Bedford QLD Gun "porté" et Scout car Daimler Mk II.







"" Il servit partout dans l'Armée Anglaise ""
Maquette Airfix pour le camion au 1/35.  Référence : 08366-1.
Maquette Tamiya pour le Daimler au 1/35.  Référence : 35018. 





Historique : Encyclopédie-des-armes.com/indexphp/unites-mobiles/camions/-bedford-ql



Diorama réalisé par Jean-Henri FILLIOL.




Historique : Bedford commença à s'intéresser aux véhicules à deux ponts en 1938, au moment de la mise au point du 3/4-ton Bedford à nez carré. La compagnie entra en pourparlers avec le ministère de la Guerre pour recevoir la permission de continuer ce projet, qui suscita un certain intérêt mais sans plus, car il n'existait aucun besoin en véhicules de ce genre.
C'est alors que Bedford décida de se lancer dans un programme d'étude privé à faible priorité en espérant d'éventuelles commandes pour les forces armées.
A l'ouverture des hostilités, le ministère de la Guerre passa immédiatement commande d'un grand nombre de véhicule 4 X 2 et intima à Bedford de produire un prototype 4 X 4 de camion 3-ton tout usage.
En 1939, le cahier des charges fut finalement approuvé, et le 1 février 1940, le premier prototype commença ses essais sur route.
En moins d'un mois, deux autres prototypes prirent part aux essais militaires et à ceux en usine. A la fin des essais, et une fois le lot de bord spécial en place, l’instruction des conducteurs commença sans attendre. Il s'était donc écoulé exactement une année entre la sortie du prototype et la production en série du véhicule, ce qui est un véritable tour de force à une époque difficile où tout était rationné. 



Le camion Bedford QLD.   Source: Le site web   encyclopedie-des-armes.com



Le Bedford QL fut conçu à l'origine pour la conduite tout terrain, mais il était possible de débrayer le pont avant pour rouler sur routes goudronnées afin d'éviter l'usure des pneus et de la boîte de vitesses. Ce changement été opéré par un levier de commande sur la boîte de vitesse. Bedford peut à juste titre se targuer de n'avoir connu aucun problème mécanique au début de la mise en service des QL. Mais au bout d'un an de service, on nota l'apparition d'un phénomène quelque peu insolite : le véhicule avait tendance à vibrer quand on freinait doucement. On ce pencha immédiatement sur cette anomalie, qui ne semblait concerner qu'une faible proportion des véhicules, et, après un certain temps, on s'aperçut que ces vibrations étaient tout simplement dues aux pneus tout terrain antidérapants. En conséquence, il suffisait d'utiliser des pneus ordinaires pour les éliminer.
Le premier véhicule de série fut le QLD à caisse en acier, qui fut versé dans les unités du corps des services de l'armée de terre. Ce modèle tous usages offrit bientôt des variantes, comme le QLT 3-ton pour le transport de troupes. Le châssis avait été rallongé et modifié pour recevoir une caisse spéciale pouvant contenir 29 hommes et leur paquetage. Il reçut le nom de "Drooper" (le "rabat-joie").
La version QLR fourgon-radio servit dans toutes les unités de transmission. Le camion était alors équipé d'un groupe électrogène auxiliaire. La version fourgon comprenait trois variantes : PC, bureau du chiffre et porte-terminal mobile.
Dans le désert occidental, le véhicule fut modifié pour servir de canon automoteur antichar de 6. En conséquence, le toit de la cabine fut remplacé par une bâche. A la fin de cette utilisation, la cabine fut convertie et le véhicule redevint un camion tout usage. L'armée de l'air britannique fit aussi grand usage du Bedford QL. 


Canon anglais de 6 livres "porté". Une façon de rendre plus mobile une pièce légère. Il était prévu de mettre ses canons à terre pour tirer, mais il en résulta si souvent des difficultés que le châssis du camion fut renforcé pour permettre le tir à partir du véhicule.
Source: La revue Connaissance de l'Histoire n°9 de janvier 1979.

"" Caractéristiques du Bedford QLD ""
Moteur : Bedford 6 cylindres à essence de 72 ch.
Dimensions : longueur, 5,99 m; largeur, 2,26 m; hauteur, 3 m.
Performances : vitesse maximale, 61 km/h; autonomie, 370 km.


"" Le Scout car Daimler Mk II ""
Source : Le site web   https://sites.google.com/site/regarder sans toucher/home


Historique : Dans les années 1930, les Britanniques réalise la conversion de son armée avec l'intégration de division mécanisées. Des cahiers des charges sont rendus public afin de définir les modalités qui caractérises les véhicules.
A cette occasion l'un de ces cahiers visait la conception d'un véhicule 4 X 4 de reconnaissance et de liaison. Des essais comparatifs entre le prototype BSA et le "Dingo" d'Alis ont été réalisés à la fin de 1938. Janvier 1939, (les utilisateurs donneront le surnom de "Dingo" par tendre affection pour le véhicule).
Daimler l'emporta avec le projet de BSA et une première commande de 172 Scouts car Mk 1 fut signé en mai 1939. Engin de conception simple et robuste avec 4 roues motrices et son moteur arrière. Il est armé d'une seule Bren de 7,7 mm montée sur l'avant. Il fut également prévu un affût pour mitrailleuse antiaérienne.
Les deux hommes sont assis côte à côte dans l'habitacle découvert, le toit étant amovible et peuvent utiliser en opération (supprimer sur la version Mk 3). Il fut un des rares véhicules nés au début de la Seconde Guerre mondiale dont la production se poursuivit jusqu'à la fin des hostilités.
Particulièrement apprécié de la troupe, il fut utilisé sur l'ensemble des théâtres d'opérations des armées du Commonwealth,  aussi bien en engin de liaison que de reconnaissance, mais aussi auxiliaire de déminage, taxi pour officier.
Les dernières Scout furent réformées dans les années cinquante de la British Army.

"" Caractéristiques du Scout car Mk II ""
Dimensions : longueur, 3,20 m; largeur, 1,70 m; hauteur, 1,50 m.
Armement : 1 Bren ou plus rarement une Vickers K.
Moteur : 6 cylindres Daimler de 2,5 litres à essence.
Équipage : 2 hommes.
Vitesse sur route : 88 km/h.
Autonomie : 320 km.   


Source de la photo: Le site web   encyclopedie-des-armes.com 


"" Les maquettes Airfix et Tamiya au 1/35 ""


 
 
 
 
 
 
 
 
 


Jean-Henri / Jean-Marie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire