Le SAAB-37 "Viggen.








"" L'un des protagonistes du fameux "marché du siècle" ""

Maquette Spécial Hobby au 1/48.  Référence : SH48148.






Historique : Avions de Guerre n°31 aux éditions Atlas 1987,

et l'Encyclopédie de l'Aviation n°144 aux éditions Atlas 1984.






Sur le sujet voir aussi : L'Album du Fanatique de l'Aviation n°1.
La revue Aviation Magazine n°385 de décembre 1963.
Les Avions Militaires du Monde chez Docavia.
L'Univers des Avions de 1945 à nos jours.
L'Encyclopédie de l'Aviation n°12.
La revue Air Fan n°94 et 95.
La revue Mach 1 n°103.










Historique : Avions de combat puissant et sophistiqué, le SAAB Viggen (Coup de foudre) constituait l'épine dorsale de la force aérienne suédoise et jouait un rôle de premier plan dans des domaines aussi variés que l'interception, l'attaque et la reconnaissance.
Se cantonnant dans une neutralité armée qu'elle sait faire respecter et réalisant ses propres matériels militaires, la Suède a pu produire de remarquables avions de combat, dont les qualités équivalent à celles des appareils qu'alignaient les deux grands systèmes d'alliance en présence dans le monde, l'OTAN et le pacte de Varsovie. 
Le haut degré de sophistication auquel sont parvenus les Suédois s'explique avant tout par la nécessité de faire comprendre aux deux blocs antagonistes qu'il ne serait pas question qu'ils s'affrontent sur leur territoire en cas de conflit majeur. Situé aux limites de deux mondes qui s'opposent par leurs conception idéologiques, la Suède est ainsi confrontée à un immense problème défensif.

Responsable de la conception et du développement des avions correspondant aux demandes de la Flygvapen (la force aérienne suédoise), la firme Svenska Aeroplan Aktiebolag (SAAB) construisit de nombreuses machines à réaction de grande qualité, telles que le J.29 Tunnan, le J.32 Lansen et le J.35 Draken, avant de s'intéresser à un appareil multirôle auquel devait être attribuée la dénomination de Viggen. 
Hormis certaines capacités évidentes, comme la possibilité d'opérer dans le climat froid de l'Europe du Nord et même au-delà du cercle arctique, le nouvel avion devait pouvoir être utilisé à partir d'aérodromes dispersés dans tout le pays. Lesdits aérodrome consistant souvent en des tronçons d'autoroutes, le bureau d'études SAAB se trouva devant un problème des plus ardus : combiner d'excellentes performances en combat, notamment en matière de vitesse, avec une importante capacité d'emport de charge et de bonnes capacités de décollage et d'atterrissage courts.     


Le tout premier Viggen, reconnaissable à la longue perche d'essais, mais ne possédant pas de radar.
Source: Diapositive de ma collection personnelle.



Le développement du SAAB-37 fut entrepris en vue de fournir à la force aérienne suédoise un système d'arme complètement intégré, du même type que celui qui avait été conçu aux Etats-Unis.
Des études prolongées aboutirent à l'adoption d'un appareil qui, doté de plan canard, se présentait comme la composante aérienne du nouveau système d'arme. Disposant d'une voilure en delta, le nouvel avion, qui était pourvu de surfaces canard dont les bords d'attaque étaient équipés de becs, possédait de bonne capacités de décollage et d'atterrissage courts.
Capable d'opérer depuis des pistes ou des tronçons d'autoroute de cinq cents mètres, cette machine devait conférer à la Flygvapnet une très grande souplesse d'emploi.
De tels résultats n'ont pu être obtenus que par la combinaison de la configuration delta canard avec un réacteur à double flux d'une grande puissance doté d'un inverseur de poussée. Le SAAB-37 fut en fait le premier avion de combat à être pourvu d'un dispositif de ce type, grâce auquel le pilote peut, une fois au sol, en utilisant son inverseur de poussée et ses freins antidérapants, arrêter son appareil sur une distance très courte. 


Intercepteur tout temps mulirôle, le SAAB-37 "Viggen" représente la dernière génération d'avions de combat à hautes performances de la firme scandinave. Il est caractérisé par sa formule "canard" à plan delta à l'avant du fuselage, qui assure un meilleur contrôle aux basses vitesses (photo SAAB).
Source: La revue Mach 1 n°103 aux éditions Atlas 1981.


L'habitacle, qui possède un siège éjectable "zéro-zéro", a été équipé d'un système d'air conditionné, de chauffage et de pressurisation, le pare-brise étant renforcé afin de résister aux impacts d'oiseaux.
Outre un collimateur tête haute, le SAAB-37 a reçu un calculateur de données de vol et une conduite de tir numérique. Sa protection est assurée par un détecteur de radar et divers dispositifs de contre-mesures électroniques, tandis que la navigation revient à un radar Doppler et à un altimètre radar. Quant à l'atterrissage, il peut s'effectuer même par mauvais temps grâce à divers systèmes.


Le SAAB-37 "Viggen", avion de supériorité de la force aérienne suédoise 'photo SAAB).
Source: La revue Mac 1 n°103 aux éditions Atlas 1981.



Le premier des sept prototypes du SAAB-37 quitta le sol le 8 février 1967, le premier AJ-37 Viggen prenant l'air à son tour le 23 février 1971. L'avion entra tout d'abord en service au sein de la Flygflottilj 7, basée à Satenäs, le 21 juin 1971, deux cent quarante des trois cent vingt-neuf Viggen commandés ayant été livrés à la date du 30 juin 1984. La production s'est concentrée sur le JA-37, dont la Flygvapnet a demandé la réalisation à raison de cent quarante-neuf unités (les premiers exemplaires de cette version ont été pris en compte à partir de 1979).
Le JA-37 affichait une vitesse maximale de Mach 2 et avait un poids maximal au décollage de 17 000 kg.


Cette photographie du tout premier Viggen, prise à Linköping en 1967, montre à que point le prototype est déjà proche de ce que seront les AJ-37 de série. Il était pourvu d'une longue perche d'essais, mais ne possédait pas encore de radar. Ses entrées d'air étaient à géométrie fixe.
Source: La revue l'Encyclopédie de l'Aviation n°12 aux éditions Atlas 1982.
Photo du SAAB-37 n°44.        Source: Diapositive de ma collection personnelle.


"" Les versions du SAAB-37 ""

AJ-37 : Version de série initiale destinée à l'attaque tout temps mais disposant de certaines capacités d'interception; la propulsion de cette machine est assurée par 1 réacteur à double flux Flygmotor RM8A de 11 790 kgp dérivé du Pratt & Whitney JT8D et doté par les Suédois d'un dispositif de postcombustion et d'un inverseur de poussée. 

Un JA-37 présenté au Bourget à l'occasion du Salon de l'aéronautique en 1977 (photo B. Bombeau).
Source: La revue Mach 1 n°103 aux éditions Atlas 1981.



SF-37 : Monoplace de chasse tout temps et de reconnaissance photographique armée; cette machine dispose d'une cellule et d'un propulseur identiques à ceux du AJ-37, mais elle a été pourvue d'un nez modifié dans lequel sont installées 1 caméra enregistrant diverses données de vol et 7 autres caméras, ainsi que 1 capteur à infrarouges; l'avion emporte aussi des équipements de contre-mesures électroniques et 2 missiles air-air Sidewinder qui assurent son autodéfense.

Conçue pour la reconnaissance terrestre, la version SF-37 comporte un nez modifié dans lquel ont été installés des caméras et des capteurs divers. Cette variante du Viggen peut opérer de jour comme de nuit, à haute ou à basse altitude, et effectuer des couvertures de 180°.
Source: La revue Avions de Guerre n°31 aux éditions Atlas 1987.


SH-37 : Chasseur tout temps et avion de reconnaissance maritime armée; cellule et moteur identiques à ceux du AJ-37, mais radar de surveillance installé dans le nez; équipements de contre-mesures électroniques et caméra d'enregistrement de données de vol; armement semblable à celui du SF-37.
SK-37 : Biplace d'entraînement en tandem disposant de certaines capacités d'attaque, de même que d'une cellule et d'un moteur identiques à ceux de AJ-37; équipements électroniques réduits et capacité en carburant moins importante en vue de permettre l'installation de 1 habitacle supplémentaire; dérive plus petite que celle des modèles antérieurs.


Un biplace d'entraînement SK-37 de la Skaraborgs Flygflottilj ou F7 de Satenäs. L'avion tout neuf est encore dépourvu du camouflage qui fera son apparition une année plus tard.
Source: La revue Air Fan n°95 d'octobre 1986.

Sur ce SAAB-37 n°66, on distingue très bien la moitié gauche de l'empennage canard.
Source: Diapositive de ma collection personnelle.



JA-37 : Monoplace d'interception et version de série majeure disposant de capacités d'attaque secondaires; performances améliorées grâce à l'emploi de 1 réacteur à double flux Flygmotor RM8B.


"" Caractéristiques du SAAB-37 (JA-37) ""

Type : Monoplace d'interception tout temps et avion d'attaque (Suède).
Moteur : 1 réacteur à double flux Flygmotor RM8B de 12 750 kgp.
Performances : Vitesse maximale à l'altitude optimale, plus de Mach 2; temps de montée à 10 000 m, 1 mn 40 s; rayon d'action avec armement extérieur en mission haute-basse-altitude, 1 000 km.
Poids : Maximal au décollage, environ 17 000 kg.
Dimensions : Envergure, 10,60 m; envergure des surfaces canard, 5,45 m; longueur, 16,40 m; hauteur, 5,90 m; surface alaire totale (plans canard compris), 52,20 m².
Armement : 1 canon Oerlikon KCA de 30 mm et 4 pylônes sous voilure capables de recevoir une charge offensive comprenant 2 Sky Flash RB.71 et 4 Sidewinder RB.24; des roquettes de 135 mm (24) peuvent être utilisées pour l'attaque air-sol.  


Le réacteur RM8B à double flux, issu du Pratt & Whitney JT8D et muni d'un tuyau de réchauffe et d'un inverseur de jet SFA, constitue la prochaine génération de propulseurs destinés au système d'armes 37. Ce prototype est sur un banc d'essai. Me RM8B était prêt à temps pour être monté sur le monoplace supersonique "Viggen".
Source: La revue Aviation Magazine n°385 de décembre 1963.

Le Viggen a été conçu dès le départ pour ne poser aux hommes du contingent, qui forment la plus grande part des équipes au sol de la force aérienne suédoise, que des problèmes d'entretien réduits. Cette photographie permet de distinguer les diverses trappes d'accès aux équipements et aux composants internes de l'avion. Noter l'empennage vertical replié et le radôme de nez démonté.
Source: La revue Avions de Guerre n°31 aux éditions Atlas 1987.


"" Une maquette formidable ""



 
 
 
 
 
 






Jean-Marie






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire