Le Mitsubishi J8M1 "Shusui".








"" The true copy of Me 163B ""

Marque FineMold au 1/48.  Référence : FMFB 6.









Historique : Les avions 4/, la Seconde Guerre mondiale par E. Angelucci et P. Matricardi
aux éditions Bordas Parie 1981.







Réalisation de la maquette par Laurent Jeannot du Maquette Club de Thionville (57) France.
Les photos sont de l'exposition d'Amnéville (57) France.










Historique : Le Mitsubishi J8M  "Shusui" (Epée tournaoyante) fut la copie japonaise du Messerschmitt Me.163B allemand. Contrairement à son jumeau de la Luftwaffe, cet avion muni d'un moteur-fusée n'eut pas de carrière opérationnelle. Sur les sept prototypes que la Mitsubishi parvint à réaliser dans les derniers mois de la guerre, un seul vola et enregistra des résultats désastreux. En effet, une perte de puissance soudaine du propulseur au moteur de l'ascension, aussitôt après le décollage, provoqua la chute de l'avion et la mort du pilote d'essai, Toyohiko Inuzuka.
Les techniciens eurent le temps de découvrir la cause de l'accident, une installation défectueuse du système d'alimentation du moteur, et de modifier les six autres prototypes. Mais, à ce moment, la guerre était finie.


Un avion unique en son genre. Il s'agit de la version japonaise du Messerschmitt 163 "Komet", le Mitsubishi J8M1 "Shusui" (ce qui veut dire épée tournoyante en japonais).
Source: Les cahiers du maquettiste n°2 de juin 1986. 

Le Messerschmitt Me.163 (Komet) du musée de la Royal Air Force à Colerne.
Source: La revue japonaise Koku Fan des années 80.



Entre 1943 et 1944, le Japon avait acquis les droits de construction sous licence du Messerschmitt Me.163A, à l'époque en phase d'essai et de mise au point en Allemagne, et de son moteur-fusée Walter HWK 509. Le Japon pensait construire cet avion de combat révolutionnaire et l'utiliser en tant que chasseur d'interception. Mais le programme fut marqué par le mauvais sort. Les Alliés coulèrent, lors du voyage de retour, le sous-marin qui transportait au Japon un exemplaire démonté du Me.163A et les plans complets de construction. Les techniciens japonais parvinrent heureusement à récupérer un exemplaire du moteur et un simple manuel d'instruction concernant l'avion.
En dépit de ce contretemps, le Japon ordanna à la Mitsubishi, durant l'été 1944, d'entamer le projet d'un avion dérivé du Me.163A et de s'occuper de la réalisation du moteur-fusée avec l'aide des spécialistes de la marine et de l'Armée de Terre.
En effet, les deux forces armées s'attaquèrent conjointement au programme J8M car toutes les deux entendaient employer la nouvelle machine de combat.


Le moteur du Me.163B, conçu et construit par Hellmuth Walter. Désignation du type : HWK 109 509 A. Capacité de poussée réglable jusqu'à 1600 Kp. Caractéristique : Longueur, 2,532 m; largeur, 0,900 m; hauteur, 0,732 m. Volume de la chamre à combustion, 9,00 litres.
Source: Messerschmitt Me.163 Aero séries vol.17 chez Aero Publishers, Inc 1977. 

Le Messerschmitt Me.163A.V1 sous la configuration planeur, dans laquelle il fut essayé avant son premier vol motorisé du 2 octobre 1941.
Source: L'Encyclopédie Mach 1 volume 6 aux éditions Atlas 1980.


Les techniciens travaillaient dans deux directions à la fois : la réalisation de la cellule en elle-même et les essais en vol de la version dépourvue de moteur, afin de juger, à l'aide du maximum possible d'éléments, le comportement et les caractéristiques d'un avion aussi inhabituel.
Les Japonais préparèrent le premier prototype du planeur à la fin 1944 et le soumirent aux essais avec deux autres exemplaires semblables. Appelé MXY8, cet avion expérimental donna de bons résultats et la marine comme l'Armée de Terre ordonnèrent d'en construire deux versions différentes, à employer pour l'instruction des pilotes du futur intercepteurs à réaction. Les autorités japonaises confièrent la production aux usines Maeda Koku Kenkyujo et Yokoi Koku K.K., qui fabriquèrent en tout une cinquantaine d'exemplaires de l'appareil.
Alors que le Japon pouvait ainsi mettre en marche un programme d'instruction, la Mitsubishi avait presque achevé les prototypes de son J8M. En réalité, ces avions, appelés J8M1, présentaient des similitudes avec le Me.163A et possédaient même le système de décollage et atterrissage du modèle allemand, avec train détachable et patin ventral. Le premier vol, qui fut aussi le dernier, eut lieu à Yokosuka le 7 juillet 1945.
A la fin du conflit, la marine avait à son programme la réalisation de deux versions : la J8M1, armée de deux canons de 30 millimètres, et la J8M2, munie d'un seul canon et de réservoirs de capacité plus grande. Outre la Mitsubishi, elle avait chargé deux autres usines d'exécuter ce programme. L'Armée de Terre avait aussi prévu d'accorder pleine priorité à la construction d'un modèle amélioré, créé par la Rikugun Kokugijutsu Kenkyujo et baptisé Ki-202.   


Le Lt Cdr Inuzuka dans le cockpit du "Shusui" à l'aérodrome de Yokoku juste avant son unique vol propulsé par fusée fatale.
Le "Shusui" sur le point de commencer son décollage sur l'aérodrome de Yokoku.
Source des deux photos: La revue Air International de juin 1976.

Photo du "Shusui", le pilote d'essai Toyohiko Inuzuka le fit décoller puis s'écrasa quelques secondes plus tard.
Source: La revue japonaise Koku Fan des années 80.


"" Caractéristiques du J8M1 " Shusui" ""
Constructeur : Mitsubishi Jukogyo K.K.
Type : Chasse.
Année : 1945.
Moteur : Toko Ro.2, de 1 500 kg de poussée.
Envergure : 9,50 m.
Longueur : 6,05 m.
Hauteur : 2,70 m.
Poids au décollage : 3 885 kg.
Vitesse maximum : 900 km/h à 10 000 m d'altitude.
Altitude opérationnelle maximale : 12 000 m.
Autonomie : 5 minutes et 30 secondes.
Armement : 2 canons de 30 mm.
Équipage : 1 personne.


Copie du Me.163 "Komet", le "Shusui" n'était pas tout à fait conforme au modèle allemand, faute de plans précis.
Source: Fiche technique, Edito-Service S.A. Photo collection B. Thouanel aux éditions Atlas. 



"" La réalisation de Laurent ""














Jean - Marie







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire