juin 1940, le service du matériel avait déjà testé et retenu trois types de véhicules : le Dodge 4 X 4 de 1 1/2-ton, le GMC 6 X 6 de 2 1/2-ton et le Mack 6 X 6 de 6-ton.


"" Un matériel fiable ""
La fiabilité de ces véhicules au cours des quelques années qui suivirent fut remarquable et, plus de quarante ans après, elle reste encore surprenante. Les premiers modèles disposaient d'une cabine en acier, qui sera remplacée en 1943 sur toutes les versions américaines par un toit et des portes latérales en toile. La silhouete élégante de la cabine tôlée disparut avec cette transformation, ce que compensa le gain en hauteur obtenu à la place. La cabine tôlée resta sur les modèles déjà en service et on la trouva jusque dans les années soixante-dix dans de nombreux pays. Les premières commandes de la version normale parvinrent à la Yellow Truck Compagny, société qui appartenait en partie à GMC et qui fut absorbée par la suite. Le capot standard initialement commercialisé fut remplacé par une simple plaque d'acier embouti munie de garde-boue carrés. 


GMC CCKW 353 châssis long, photo prise lors d'un rassemblement de véhicules américains à Florange (57) France.  
Collection personnelle.   


Dodge WC 52 équipé d'un treuil de la 6e DB.

Ce Mack NM est utilisé pour la traction des pièces d'artillerie lourde de 155 mm. Il est ici aux couleurs d'une unité antiaérienne britannique.
Source des deux photos: Les véhicules américains de la bataille de Normandie, éditions Ouest-France 2014.



La plupart de ces camions de 2 1/2-ton sortaient en version cargo, mais il existait de nombreuses autres variantes, dont un camion-benne pour le génie et qui pouvait servir de transport de personnel. L'utilisation de sièges amovibles, d'une ridelle avant et d'un élément de protection de la cabine adaptables permettaient de transformer le véhicule en camion de service courant. 

Le GMC camion-benne, et une bétonnière mobile à grand rendement.
Source: La revue Science et Vie année 1946.


Le GMC doit sa naissance aux commandes françaises et britanniques fin 1939 pour la fourniture d'un camion 6 X 6. La défaite française en juin 1940 valut à la majorité de ces camions d'être livrés à la Grande-Bretagne.
L'armée américaine quant à elle avait déjà adopté le GMC et son succès ne se dément pas durant le conflit car plus de 562 750 exemplaires en ont été construits. Véritable "cheval de trait" de l'armée américaine, le GMC subit plusieurs modifications durant sa carrière dont le plus visible est la suppression de la cabine tôlée remplace par une en toile dès 1943. Le but était d'économiser le métal tout en réduisant le poids. La hauteur ainsi réduite, il est possible de les empiler en caisse dans les "liberty ship" qui transportent tout ce matériel à travers l'océan Atlantique jusqu'en Grande-Bretagne.
Il en existe deux versions principales, le 352 à châssis court, utilisé surtout dans les régiments d'artillerie et le plus courant, le 353 à châssis long, utilisé pour le transport de marchandises ou de soldats.
Sa polyvalence lui vaut d'être utilisé pour tous les usages. C'est ainsi qu'il sert de postes de commandement recarrossé avec une caisse métallique mais aussi de citernes pour le ravitaillement d'avions ou de ses congénères.
Sa charge utile de 2,5 tonnes est largement dépassée sur le front, ce qui lui vaut le respect de ses utilisateurs.  

Superbe restauration d'un GMC 2,5 Ton 6 X 6 CCKW 352 B2 de 1942.
Source: Le magazine Véhicules militaires n°6 du 12/12/2005 et 01/01/2006, article de Franck Defieu. 
GMC équipé d'un compresseur d'air "Le Roi" permettant la mise en oeuvre d'outils pneumatiques pour les unités du Génie.
GMC CCKW 353 avec la caisse atelier qui contient de l'outillage et des pièces détachées. On y trouve à l'intérieur un système de chauffage et de ventilation.
Source des deux photos: Les véhicules américains de la bataille de Normandie aux éditions Ouest-France 2014.


"" Les problèmes de chargement ""

Source : L'Encyclopédie des Armes volume 11 aux éditions Atlas 1990.

L'avion de transport Douglas C-54 qui servit à la fin de la guerre était équipé d'un train de roulement à trois roues qui maintenait la cabine à 3,05 m au-dessus du sol, ce qui rendait à peu près impossible le chargement et le déchargement avec des camions de type classique, et des dommages importants pouvaient être causés aux appareils, aux véhicules et aux matériels embarqués. C'est pourquoi la firme Garwood réalisa une caisse spéciale, adaptable au châssis de l'ACKW 353, commandée par un système élévateur mettant en oeuvre un hayon réglable en fonction des différentes hauteurs d'avion et dont le circuit hydraulique était alimenté par une tubulure télescopique montée sur un berceau placé à l'arrière du véhicule.
Il existait assez peu de GMC de 2 1/2-ton en version dépannage, à l'exception de deux camions prévus pour la manutention et assimilés à ce type d'engin. Un modèle MI du service chimique disposait d'une double glissière sur laquelle un appareil de levage se déplaçait pour permettre l'embarquement et le transport de bidons de produits chimiques. En outre, un récipient spécial installé à bord servait à stocker les produits de décontamination nécessaire. Un autre engin de manutention plus complexe, qui équipait l'armée de l'air, comprenait deux cadres en U montés en opposition. Une poutrelle à glissières fixée à leur sommet supportait le treuil qui servait au transport des bombes des dépôts de munitions aux appareils. La Hell Compagny de Milwaukee dans la Wisconsin en fabriquait la cadre et la caisse, dont elle fournit 2 286 exemplaires. Une des solutions les plus rarement retenues dans l'emploi du camion CCKW consista également à transformer celui-ci en un tracteur à six roues pour semi-remorque, en s'inspirant principalement du tracteur Chevrolet 4 X 4 NK-G-7113.

Vue arrière d'un GMC CCKW 353 châssis long.     Collection personnelle.


"" Caractéristiques d'un GMC 352 B2 ""
Longueur : 5,22 m.
Largeur : 2,24 m.
Hauteur : 2,80 m bâchée.
Pneus : 750 X 20 .
Empattement : 3,68 m.
Poids : 5 012 kg.
Charge utile : 2 427 kg.
Vitesse maxi : 75 km/h.
Autonomie : 450 km.
Consommation sur route : 35 litres au 100 km.
Moteur : GMC, 6 cylindres essence, type 270 de 4,4 l, développant 104 ch DIN à 2750 tours/min.
Boîte de vitesses : 5 vitesses avant et 1 marche arrière.
  



"" Le GMC de dépannage en maquette ""

Source : La revue MPM Magazine n°105 et 106 article de Jean-Claude Lemaire. 


G.M.C : trois lettres qui évoquent une silhouette, une histoire et qui, pour beaucoup, représente l'archétype du transport militaire.
Ce véhicule qui a "roulé sa caisse" aux "quatre coins" du globe, tant sous des couleurs civiles que militaires, ne semblait guère inspirer les fabricants de maquettes, notamment au 1/35.
Pourtant deux marques Heller et Italerei, ont commercialisé une version de ce camion, malheureusement la même : le CCKW 353 - cabine bâchée. (Notons également la marque Airfix qui avait un projet d'un GMC au 1/35 cabine tôlée, ce projet a été abandonné). Or, le GMC construit à plus de 500 000 exemplaires, est sorti en plusieurs variantes.
Dans la série des CCKW deux types furent produits : le 353 châssis long et le 352 châssis court.
Ces deux modèles de base ont été équipés de caisses diverses : cargo, citernes, benne, caisses techniques et de deux cabines, l'une tôlée entièrement fermée et l'autre bâchée, du type torpedo. Comme  le modèle Airfix d'un modèle tôlé n'a pas été réalisé (du moins je le pense), seule la version disponible bâchée... en attendant la version "citerne avec cabine tôlée" promise par Italerei, mais c'était e 1980.
Nous avons donc décidé en partant d'une maquette existante, de réaliser une version châssis court CCKW 352. Les différences entre les châssis longs et courts résident, hormis la longueur du châssis, dans sa longueur de la caisse, l'emplacement du réservoir et des roues de secours et la position du coffre à batterie. Le reste des éléments demeure identique.
Afin de diversifier un peu la gamme des modèles de vitrine, nous avons choisi de réaliser la maquette de la version de dépannage "Lot 7"
Ce véhicule est en fait la version de base cargo, équipée d'un palan Yale de 500 kilos, sur monorail. Il constitue un moyen léger de dépannage et de manutention.

En partant de la documentation MPM Magazine n°105 et 106, mon collègue Jean-Henri Filliol nous a réalisé ce GMC "Lot 7", du travail d'expert, du beau travail, rien que de voir les photos du scratch, personne ne pourra dire le contraire, en plus d'être un maquettiste, Jean-Henri a joué de la table à dessin.

Quelques mots de Jean-Henri : C'est ma période de GMC, les autres maquettes attendrons; recyclage d'un vieux GMC de la marque Italerei qu'avait mal vieilli avec la conversion ADV et là, surprise, à part servir de gabarit, les pièces en résine sont bonnes pour la poubelle, moralité : Evergreen et la documentation : MPM n°105 et 106, ensuite faite chauffer la colle et l'huile de coude.


"" La fabrication du monorail "" 


Cet ensemble constitue la caractéristique principale des Lot 7. Le monorail, identique, pour les châssis longs et courts, est maintenu sur le plateau par 7 boulons. En partant de ce plan MPM Jean-Henri a réalisé avec de la patience ce monorail.












Deux vues d'un GMC de dépannage Lot 7 châssis court.
Deux autres vues d'un GMC de dépannage Lot 7 châssis long.
Source des quatre photos: La revue MPM Magazine n°105 et 106 de mai et juin 1980.


"" La fabrication du Palan ""

Le palan "Yale" sera réalisé en carte plastique suivant la figure 5.



A gauche le palan "Yale" et à droite le palan "Victory".
Source: La revue MPM Magazine n°106 de juin 1980. 


"" La mise en place du palan et accessoires ""








"" Un nouveau pare-brise ""






"" La petite merveille de Jean-Henri ""







Jean-Henri / Jean-Marie


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire