Le Sturmgewehr 44" VAMPIR" ou ZG-1229.








"" Détection des objectifs ""
                                                                                               Figurine Dragon modifiée au 1/16. Réf:....



Une partie de l'historique provient du site : Association Fort de Litroz.



Réalisation Gunner Vogt.



L'histoire: Un domaine dans lequel les chercheurs allemands furent particulièrement actifs fut celui de la détection des objectifs au moyen de l'infrarouge. Cela est dû en grande partie à la conviction erronée que l'armée britannique était abondamment équipée de systèmes à infrarouge au début de la guerre.
Un grand nombre de ces dispositifs furent étudiés pour aider les pilotes d'avions à découvrir des objectifs ou pour l'autoguidage des missiles, cependant que, pour le combat terrestre, on produisait de nombreux phares à infrarouge pour la conduite de nuit des véhicules.
L'un des équipement les plus utiles fut le "Vampir", combinaison d'un petit projecteur et d'un périscope pouvant s'adapter au fusil d'assaut Sturmgewehr 40 ou Sturmgewehr 44. Quoique d'une bonne efficacité, c'était un dispositif compliqué et lourd, et il apparaît que même lorsqu'il fut donné aux combattants, ceux-ci l'utilisèrent rarement.


"" Le Sturmgewehr 44 Vampir ""
Pesant 2,25 kg, le système de visée nocturne "Vampir" est constitué de deux éléments montés sur le rail; la partie inférieure comprend une lunette de visée nocturne BIWA ZG 1229 sensible à la lumière infrarouge, contituée par une lampe diode Typ 128 de focale 750 mm et d'un champ de vision de 2°. Au-dessus de la lunette est fixé un projecteur infrarouge miniaturisé de 10 cm de diamètre et d'une puissance de 36 watts, composé d'une lampe tungstène éclairant à travers un filtre laissant seulement passer le rayonnement infrarouge.
Celui-ci illumine la cible et est capté en retour par la lunette réceptrice.
Les batteries d'alimentation et les autres accessoires du système "Vampir" sont placés dans un sac qui est fixé sur le dos du fantassin grâce aux deux bretelles de suspension du harnais Traggestell 39. Ce sac contient un boitier rectangulaire en bois renfermant les batteries de 30 volts du projecteur et un étui de masque à gaz modifié contenant un second accumulateur pour alimenter la lunette. Les batteries ont une autonomie de 3 à 5 heures, selon l'utilisation qui est faite. L'ensemble de l'équipement pèse 13,5 kg et remplace le paquetage standard du Landser. 
Ce dessin montre un Sturmgewehr 40 avec viseur infrarouge. Le "Vampir" ou ZG-1229, viseur à infrarouge monté sur une mitraillette MP 40 standard. Alors que les Allemands développaient de nombreux appareils à infrarouge, ils négligèrent longtemps la production d'un dispositif de pointage de nuit, de sorte que peu de ces appareils arrivèrent dans les unités avant la fin de la guerre.
Source: Les armes secrètes Allemandes n°2 aux éditions collection document Hachette. 


Le "Vampir" porte à environ 100 mètres, l'image perçue par la lunette ZG 1229 étant décrite comme d'une grande luminosité et présentant un très bon contraste.
Un homme debout peut être aisément discerné à une distance de 73 mètres, surtout s'il se déplace, son mouvement produisant une traînée luminescente dans le viseur. La portée réduite du rayon infrarouge limite toutefois son emploi aux compartiments de combat les plus courts, comme les embuscades, le combat de localité ou les opérations en forêts. Ceci est d'autant plus vrai que le poids de 2,25 kg du système de visée ajouté aux 5,22 kg du StG44 ne devait pas faciliter la visée du Waffen-Grenadier dans l'obscurité. 
Le SS-Sturmbannführer
Otto Skorzeny
Source: Collection personnel.
Mis au point dans les tous derniers mois du conflit, le dispositif "Vampir" ne sera produit qu'en nombre réduit par les firmes LEITZ, AEG et le Reichspostforschungsanstalt (institut de recherches de la poste du Reich). Un document daté du 14 décembre 1944 et émanant du Chef der Heerresrüstung und Befehlshaber des Ersatzheeres, répertoriant les projets en développement, indique que 200 "Vampir" viennent d'entrer en production.
Il est précisé que ces appareils sont destinés à des missions spéciales, probablement celles relevant des SS-Jagdverbände du SS-Sturmbannführer Otto Skorzeny. Cette même note mentionne une requête du Generalinspekteur der Panzertruppen pour la fabrication d'un autre lot de 300 systèmes "Vampir" destinés aux Panzer Division, mais comportant des modifications non précisés.
En tout, on estime qu'au moins 310 exemplaires de ce dispositif de vision nocturne ont été produits, peut-être plus.
La réalisation du Sturmgewehr 44 "Vampir" en scratch au 1/16 de Gunner Vogt, un très beau travail.    (Apologies for the picture is blurry!)  






"" Le travail remarquable de Gunner Vogt ""
Je n'ais pas fini de vous montrer les réalisations de Gunner Vogt, je n'ais que l'embarras du choix. Les mots qui suivent sont de Gunner, il explique le travail effectué pour arriver à ce petit chef d-oeuvre. 
La figurine Dragon qui a servit de modèle de base.

-- Vu que la plupart de mes figurines sont cassées, ou des accessoires allant avec, j'ai décidé de les recycler et de les adapter toutes au thème de mon armée.
Donc pour aller avec, ou sur le jagd, un fantassin équipé d'un système "Vampir" amélioré en 1946 pendant les combats pour la reprise de Köknigsberg (ce qui n'a jamais eu lieu).
Comme le Sturmgewehr 44 était cassé au niveau du canon, j'en ai profité pour l'adapter aussi au thème combat de nuit pour y placer un silencieux, ce qui ne dénotera pas et donne un aspect moderne.
Sur la figurine: Un pack d'alimentation dorsale issus de mon esprit et qui fait plus aboutis que celui dont ils étaient en 1945, le Sturmgeweehr 44 définitif et son raccordement électro, et enfin des lunettes de vision nocturne IR inspirée des masques faciaux intégraux des armures panzer de Jin-roh, et de la nouvelle garde teutonique dans block 109. Comme ma figurine est représentée en train de fumer et de picoler après la victoire du jour, ce sera qu'un masque...  

"" Les photos de cette figurine Dragon ""


                                                        Gunner/Jean-Marie




                                                   






















Aucun commentaire:

Publier un commentaire