Le char anglais Churchill Mark IV et VII.







"" On le baptisa comme cela, en raison de son aspect massif qui rappelait la forte corpulence, du Premier ministre britannique ""
                                                                            
                                                                              Maquette Airfix à l'échelle HO/OO.  Réf: 01304.



Historique: Histoire et maquettisme n°63 de juillet/août 1999.
               Connaissance de l'histoire n°44 de mars 1982.


  
A la déclaration de guerre en septembre 1939, le commandement britannique lança un nouveau programme de char lourd d'infanterie destiné à percer les défenses de la ligne Siegfried. Le projet initial ayant avorté, un second projet fut mis en chantier à l'été 1940 qui aboutit en juin 1941 lorsque les premiers modèles sortirent des chaînes de montage.
Le nouveau tank fut surnommé Churchill en raison de son aspect massif qui rappelait la forte corpulence du Premier ministre britannique. Il se caractérisait par un épais blindage et était équipé du système de direction Merritt-Brown qui permettait de varier le rayon d'un virage en fonction de la vitesse du char : au point mort, l'engin pouvait pratiquement faire demi-tour sur place. An total, le Churchill a été décliné en huit versions

"" Le Churchil Mk-IV ""
L'histoire du char d'infanterie Churchill MK-IV (A22) remonte  à l'A20 de septembre 1939 qui répondait au besoin d'un char capable de franchir les obstacles et un terrain détrempé et bombardé; en somme les conditions de la première guerre mondiale envisagée pour attaquer la ligne Siegfried.
En juin 1940, l'A20 fut abandonné et le directeur des études de chars formula une fiche technique pour un A22. Vauxhalls reçut le contrat d'étude. En raison des craintes d'une invasion allemande imminente, le Churchill passa directement du bureau d'études à la chaîne de fabrication, moins d'une année après la notification du contrat. Il souffrit inévitablement d'incroyables défauts mécaniques. Ce ne fut qu'en novembre 1942, après que les 28 premiers exemplaires, engagés dans le raid désastreux de Dieppe, aient été perdus, qu'on exigeât un programme complet de modifications pour plus de 1 200 Churchill. 
 Photo prise en 1985 d'un char Churchill Mk-IV du musée de Bayeux 14 (France).      Collection personnel.
Le Churchill Mk-IV, un char qui rendit de grands services au cours de la seconde guerre mondiale.        
Source: Connaissance de l'histoire n°44 de mars 1982.


Finalement les défauts mécaniques furent corrigés. Le Churchill était armé d'un canon de 6 livres, puis plus tard de 75 mm avec des mitrailleuses coaxiales et dans la caisse. Il pesait 35 tonnes, avait un blindage frontal de 90 mm et latéral de 76 mm, un moteur Bedford de 12 cylindres d'une puissance de 350 ch, sa vitesse était de 19 à 24 km/h. On utilisa une direction à récupération Merritt-Brown et il y avait 11 galets de roulement par chenille montés sur bras porteurs. La transmission était électrique, solution jugée préférable à la transmission hydraulique.
Le Churchill étai le plus lent des chars en service, il nécessitait un entretien excessif, son canon n'était pas plus puissant que celui des autres chars. Mais les équipages l'aimaient, simplement parce qu'il avait un blindage plus épais qu'aucun autre char allié et pouvait encaisser de terribles coups.
En réalité, son épaisseur maximale de blindage était supérieure à celle de beaucoup de croiseurs légers de la Royal Navy. 
Autre avantage : sa capacité inégalable de gravir les pentes. En Tunisie, après que des attaques répétées aient échoué devant "Long Stop Hill" (une colline de la région de Medjez-en-Bab), un détachement de Churchill réussit à atteindre le sommet de cette hauteur le 26 avril 1943 et cloua l'ennemi au sol jusqu'à l'arrivée de l'infanterie britannique. Il n'y avait pas de défense antichars sur cette position parce que les Allemands la croyait à l'abri des chars. En tout, on construisit 5 000 Churchill et l'armée irlandaise l'utilisait encore en 1968.
A partir d'octobre 1942, on considéra qu'il fallait au moins 6 prototypes pour un nouveau modèle de char. Ces prototypes devaient être essayés sur au moins 3 000 kilomètres avant que commence leur fabrication. Cela sonnait le glas de la commande au stade de la planche à dessin, formule qui s'était révélés désastreuse pour les Churchill, Crusader et Covenanter.
Caractéristiques:   Équipage 5 hommes.
                                Longueur 7,65 m.
                                Largeur 3,25 m.
                                Hauteur 2,45 m.
                                Masse au combat 39,6 tonnes.
                               Armement 1 canon antichar de 57 mm.
                               Vitesse sur route 27 km/h.
                               Autonomie 144 km.
Photo prise en octobre 1942 dans la plaine de Salisbury (Angleterre). Ce Churchill Mk-II armé d'un canon antichar de 40 mm et d'une mitrailleuse Besa de 7,92 mm. Le triangle rouge signale un A Squadron d'un Senior Regiment. Outre le traditionnel béret noir, les tankistes en train de faire un point sur la carte portent une combinaison en toile caoutchoutée dotée de nombreuses poches.
Source: Histoire et maquettisme n°63 de juillet/août 1999.

"" Le Churchill Mk-VII "" 
Source: Le site web : d-day-normandie44.heavenforum.org

Son empattement très long et ses chenilles remontantes à l'avant permettait de franchir des terrains en très mauvais état ou des élévations qui pouvaient stopper d'autres blindés. Cependant le véhicule était très lourd et il était extrêmement lent, il était surtout prévu pour offrir un appui  à l'infanterie. Avec un blindage avant de 152 mm et son système de roulement particulier (11 roues de chaque côté), le Churchill pouvait encaisser plusieurs coups qui aurait mis le Sherman hors de combat.
Les blindés britanniques n'avaient pas une très bonne réputation lors du second conflit mondial, d'ailleurs les Anglais ont largement utilisé le matériel américain. Mais malgré les défauts mécaniques de ses premières versions, le Churchill fut le meilleur char fabriqué par les Anglais. Les chaînes de montages ont produit 5 640 véhicules de 1941 à 1945.
Le véhicule était très polyvalent et adaptable à différentes situations telles que le nettoyage de mines avec le "Fléau"", poseur de pont ou de tapis anti-enlisement pour les plages lors des débarquements et véhicule lance-flammes (version Crocodile) très efficace et redouté par les Allemands.
La version Mk-VII a été prête juste à temps pour participer à la campagne de Normandie et a été utilisée dans les combats du Nord-Ouest de l'Europe.
Totale refonte du modèle Churchill, le poids est porté à 40 tonnes, avec un blindage amélioré. Un nouveau tourelleau apparaît au-dessus d'une toute nouvelle tourelle. L'armement reste un canon de 75 mm du modèle précédent.
Ce modèle restera en fabrication jusqu'à la fin de la guerre.
Caractéristiques:  Longueur 7,54 m.
                                Largeur 3,25 m.
                                Hauteur 2,49 m.
                                Poids 40,6 tonnes.
                                Équipage 5 hommes.
Armement:            1 canon de 75 mm et 2 mitrailleuses de 7,92 mm.
Blindage:               Frontal 152 mm.
Vitesse sur route: 20 km/h.
Vitesse hors route:  13 km/h.
Autonomie:           145 km. 
   Churchill équipé d'une "Bobine". Cette énorme bobine montée sur le châssis à tout faire d'un Churchill pouvait dérouler un tapis de 3,60 m de large sur du sable mou et constituer ainsi un chemin ferme pour les véhicules qui suivaient.
Source: Les armes secrètes alliées n°7 aux éditions Hachette 1975.
Churchill AVRE porte-fascine. Ce véhicule blindé du Génie pouvait transporter sous le feu une équipe de démolition et recevoir en outre divers équipements tels que éléments de pont ou fascines pour combler les fossés. Armé du "Pétard" il pouvait ouvrir des brèches dans les obstacles en béton du bord de mer.
Source: Les armes secrètes alliées n°è aux éditions Hachette 1975. 
Photo prise en octobre 1942 dans la pleine de Salisbury (Angleterre). Ce Churchill Mk-III, variante armée d'un canon antichar de 57 mm. Le carré jaune correspond au B Squadron d'un Second Regiment. (IWM).
Source: Histoire et maquettisme n°63 de juillet/août 1999.


"" La maquette du Churchill Mk-VII d'Airfix ""
Pour changer un peu, je me suis dit pourquoi pas un char, puisqu'il  ne m'a rien coûté.
Cette maquette ne date pas d'aujourd'hui, puisque la première a eu lieu en 1961, cela ne nous rajeunis pas. La réédition que j'ai date de 1986, le plastique est vert foncé, qui se travail bien, le nombre de pièces est de 105, pour de l'échelle HO-OO c'est beau.
Quelques bavures a éliminées, le plus difficiles pour moi, çà a été les chenilles, j'en connais qui vont rire, moi qui n'aime pas les chenilles en plastique, celles-ci étant en caoutchouc.
Les pièces 89-90-91-92-99 et 100 seront à amincir pour qu'elles rentrent bien dans leur logement.

Après avoir effectué le montage, il suffit de passer à la peinture : J'ai mis toute la maquette en HP 4 de chez Humbrol ou le 75. Les chenilles ont mises en 112, brossage léger au 156, puis au 56 pour bien faire ressortir, les mitrailleuses en 53, toutes ses peintures sont de chez Humbrol. J'ai mis les décalques, le vernis satiné, un jus de terre de sienne brûlée ainsi que sur les chenilles, on termine par un vernis mat.  
Il ne reste plus qu'à assembler.



                                                                        Jean-Marie


























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire