Le North American GAM-77 "Hound Dog".






"" The "Hound Dog" was always on the alert ""

Maquette Monogram au 1/128.  Référence : PS221.300.







Historique : La revue Aviation Magazine n°521 de septembre 1969.
Les fusées et missiles d'aujourd'hui par Bill Gunston aux éditions Elsevier Sequoia 1979.





Historique : Le premier missile air-sol "Hound Dog" opérationnel a été livré en décembre 1959, ce n'est cependant qu'au mois de mai 1969 qu'une présentation publique d'une maquette grandeur complète de cet engin a été faite sur la base d'Andrews à l'occasion des traditionnels Air Forces Days.
C'est donc discrètement que les "Hound Dog" assuraient depuis une décennie une des tâches essentielles de la "force de dissuasion" américaine. En effet les "Air to Ground Missile" 28-B voyageaient à longueur d'année par paire sous les ailes protectrices des célèbres "Stratofortress" B-52 du Strategic Air Command, lourds de leur charge thermonucléaire.
Lancé à très haute altitude de ces infatigables bombardiers intercontinentaux, les "Hound Dog" pouvaient attaquer des objectifs distincts des centaines de kilomètres en avant des B-52 porteurs ou même plusieurs centaines de kilomètres hors de leur route. Absolument insensible au brouillage adverse ou au contre-mesure de navigation inertiel conçu par Autometics.

Au milieu des années 50, l'USAF admit que ses bombardiers lourds B-52 auraient besoin d'aide pour pénétrer les défenses ennemies et commença d'entreprendre deux nouveaux programmes, le Weapon System 131 B, missile stand-off supersonique emportant une charge thermonucléaire, et le WS-131 fut poursuivi; après une belle bataille industrielle, le programme fut emporté en août 1957 par la Missile Development Division de North American Aviation, de Downey, qui devint par la suite Rockwell International, où la Tulsa Division se chargea du missile dans ses années crépusculaires.Les travaux comblèrent le vide laissé par l'annulation du Navaho expérimental, le X-10 "canard".
Portant à l'origine la désignation GAM-77, le missile possédait un petit plan antérieur "en canard", une aile arrière delta avec ailerons, une petite dérive-gouvernail, un fuselage très mince et un turboréacteur Pratt & Whitney J 52-6 de 3 402 kg de poussée; ce dernier était logé dans une nacelle suspendue à l'arrière, dotée d'un système d'entrée d'air et de tuyère variable afin d'adapter le comportement du moteur, sans postcombustion, aux nombres de Mach (jusqu'à 2,1) et aux altitudes (depuis la cime des arbres jusqu'à 16 764 m) fortement contrastés.  


Le cinquième B-52G Stratofortress servit aux essais de comptabilité en 1960-61.
Source: Les fusées et missiles d'aujourd'hui par Bill Gunston aux éditions Elsevier Séquoia  1979. 

Photo rare en couleur d'un missile Navaho juste après le départ. La combinaison d'un moteur-fusée et d'un missile à deux statoréacteurs prit le nom de système Navaho. Le dispositif de guidage du missile servit sans modifications à diriger le "Nautilus" sous le pôle Nord.
Source: Science du monde : les fusées n°93 aux éditions Jules Tallandier 1971. 

L'engin expérimental North American X-10. Ce biréacteur supersonique à voilure en delta a servi à l'étude du "Navaho" qui comportera deux statoréacteurs pour la croisière et des fusées à poudre pour le lancement. On remarquera l'emploi de la formule "canard" avec empennage horizontal à l'avant du fuselage, formule qui a toujours donné lieu à des difficultés de mise au point. Il semble que cette fois encore, ces difficultés n'aient pu être entièrement surmontées et il est probable que la version définitive du Navaho comportera un empennage arrière.
Source: La revue Science et Vie numéro hors série aviation de 1957. 



Emportant une charge thermonucléaire de 1 MT, le Hound Dog assurait sa navigation à l'aide d'un système North American Autonetics Division relié aux systèmes de navigation de l'avion-porteur et actualisé en continu par un viseur astronomique Kollsman (initialement le KS-120) installé dans le pylône de lancement.
Le premier véhicule expérimental propulsé fut largué par un B-52D transformé sur le Gulf Test Range le 23 avril 1959; l'IOC fut atteinte à Eglin au début de 1961 avec le premier bombardier conçu en fonction de ce missile, le B-52G.
Quand les livraisons prirent fin en 1963, le SAC possédait 593 Hound Dog. A ce moment, le GAM-77A était devenu l'AGM-28A; le GAM-77B amélioré, doté du viseur astronomique KS-140 et d'autres raffinement de guidage, devint le AGM-28B.

Un missile GAM-77 "Hound Dog", monté sous la voilure d'un Boeing B-52. Ce missile de croisière bisonique à 15 km d'altitude et d'une portée de 1 000 km, était destiné qux B-52 et fut désigné AGM-28 avant sa mise en service.
Source: B-comme bombardier par Alain Pelletier aux éditions Larivière 1996.


Tous les B-52G et bombardiers nucléaires reçurent un pylône de Hound Dog sous chaque aile, accompagnant le missile quand ce dernier était renvoyé à Tulsa pour des travaux IRAN.
Au décollage, les moteurs des missiles fonctionnaient à pleine puissance, transformant le bombardier en déca-réacteur; ensuite ils étaient coupés et le niveau des réservoirs était rétabli en puisant dans ceux du B-52. Le copilote mettait une nouvelle fois en marche le moteur du missile sélectionné et les autres de l'équipage vérifiaient et actualisaient le guidage avant le lancement. Le plan de vol pouvait être en altitude haute ou basse et comprendre un mélange de manœuvres ou de diversions. Le Hound Dog fut retiré de l'inventaire du SAC au début de 1976.

"" Caractéristiques du GAM-77 Hound Dog ""
Dimensions : longueur, 12,96 m; diamètre, 711 mm; envergure, 3,66 m.
Poids au lancement : 4 600 kg.
Portée : en vol mixte 1 143 km.

Le "Hound Dog" avait dix ans de service actif au sein du Strategic Air Command, une longévité remarquable dans un domaine aussi évolutif.
Vue de la tuyère du réacteur J-52 qui propulse le missile pendant tout son vol.
Source des deux photos: La revue Aviation Magazine n°521 de septembre 1969.

"" Le petit missile de la boite Monogram ""








Jean-Marie




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire