Wikipedia

Résultats de recherche

Le Boeing C-97C "Stratofreighter" / "Stratocruiser".







"" It was the indisputable result of the Boeing B-29 ""
Maquette de la marque Académy au 1/72.  Référence 1604 mais également référence FA182.



Historique : Condensé de la revue l'Encyclopédie de l'Aviation n°134 aux éditions Atlas.

Sur le sujet voir aussi : Le Fanatique de l'Aviation n°72 de novembre 1975.
L'Univers des Avions de 1945 à nos jours aux éditions Gründ 2007.


Réalisation de M. Denis HOBLINGRE, les photos sont de l'exposition d'Amnéville 57 (FRANCE).



Historique : Mettant à profit l'expérience dont elle disposait dans le domaine des bombardiers à long rayon d'action, la société Boeing réalisa un avion de transport qui ne rencontra qu'un succès limité auprès des compagnies aériennes, mais qui connut une longue carrière militaire.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la nécessité de consacrer tous les moyens disponibles à la réalisation d'avions de combat freina la conception de nouveaux appareils de transport. Ainsi, en Grande-Bretagne, l'Avro York,  qui vola en 1942, ne fut réellement construit en série qu'à partir de 1945. De même, les ingénieurs de Boeing mirent au point une version de transport du B-29 Superfortress dès 1941? L'US Army Force commanda trois prototypes XC-97 en décembre de l'année suivante, mais le marché ne put être honoré qu'an an et demi plus tard. Les responsables de Boeing, considérant les perspectives à long terme, eurent quelques raisons de craindre que la firme ne se laisse distancer par Lockheed et Douglas. Le Constellation, comme le DC-4 et son dérivé le DC-6, quoique d'un tonnage inférieur et d'une conception un peu moins récente, allaient être disponibles pour les compagnies aériennes dès la fin de la guerre. Il y avait lieu de craindre que l'avion de Boeing n'arrive trop tard.  


Boeing C-97G, cet appareil était sur le parking du Musée de l'Air au Bourget (FRANCE) début des années 80. Il fut par la suite cédé au Musée d'Essey-Les-Nancy 54 (FRANCE). A la fermeture de ce Musée, on ne sait pas ce qu'est devenu cet appareil, j'ai entendu dire qu'il avait été ferraillé, ma fois si des lecteurs peuvent m'en dire olus, j'en serais ravis.
Collection personnelle.


L'appareil en question sur le tarmac de Essey-Les-Nancy.
Source: Collection personnelle de M. Alain BERTINI.


Lockheed Constellation RC-21D. Source: Photo B. Thouanel chez Edito-Service S.A.


Douglas DC-4 "Skymaster", pour la Navy R5D Skymaster.
Source: Wings of our Navy du Maj. C.B. Colby aux éditions Murray 1952.


Douglas DC-4.   Source: Photo M. Rostaing chez Edito-Servise S.A. 1988.



Il avait pourtant bien fallu que Boeing concentre son activité sur le domaine des avions militaires. Le 20 juillet 1942, un avant-projet avait été défini concernant le Model 367 de transport, qui fut bientôt retenu par les militaires. Les modifications par rapport au bombardier se situaient principalement au niveau du fuselage, dont tout le lobe inférieur provenait du B-29, des soutes à bagages prenant la place des soutes à bombes. Quant au diamètre du lobe supérieur, il atteignait 3,35 m. Le model 367 était le premier avion au monde dont le fuselage, à deux ponts superposés, avait une section bilobée.
Le premier prototype (43-27470), baptisé Stratofreighter, effectua son vol initial à Seattle, le 15 novembre 1944. Il fit preuve de qualités comparables à celles du B-29 et fournit une brillante démonstration de ses capacités, le 9 janvier 1945, reliant Seattle à Washington en six heures et quatre minutes, à la vitesse moyenne de 616 km/h et avec plus de 9 tonnes de charge. Déjà, les moteurs Wright R-3350-23 de 2 200 ch avaient laissé la place à des R-3350-57A de 2 350 ch; et le constructeur envisageait une version plus imposante encore, équipés de propulseurs identiques à ceux du XB-44, prototype des futurs B-50. L'USAAF commanda six YC-97, assez peu différents des trois prototypes, mais aussi quatre appareils plus puissants (trois YC-97A et un YC-97B).


Le Boeing XB-44 était une version plus puissante du B-29. Pratt & Whitney proposa d'améliorer les performances du B-29 en installant des moteurs R-4360-33 "Wasp Major" turbocompressés de 3 000 ch. Cet avion pouvait franchir 3 860 km et monter à 9 150 m en 35 minutes. Ces essais conduisirent à la mise en production du B-50. (photo Boeing).
Source: B-comme Bombardier par Alain PELLETIER aux éditions Larivière 1996.


Le Boeing B-50A était dépourvu de tourelles, à la suite des essais du XB-44, une nouvelle version du B-29 fut produite, désignée B-29D puis B-50. Un premier lot de 79 B-50A fut construit, bientôt suivi par 45 B-50B et 222 B-50D. Au fil du temps, des conversions et des productions supplémentaires donnèrent naissance à des versions de reconnaissance (RB-50), d'entraînement (TB-50), de reconnaissance météo (WB-50) et de ravitaillement KB-50). Certaines de ces dernières (KB-50J et K) disposant de réacteurs d'appoint General Electric J47-GE-23 sous les ailes. Avion polyvalent, le B-50 demeura en service dans l'USAF jusqu'en 1965. Doté de quatre moteur Pratt & Whitney R-4360-35 de 3 500 ch, le B-50D pouvait franchir 7 880 km. Il était armé de 12 mitrailleuses, d'un canon et de 9 tonnes de bombes.
Source: B-comme Bombardier par Alain PELLETIER aux éditions Larivière 1996.



Les YC-97A reçurent des Pratt & Whitney R-4360 Wasp Major de 3 000 ch dont les nacelles étaient aérodynamiqument plus fines que celles des R-3350. Les nouvelles hélices quadripales, à pales larges et extrémités trouquées, étaient réalisées par la soudure de tôle d'acier. Pour que l'avion reste pilotable en cas de panne d'un moteur extérieur, il fallut le doter d'une dérive agrandie qui bénéficia d'un mécanisme permettant, en cas de besoin, de la rabattre latéralement.
L'avion fut aussi doté d'une installation complète de dégivrage thermique, le nouvel alliage 75ST étant employé pour la construction de nombreux éléments de la cellule, natamment la structure de l'aile. Les ingénieurs de Boeing conçurent un nouveau système d'alimentation en essence composé de trente-cinq nourrices en Nylon dont la capacité totale atteignait 26 670 litres; trois d'entre elles étaient logées dans le caisson central de voilure et seize autre se trouvaient dans les ailes. 



Gros plan sur les hélices quadripales d'un Boeing C-97.        Collection personnelle.



Les marchandises transportées, dont la masse maximale s'élevait à 16 000 kg, étaient chargées par une vaste porte cargo aménagée sur le côté du fuselage, puis mises en place au moyen d'un système électrique de manutention dont les rails couraient d'un bout à l'autre de la cabine, longue de 23,80 m.
Il était possible d'embarquer jusqu'à des camions ou de petits véhicules blindés; utilisé comme transport de troupes, l'avion pouvait accueillir cent trente-quatre siège ou quatre-vingt trois blessés couchés, accompagnés par quatre infirmiers. Le seul YC-97B (45-59596) construit servit en fait de prototype à la version civile.
Réalisé au titre d'une commande militaire, il s'agissait officiellement d'un appareil de transport de personnalités au fuselage doté de hublots circulaires. Quatre-vingt passagers pouvaient prendre place sur le pont supérieur, aménagé avec seize rangées de cinq sièges, l'accès au pont inférieur étant rendu possible par un escalier en colimaçon. La porte de chargement des marchandises, placée à l'arrière du fuselage, était supprimée sur ce modèle, mais deux compartiments de l'étage inférieur, aménagés en soutes à bagages, pouvaient recevoir jusqu'à 7 710 kg de fret. 


Le deuxième Stratocruiser, NX1039V, se prêta à divers essais de certification avant d'entrer en service sous les couleurs de Pan Américan, qui allait l'utiliser pendant trois ans.
Source: La revue l'Encyclopédie de l'Aviation n°134 aux éditions Atlas.


Le premier des six YC-97 effectua son vol initial le 11 mars 1947. Ces appareils, les derniers à être équipés de moteurs Wright, entrèrent en service sur la ligne de Hawaii de l'Air Transport Command, qui allait quelque temps plus tard devenir le MATS (Military Air Transport Service). L'année suivante, le premier YC-97A, affecté au pont aérien de Berlin, vola entre neuf et douze heures par jour.
Les craintes que certains avaient exprimées concernant les qualités d'endurance du Wasp Major et de ses deux turbocompresseurs General Electric, eux-mêmes d'un type nouveau, ne tardèrent pas à se dissiper.Dans l'esprit des dirigeants de Boeing, l'avenir du C-97 était assuré. En 1948, l'USAF, nouvellement créée, commandant en effet vingt-sept machines, ce nombre étant porté à cinquante un peu plus tard. Ces premiers Stratofreighter de série, équipés d'hélice Hamilton Standard, se caractérisaient par un carénage implanté sous le poste de pilotage et contenant le radar météorologique APS-42.
Le déclenchement de la guerre de Corée, en juin 1950, donna un puissant coup de fouet aux commandes de matériel militaire aux Etats-Unis. Le montant des contrats concernant les bombardiers B-47 et B-52 était tel que le constructeur pouvait désormais craindre de manquer de moyens industriels et de main-d'oeuvre. La production des C-97 et des Stratocruiser fut transférée à l'usine de Renton, celle de Seattle et de Wichita assemblant les bombardiers.
Comme le Strategic Air Command avait besoin de très nombreuses citernes volantes pour ravitailler en vol ses avions, notamment les B-4è, trois KC-97A équipés du système Flyng Boom se prêtèrent à une série d'essais. Puis apparurent les KC-97E, KC-97F et KC-97G construits en grande série, cette dernière version étant réalisé à 592 exemplaires, ce qui porta à 888 le nombre de C-97, toutes versions confondues. Le dernier avion sortit d'usine le 18 juillet 1956.   


D'une propreté immaculée, le 53-240 était en 1982 un des tout dernier KC-97L de l'USAF. Véritable pièce de musée volante, il était maintenu en état aux couleurs de son ultime utilisateur, le 134th Air Refuelling Group, qui fait partie de l'Air National Guard du Tennessee. Cette unité, basée à Knoxville, est désormais équipée de KC-135A.
Source: La revue l'Encyclopédie de l'Aviation n°134 aux éditions Atlas.


"" Caractéristiques du KC-97L "Stratofreighter" "" 
Source : Le Fanatique de l'Aviation n°72 de novembre 1975.

Envergure : 43,76 m.
Longueur : 35,69 m.
Hauteur : 11,60 m.
Poids à vide : 69 462 kg.
Poids maximal : 79 450 kg.
Vitesse maximale à 7 500 : 684 km/h.
Vitesse de croisière : 483 km/h.
Plafond : + de 10 000 m.
Rayon d'action : + de 3 000 km.
Grand total des C-97 construits : 888 exemplaires.
Motorisation : 4 moteurs classiques Pratt & Whitney R-4360-59 Wasp Major de 3 500 ch chacun et 2 réacteurs J-47-25 de 2 670 kgp unitaire.

"" L'étonnante réalisation de M. Denis HOBLINGRE "" 


C'est d'après cette photo parut dans le Fanatique de l'Aviation n°82 de novembre 1975, que M. Denis HOBLINGRE  a réalisé son Boeing C-97C "Stratofreighter"", pour moi une superbe réalisation, dire qu'elle n'était pas mise au concours lors de l'exposition d'Amnéville 57 (FRANCE) en octobre 2015. Je vous laisse juger du travail accomplit en regardant les photos.



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Denis / Jean-Marie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire