Le Glenn Martin PBM-5 "Mariner".







"" Un grand et puissant hydravion ""
Maquette Minicraft au 1/72.     Référence : 96MI 11669.



Historique : Les avions n°4. La Seconde Guerre mondiale de E. Angelussi et P. Matricardi
aux éditions Bordas Paris 1981.


Sur le sujet voir aussi : L'Univers des Avions 1939/1945.
L'Encyclopédie de l'Aviation n°122.



Réalisation de M. Alain BERTINI.
Les photos sont de l'exposition de Thionville (57) en 2016.




Historique : La rivalité traditionnelle qui opposait la Consolidated et la Martin dans le domaine des hydravions se manifesta encore une fois au cours du Second Conflit mondial à l'occasion de la réalisation du bimoteur PBM Mariner. Même si cette machine arriva trop tard pour pouvoir avoir un emploi massif dans les années de guerre -- en réalité, les nombreux PBY Catalina dominaient la spécialité -- la supériorité de ses caractéristiques d'ensemble et les possibilités qu'offrait le projet la placèrent en position dominante dans la production de ce secteur, au point, dans l'immédiat après guerre, la Martin parvint à conquérir définitivement le leadership, l'arrachant à la société rivale.
Du Mariner -- construit à un millier d'exemplaires, répartis sur différents versions et resté en service jusqu'aux années cinquante -- dériva en effet le dernier hydravion de l'US Navy, le P5M Marlin, utilisé jusqu'en 1966.


La compagnie Glenn L. Martin de Baltimore (Maryland) a construit des avions pour l'US Navy depuis les débuts des années 20. En 1937, elle commença l'étude d'un hydravion, le Martin Mariner, qui rentra en service en 1941. La plupart furent utilisés pour des missions de patrouille maritime de longue durée ou pour la lutte contre les sous-marins, mais vingt d'entre eux furent équipés pour le transport de vingt passagers. On se souviendra toujours de ce bel hydravion, qui était facilement reconnaissable à sa voilure en forme d'ailes de mouette et à ses dérives inclinées.
Source: Le Monde fascinant des Avions par david Mondey aux éditions Gründ 1977.

L'hydravion de patrouille Glenn Martin P5M-1 "Marlin".
Source: La revue Aviation Magazine n°69 de mars 1953. 

Un PBY-5A Catalina de l'US Navy survolant les îles Aléoutiennes, en 1944. La grande autonomie de ces appareils se révéla fort utile dans ces régions.
Source: La revue l'Encyclopédie de l'Aviation n°28 aux éditions Atlas 1982.


Les premières expériences de la Glenn L. Martin Compagny dans le domaine strictement naval remontait au début des années trente. A cette époque, la société de Baltimore construisit surtout des hydravions conçus par d'autres, telles que la Consolidated et la Naval Aircraft Factory. De cette activité, naquirent le P2M et le P3M, machines qui n'avaient pas connu un gros succès.
En 1937, comme conséquence logique, la Martin avait commencé à concevoir un avion original appelé Model 162. Il s'agissait d'un hydravion à coque centrale, pourvu d'un fuselage très profond et d'"ailes de mouette". Un couple de Wright Cyclone de 1 700 CV chacun assurait la propulsion et actionnait des hélices quadripales métalliques à pas variable. Afin d'expérimenter les caractéristiques de base du projet, la firme construisit un modèle à l'échelle 1/25 qui l'objet de nombreux essais et de plusieurs expériences de comportement.
Le 30 juin 1937, elle signa un contrat pour la réalisation d'un prototype type grandeur nature avec les techniciens de la marine et la nouvelle machine porta la dénomination de XPBM-1. Cet appareil vola pour la première fois le 18 février 1939 et démontra aussitôt, dès les premiers essais, de grandes possibilités. En sus de ses performances -- très bonnes, tant dans les airs que sur mer -- le nouvel hydravion possédait un armement puissant.
Les essais révélèrent la nécessité d'apporter quelques modifications du point de vue aérodynamique et les ailes de ce prototype se virent dotées d'un dièdre important. Cette forme devint typique du Mariner et contribua à lui donner un aspect très guerrier.
Le nombre des commandes initiales s'éleva à vingt PBM-1 et un seul XP-BM-2, ce dernier muni de supports permettant de le catapulter à partir d'un porte-avions et pourvu de réservoirs de carburant d'une plus grande capacité.
Les PBM-1 entrèrent en service au cours de 1941 et furent suivis, l'année suivante, par 379 exemplaires de la version PBM-3. Ces derniers Mariner devinrent le modèle de production majeur des années de guerre car, à la commande initiale, s'en ajoutèrent d'autres qui envisageaient l'appareil sous des formes différentes : depuis l'avion de transport (pour 20 passagers) muni d'un équipement standardisé jusqu'à la machine employée de manière spécifique pour la lutte anti-sous-marine par les Britanniques (installation d'un radar de détection).


Un Martin Mariner effectuant un impressionnant décollage assisté par fusées. Cette photo officielle de l'US Navy est datée d'octobre 1944. (Photo US Navy). 

Le Martin Mariner fut un grand et puissant hydravion à coque de patrouille en mer. Après son emploi opérationnel pendant la Seconde Guerre mondiale, le Mariner rendit d'appréciable services à l'US Navy pendant la guerre de Corée de 1950 à 1953. Il y eut aussi une version amphibie équipée d'un train à roues rétractable désignée PBM-5A. On voit ici un Mariner aux couleurs britanniques.
Source des deux photos: L'Univers de avions 1939/1945 aux éditions Gründ 2006.


Commandée au début de 1944, la dernière version fut la PBM-5. Elle possédait des moteurs Pratt & Whitney de 2 100 CV et disposait d'un armement plus puissant et d'un appareillage électronique plus important. Les Américains réalisèrent aussi la PBM-5 en version amphibie (PBM-5A) laquelle équipa dans l'après-guerre les détachements de l'US Coast Guard pour le secours en mer.


"" Caractéristiques du Mariner PBM-3 ""
Constructeur : Glenn L. Martin Co.
Type : Reconnaissance.
Année : 1942.
Moteur : Deux Wright R-2600-12 Cyclone radiaux à 14 cylindres refroidis par air, de 1 700 CV chacun.
Envergure : 35,97 m.
Longueur : 24,38 m.
Hauteur : 8,38 m.
Poids au décollage : 26 310 kg.
Vitesse maximum : 319 km/h à 3 960 m d'altitude.
Altitude opérationnelle maximale : 5 150 m.
Autonomie : 3 440 km.
Armement : 7 mitrailleuses, 907 kg de bombes.
Équipage : 9 personnes.
  

Photo du haut : Un Mariner PBM-5 -- Photo du bas : Un Mariner PBM-5A Amphibie.
Source des photos: Wings of our Navy par Maj. C.B. Colby aux éditions Murray 1952.


"" Toutes les versions du Mariner ""
Source : L'encyclopédie de l'Aviation n°122 aux éditions Atlas 1984.

XPBM-1 : Prototype de base doté d'une aile en M cantilever pourvue de flotteurs de stabilisation.
PBM-1 : Version de série initiale disposant d'un empennage horizontal dépourvu de dièdre de même que d'un empennage bidérive modifié (20 exemplaires construits).
XPBM-1A : Redésignation du XPBM-1 modifié en vue d'effectuer des essais d'armements.
XPBM-2 : 1 seul prototype, pratiquement identique au PBM-1 mais disposant d'une capacité en carburant accrue et de ferrures de catapultage.
PBM-3B : Dénomination d'une variante dérivée du PBM-3 fournie à la RAF au titre de la loi Prêt-Bail et première version produite en grande série; appareil doté de flotteurs de stabilisation non escamotables; la propulsion était assurée par des moteurs R-2600-12 de 1 700 ch (1 268 kW) installés dans des nacelles allongées (32 exemplaires construits).
PBM-3C : Version de série, pratiquement identique au PBM-3B mais doté de blindage plus lourds, d'un armement modifié et transportant une charge de bombes plus importante (274 exemplaires construits dont 4 fournis à l'US Coast Guard).
PBM-3D : Version de série, pratiquement identique au PBM-3C mais doté de moteurs R-2600-22, de 1 radar de recherche, de réservoirs auto-obturant et d'une charge de bombes de 3 630 kg, de 2 torpilles sur des râteliers sous voilure et d'un armement modifié (201 exemplaires construits).
XPBM-3E : Redésignation de 1 exemplaire de PBM-3 transformé en vue d'expérimenter des équipements radar.
PBM-3R : Version de transport du PBM-3 dépourvue d'armement et disposant de portes de chargement, d'un plancher renforcé et de sièges pour une vingtaine de passagers (50 exemplaires construits).
PBM-3S : Version de lutte anti-sous-marine, identique au PBM-3C mais disposant d'un armement réduit à 4 mitrailleuses; l'appareil pouvait transporter 4 charges de profondeur de 150 kg (156 exemplaires construits).  


Dérivé du PBM-3, l'hydravion à coque Martin Marine disposait de flotteurs de stabilisation fixes. (Photo US Navy).  Source:L'Encyclopédie de l'Aviation n°122 aux éditions Atlas 1984.


XPBM-5 : Dénomination attribuée à 2 prototypes pratiquement identiques au PBM-3D et dotés de 2 moteurs Pratt & Whitney R-2800-34 Double Wasp de 2 100 ch (1 556 kW).
PBM-5 : Version de série majeure, identique au XPBM-5 mais dotée de moteurs R-2800-22 ou 34 (631 exemplaires construits).
XPBM-5A : 1 seul prototype, identique au PBM-5 mais doté d'un train tricycle escamotable conférant à cet appareil des capacités amphibies.
PBM-5A : Version de série du XPBM-5A utilisée principalement par l'US Coast Guard pour recherche et le sauvetage (36 exemplaires construits).
PBM-5E : Dénomination attribuée aux PBM-5 équipés du radar AN/APS-15.
PBM-5G : Redésignation de 4 PBM-5 fournis à l'US Coast Guard pour des missions de recherche et de sauvetage.
PBM-5M : Redésignation de 1 PBM-5E transformé pour être utilisé pour des essais de missiles.
PBM-5S : Redésignation d'un petit nombre de PBM-5 dotés d'un équipement spécial de lutte anti-sous-marine.

"" La maquette au 1/72 de chez Minicraft ""





 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 




Alain / Jean-Marie


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire