Les Crashs d'avions Alliés et français en 39/45 sur notre territoire.





"" Le travail d'un grand passionné ""

Interview de M. Daniel Carville, par M. Michel Auburtin.
Dessin de M. Philippe Abbet.




Michel Auburtin qui est un ami de longue date, et étant toujours en correspondance grâce au magazine "La lettre d'informations aéronautiques" aux éditions Calameo, avons convenus tous les deux de réaliser un article sur un passionné de l'histoire aérienne, en particulier sur les "Crashs d'avions Alliés sur le territoire français en 39/45".
Ce document sera tout droit sorti de la plume de Michel, avec l'interview de M. Carville Daniel.

Portés disparus : Je ne vais pas vous parler du film "Portés disparus" de Joseph Zito de 1984 avec Chuck Norris, mais de Daniel Carville, concepteur du site internet :  "France-Crashes 39/45".
Nous allons faire plus ample connaissance avec ce passionné d'aviation de la Deuxième Guerre mondiale.  

Après avoir travaillé dans le matériel de radiologie et terminé ses 15 dernières années professionnelles dans la programmation informatique, c'est tout naturellement que Daniel Carville pris sa retraite en 1996.
Né en 1937, Daniel se souvient, quand il était gamin, avoir aperçu des formations de bombardiers passer au-dessus de chez lui et même avoir suivi un jour un combat aérien dans le ciel rémois.  Pris par le virus de l'aviation, il pratique l'aéromodélisme et regarde les reportages sur l'aviation à la télévision.
Un jour, il rencontra des personnes de l'ANSA (Association Normande du Souvenir Aérien) qui lui firent part de leur travail de recherche sur les crashs en Normandie.
Après s'être entretenu avec les membres de cette association, une idée germa en 204 dans l'esprit de Daniel Carville : pourquoi ne pas informatiser ce type de travail de recherche ?
C'est alors qu'il se lança dans la conception d'un logiciel qui permettrait de retrouver l'histoire d'un crash aussi bien à partir de l'avion lui-même qu'à partir de l'un des membres de l'équipage.
Fort de 2000 fiches à son actif, c'est en octobre 2008 que le site internet de Daniel Carville vit le jour. A la grande surprise de son créateur, le succès fut immédiat.
La page d’accueil du site : France-Crashes 39-45
(4000 visiteurs par mois.) 

M Carville: "Ayant commencé par les crashs de la Marne, j'ai progressivement étendu la zone de recherche pour en fixer les limites géographiques au territoire national, depuis la déclaration de guerre jusqu'à la capitulation de l'Allemagne. J'ai démarré en ignorant l'étendue de la tâche. Je pensais avoir à réaliser 3000 à 4000 fiches. Je ne soupçonnais pas qu'il y en eu autant de pertes sur le territoires français.
Mon site est une compilation de tout ce qui se trouve dans les archives, les listes officielles, les livres et revues. Chaque information est vérifiée et recoupée dans la mesure du possible. Je crée une moyenne de 700 fiches nouvelles par an, mais ces fiches sont retravaillées en permanence, en fonction des éléments nouveaux me parvenant.
Au hasard des fiches, on découvre le courage dont faisaient preuve les aviateurs partant de jour ou de nuit dans des missions de plusieurs heures sans certitudes de retour, les évacuations en parachute sans aucun entraînement, des chanceux (très peu) ayant sauté sans parachute et survivant. On y trouve aussi les rapports manuscrits des évadés américains, traversant les Pyrénées parfois en chaussures de ville, avec l'aide apportée par la population, dont beaucoup ont payé de leur vie ces actes courageux.
Malheureusement, il y a aussi les trahisons... 
Morane-Saulnier MS.406 du groupe de chasse II/6 abattu par la Flack sur le territoire.
Source: Avions et Pilotes n°14 aux éditions Atlas.   
Le 18 mai 1940, à l'issue d'un combat, le lieutenant Marin-la-Meslée pose son Curtiss sur le ventre.
Source: Avions et Pilotes n°14 aux éditions Atlas.   
Ce Lancaster BV1, immatriculé ME 703 et porteur des lettres UL (lettre-code du sqdn 576), atterrit en catastrophe au retour du raid sur Mailly-le-Camp. Il semble que la tourelle de queue et une partie de l'empennage se soient brisés lors de l'atterrissage, tandis que l'appareil sortait de la piste en cheval de bois. Son équipage eut plus de chance que ceux des 42 avions portés manquants dans la nuit du 4 au 5 mai 1944. Leurs points de chute sont notés sur la carte du plan de vol reproduite ci-dessous.
Source: Connaissance de l'histoire n°40 de novembre 1981 aux éditions Hachette.
Plan de vol de la R.A.F. sur Mailly-le-Camp exécuté dans la nuit du 4 au 5 mai 1944. L'itinéraire à trois branches amenait les 346 Lancaster vers le nord de Paris. Chaque cercle rouge indique le point de chute d'un bombardier abattu. Leurs épaves jonchaient le sol au nord et au sud de l'objectif.
Source: Connaissance de l'histoire n°40 de novembre 1981 aux éditions Hachette.


Michel: "Combien de temps passez-vous par jour sur ce travail ?".
M Carville: Je travaille entre 2 et 8 heures par jour sur le site. Je reçois aussi l'aide inestimable de quelques 300 correspondants français ou étrangers, qui m'apportent leur soutien par le biais de recherches personnelles, de compléments d'informations, de photographies, d'idées pour rendre le site encore plus attractif.

Au fil des années, France-crashes s'est étoffé de pages telles que les cartes des bases au Royaume-Unis, les filières d'évasion et camps de prisonniers, l'histoire des 76 aviateurs déportés à Buchenwald, des récits, des vidéos, des statistiques etc...  Dernière nouveauté : une application pour Smartphone afin de consulter une fiche en extérieur, depuis un cimetière par exemple. A ce jour, il y a plus de 7000 crashs et 25000 aviateurs répertoriés sur mon site, comprenant ceux de l'Armée de l'Air, la RAF, et l'U.S.A.A.F. et la tâche est loin d'être terminée.
Étonnamment, si pour recenser les anglais on trouve les ouvrages de W.R. Chorley pour les bombardiers, Norman L.R. Franks pour les chasseurs et Stan D. Bishop pour les américains, on a beaucoup de mal à trouver des informations sur les crashs de l'Armée de l'Air de 39-40, car beaucoup de documents ont été détruits lors de l'avance allemande pendant ce conflit. Il faut alors consulter des revues ou des magazines, décortiquer et recouper les informations que l'on peut y trouver. Autre difficulté : la période 44/45 au cours de laquelle nos pilotes ont combattu sur des avions alliés, mais dont les pertes ne sont pas prises en compte ni par les anglais ni par les américains.
D'autre part, à ce jour il n'existe pas de recensement des tombes de nos pilotes, autres que ceux inhumés dans des nécropoles, ce qui n'est pas le cas pour les pilotes alliés.
Il est très important que nos aviateurs ne tombent pas dans l'oubli, et c'est pour cela que j'effectue ce travail de mémoire. Il importe de garder à l'esprit que nos pilotes de 39/40 ont fait un travail remarquable avec des appareils souvent obsolètes, face à un ennemi qui bénéficiait de matériel moderne, et ce au prix ultime du sacrifice de leur vie. Je voudrais revenir sur les crashs, car je tiens à préciser une chose importante à mes yeux : "afin d'éviter tout pillage, je ne donne volontairement pas la position GPS de ces points de chute".     

Militaires allemands assis sur un Dewoitine 510, détruit et abandonné par les français sur le terrain du Robinson (52 St Dizier), en été 1940.
Source: L'Aéronautique et Saint-Dizier, le Robinson 1913-1946. Crédit photo BA.113.

Septembre 1944, B 24J "Liberator" du 96 th BG. accidenté suite à une rupturedu système de freinage, sur le terrain du Robinson (52 St Dizier), lors du ravitaillement des forces américaines.
Source: L'Aéronautique et Saint-Dizier, le Robinson 1913-1946. Crédit photo Jack Curtis.

Mars 1945, P 47D "Thunderbolt" accidenté au retour de mission près de Laneuville-au-Pont, sur l'aile droite, Jack Curtis.
Source: L'Aéronautique et Saint-Dizier, le Robinson 1913-1946. Crédit photo Jack Curtis.



Michel: "J'ai remarqué que sur votre site vous avez une rubrique qui se nomme "don", quel est son usage ?".
M Carville: "Comme dit le proverbe "Le nerf de la guerre, c'est l'argent", hélas je n'échappe pas à cette règle. Outre le fais de payer l'hébergeur de mon site et un abonnement aux archives US tous les ans, je souhaite acheter des rapports d'évasion aux archives de la RAF et de crashs à celles de l'U.S.A.A.F. (il m'en faut plusieurs milliers, ce qui représente un très gros budget, de l'ordre de 10000 euros, sachant qu'un rapport anglais est facturé 3livre50 par page, et qu'un rapport de crash américain coûte 15 dollar au minimum...) donc comme vous le constatez, toute aide est précieuse et sera utilisée à bon escient".
"Si vous le permettez, j'aimerais lancer un appel à tous les lecteurs. Je recherche tout ce qui peut illustrer les fiches : photos de tombes d'aviateurs français, photos de crash, documents, témoignages, rapports de gendarmerie, rapports de la RAF ou de l'U.S.A.A.F. Une rubrique est disponible sur le site pour les envois de fichiers ou directement à l'adresse mail :   danielcarville@free.fr

Adresse du site :   http://francecrashes39-45.net

Michel: "Je vous remercie très sincèrement, Daniel, pour ce précieux témoignage qui nous éclaire sur votre passion aéronautique".

Cet entretien a été réalisé le samedi 28 mars 2015 à Cormontreuil (Marne) par Michel Auburtin.   


Dessin de Philippe ABBET.
(site: phloxtoon.com )



Daniel Carville/Philippe Abbet
Michel/jean-Marie







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire