L'aile volante Arado Ar E-555.








"" Vergeltung an der Ostküste der Vereinigten Staaten ""

Maquette Revell au 1/72.  Référence : 04 367.






Historique : Condensé du site web     www.fortlitroz.ch
Je présente tous mes remerciements à cette association pour l'utilisation d'une partie de cet historique.




Réalisation de la maquette par mon ami belge René-Philippe Lieutenant.








Historique : Dès 1943, la firme Arado basée à Landeshut (Silésie) mit sur pied une cellule de travail chargée d'étudier les différentes possibilités offertes par un avion en forme d'aile volante, un concept alors totalement innovateur et révolutionnaire. Le programme de recherche fut confié au Dr. W. Laute. Son équipe d'ingénieurs se mit aussitôt au travail et, à la mi-décembre 1943, une quinzaine de projets avaient vu le jour sur le papier. Toutes les variantes étudiées étaient des ailes volantes, mais leur application couvrait une très large gamme de possibilités allant du chasseur-intercepteur au bombardier à long rayon d'action. Ces études restèrent toutefois lettres mortes car le groupe de travail se concentra bientôt sur un seul concept, celui d'un bombardier en forme d'aile volante.


"" Bombardier Stratosphérique à long rayon d'action ""
L'impulsion fut donnée vers le milieu de 1944 par le Reichluftministerium (RLM), qui cherchait désespérément un moyen de mettre un terme aux incessants bombardements sur l'Allemagne et de rendre aux Alliés la monnaie de leur pièce.
L'idée était de bombarder des cibles stratégiques civiles situées hors d'atteinte des bombardiers classiques allemands, de façon à frapper les esprits de stupeur et à saper le moral des Alliés.
L'un des fantasmes nourris par Hitler et les dirigeants nazis étaient de parvenir à organiser des raids de représailles sur la côte est des Etats-Unis, sous la forme de frappes massives contre les principales mégapoles américaines. Dans leur esprit, un raid de bombardement majeur sur New-York, Washington, Boston ou Philadelphie créerait un immense choc psychologique dans le pays et ébranlerait la confiance des Alliés. En pratiquant une telle politique de terreur, les dirigeants nazis espéraient terrifier l'opinion publique à un degré tel que la population américaine exigerait la cessation immédiate des raids de bombardement sur le Reich.
Lorsque le Reichluftministerium songea enfin à se doter d'un bombardier stratégique digne de ce nom, vers le milieu de l'année 1944, il s'adressa aussitôt à la firme Arado, car son concept d'aile volante paraissait très prometteur pour développer un tel appareil.
Les exigences du RLM étaient toutefois presque irréalisables. Elles portaient sur un bombardier ultra-rapide à long rayon d'action, capable de franchir de très grandes distances et de surclasser les meilleurs chasseurs alliés de l'époque.
L'appareil devait pouvoir transporter une charge utile 4 000 kg sur une distance d'environ 5 000 km et disposer d'une autonomie et d'un rayon d'action suffisants pour traverser l'Atlantique nord, frapper des cibles sur la côte est des Etats-Unis et revenir.


Dessin apocalyptique de Karnat & Gräwe, qui est aussi le dessin de la maquette Revell.
Source: Geheimprojekte der Luftwaffe 1935-1945. Band II aux éditions Motor buch Verlag 1998.



Pour répondre à la demande du RLM, les ingénieurs de la firme Arado étudièrent le projets d'un bombardier à réaction subsonique en forme d'aile volante, baptisée Arado E 555/1. Les plans de l'appareil montrent que l'accent avait été mis sur une cellule profilée, dotée de caractéristiques aérodynamiques très élaborées et soigneusement étudiées, qui seule permettrait d'atteindre les performances exigées.
L'appareil se présentait sous la forme d'une majestueuse aile en forme de W, avec une carlingue cylindrique presque totalement noyée dans la cellule. La poussée nécessaire à la propulsion du bombardier était assurée par 6 turboréacteurs BMW 109/003-A juxtaposés, installés sur le dos de l'aile volante, en arrière du centre de gravité du bombardier. 


Turboréacteur BMW 109-003 A-1.
Source: La revue Monogram Close-Up n°1, aux éditions Monogram Aviation Publications 1974.



L'envergure du bombardier et sa grande surface alaire assuraient à l'appareil une portance maximale, aussi bien à basse vitesse que dans l'atmosphère raréfiée de la stratosphère, tandis que son profil aérodynamique très élaboré lui permettait de maintenir une vitesse de croisière de 715 km/h, avec des pointes jusqu'à 860 km/h si nécessaire. Malgré son poids relativement important (24 tonnes en charge au décollage), l'Arado Ar 555 était censé disposer d'une autonomie de 6 400 km, ce qui lui conférait un rayon d'action de 3 200 km. Ce dernier pouvait même être porté à 4 800 km en utilisant des réservoirs d'appoints extérieurs.
La charge utile emportée était de 4 tonnes. Pour na pas nuire aux performances de pénétration du bombardier, toutes les bombes embarquées étaient regroupées dans une soute ventrale ménagée longitudinalement dans la partie inférieure de la cellule, formule qui sera reprise 60 ans plus tard par le bombardier stratégique B-2 américain. 
Les gouvernes de profondeur de l'appareil, destinées avant tout à contrôler le roulis et le tangage, comprenaient des volets et des élevons situés le long du bord de fuite de l'aile. Quant au contrôle en lacet, il était assuré par 2 dérives équipées de gouverne de direction, installées symétriquement aux deux-tiers de l'aile, très en arrière du centre de gravité du bombardier. 


Le B-2 Spirit présente les formes les plus insolites jamais données à un avion de combat. Outre sa formule aile volante, il affiche des courbures très progressivement raccordées les unes aux autres et un bord de fuite en zigzag qui améliorent encore sa furtivité.
Source: L'Univers des avions de 1945 à nos jours aux éditions Gründ 2007.



Malgré son caractère révolutionnaire et très prometteur, la fantastique aile volante à réaction élaborée par l'équipe du Dr Laute ne prit jamais l'air car le programme de développement du bombardier stratégique Arado Ar E555/1 fut brutalement stoppé le 28 décembre 1944, en même temps que d'autres projets expérimentaux, sur ordre de la haute commission du Reichluftministerium. La raison de cet ordre surprenant a souvent été débattue, mais il semble que la pénurie de matières premières et la désorganisation quasi totale de la chaîne de production allemande aient décidé le RLM, dans un sursaut désespéré, à concentrer tous ses efforts sur la production d'appareils dont le programme était beaucoup plus avancés, notamment le Messerschmitt Me-262 et l'Arado Ar-234.


L'aile volante Arado E 555/1 devait être utilisé comme bombardier à longue portée à 13 000 à 15 000 m d'altitude. (Croquis de Heinz Rode).

Arado E-555-1, le premier projet de la série de développement E-555.
Source des deux photos: Geheimprojekte der Luftwaffe 1935-1945. Band II aux éditions Motor buch Verlag 1998.

Messerschmitt Me-262 stationné au Movie Wold Museum, Buena Park, Californie.

Le bombardier moyen Arado Ar-234.
Source des deux photos: La revue Koku Fan des années 1980.



Par la mission qui lui avait été assignée et par le concept totalement révolutionnaire qui était à la base de son étude, l'Arado Ar-555 préfigure, avec plus de cinquante ans d'avance, l'actuel bombardier stratégique furtif B-2 américain. A supposé que le projet ait été mené à terme, il n'est toutefois pas sûr que l'Arado Ar-555 ait répondu aux attentes des ingénieurs allemands, car la stabilité en vol d'une telle cellule en aile est extrêmement difficile à obtenir sans commandes de vol électronique comme l'a révélé le programme de développement avorté du XB-35 américain au début des années 1950 et, plus récemment, la mise au point du B-2. Sa conception absolument révolutionnaire montre toutefois quelle formidable avance technologique les Allemands avaient acquise en matière aéronautique. A part le projet d'aile volante développé aux USA par Jack Northrop juste avant la guerre, les seuls appareils qui puissent lui être comparés sont le chasseur Horten IX, développé à la même époque par la firme allemande Horten et le bombardier en aile volante EF-130 développé par Junkers. 


Vue d'ensemble de la série de développement Arado E-555-b.
Source: Geheimprojekte der Luftwaffe 1935-1945. Band II aux éditions Motor buch Verlag 1998. 

L'échelle de la monstrueuse aile volante XB-35 est donnée par le bimoteur d'accompagnement P-61 "Black Widow", produit également par Northrop. Le contrôle de l'avion en direction était fourni par ses ailerons type crocodile, s'ouvrant comme des livres situés en bout des élevons et établissant une résistance aérodynamique du côté où le pilote voulait faire tourner la machine. L'aile volante pure pouvait ainsi se passer de gouvernails classiques.
Source: L'Album du fanatique de l'Aviation n°31 de mars 1972.

Le Horten Ho 9 V1.
Source: Secret Aircraft Designs of the Reich aux éditions A. Schiffer Military History Book 1998.
Le projet Junkers EF 130 a été conçu comme une aile volante, avec cellule en acier bois.
Source: Geheimprojekte der Luftwaffe 1935-1945. Band II aux éditions Motor buch Verlag 1998.


"" Caractéristiques de l'Arado Ar 555/1 ""
Type : Bombardier stratégique stratosphérique à très long rayon d'action.
Concept : Aile volante à réaction.
Équipage : 3 hommes.
Propulsion : 6 turboréacteurs BMW 109-003A placé en nacelles sur le dos de l'aile volante.
Autonomie : 6 400 km.
Rayon d'action : 3 400 km (4 800 avec réservoirs additionnels).
Altitude de croisière : 13 000 à 15 000 (stratosphère).
Vitesse maximale : 860 km/h.
Vitesse de croisière : 715 km/h au niveau de la stratosphère.
Armement défensif : 2 canons fixes MK 103 dans l'emplanture des ailes, 2 mitrailleuses jumelées MG 151/20s dans une tourelle dorsale commandés électriquement par l'équipage.

"" La réalisation de la marque Revell ""  

 


"" Le modèle de René-Philippe ""



 
 
 
 




René-Philippe / Jean-Marie

1 commentaire: