Automoteur d'artillerie 152 mm Type 83 (Chine).








"" Une arme redoutable ""
                                                                                          Maquette Trumpeter au 1/35.   Réf: 00305.





Je tiens à remercier le site:  www.apl-chine.com  pour l'historique de cet automoteur ainsi que la photo.
Maquette montée par Jean-Henri Filliol du club maquettiste de Labry 54.



Historique: Le type 83 a été développé par l'usine 674 (devenu Harbin First Machinery Building Group Ltd).
Sa production a commencé à partir de 1983 et il est présenté au public pour la première fois lors de la parade de la fête nationale le premier octobre 1984, 78 exemplaires seront produits jusqu'en 1990.
Le type 83 est équipé d'un canon de 152 mm sur châssis de type 321. Il peut tirer toute une gamme d'obus, dont des projectiles à guidage laser.
La portée maximum du canon de 152 mm est de 17,2 km et de 21,5 km avec un obus à propulsion assisté. Le type 83 est équipé avec un chargeur automatique, cela lui permet de tirer à une cadence maximale de 5 coups/minute.
La tourelle a une élévation maximum de 62 degrés. Le type 83 est doté d'un équipement de vision nocturne, il n'a pas de système de protection NBC.
Caractéristiques: Type artillerie automotrice.
Lieu d'origine: République populaire de Chine.
Conçu: 1980.
Production: De 1983 à 1990.
Poids: 30 tonnes.
Longueur: 9,8 m.
Largeur: 3,24 m.
Hauteur: 3,50 m.
Equipage: 5 hommes.
Calibre: 152 mm.
Traverse: 360°.
Principal armement: 152 mm obusier.
Armement secondaire: Une mitrailleuse 12,7 mm anti-aérien.
Moteur: Un WR4B-12V150LB 12-Cyl diesel 520 ch (382 kW).
Suspension: Barre de torsion.
Autonomie: 450 km.
Vitesse: 55 km/h.
Très belle photo concernant le sujet.  Source: Le site www.apl-chine.com


La maquette: C'est sans surprise que cette maquette nous viens tout droit d'un fabriquant Chinois. Superbe maquette, rien à dire sur le moulage, mon ami Jean-Henri m'en a fait aucune remarque. Ah, si seulement ces fabricants nous remettaient certaines maquettes que j'ai connu dans les années 50/60, dépêchez-vous on commence à ne voir plus très bien ?.
Je vais faire maintenant la description et le montage de cette maquette, grâce aux photos et récits de Jean-Henri.

Les récits ont toujours une pointe d'humour ?


On attaque les dessous de sapin avec une petite chinoiserie (dans tous les sens du terme...), toute simple et toute bête à monter, sans prise de tête, cool... Le plastique est agréable à travailler, peu de bavure, des pastilles d'éjection placées dans des endroits peu visibles, ça s'emboîte sans problème, en résumé c'est pas du Tamiya, mais ça mériterait de l'être...


Résultat d'une petite matinée de boulot.
Un petit montage à blanc pour voir si tout colle.
Les sous-ensembles ne seront collés qu'après la séance de barbouille...
Bon bin ça avance doucement mais sûrement, petit essai à blanc pour voir la tronche du train de roulement, va y avoir du sport pour le ponçage des galets et des poulies de tension.
Les différents coffres ont été assemblés et mis en place.
Çà commence un peu à ressembler à un char même si c'est pas collé. 
Là un grand moment de solitude... ponçage du tube avec ses formes tarabiscotées, du frein de tir et du récupérateur... les cylindres en deux parties, ma hantise. Bon maintenant tout est assemblé. Malgré mes bonnes résolutions, vais être obligé de scratcher: ces couillons ont mis plein de détails, mais ils ont oublié le plus important, LA CULASSE... 


Çà avance doucement mais sûrement, sera peut-être fini pour 2025... L'intérieur est peint, faut que je patine, vieillisse, quelques tuyaux, fils etc... Dans le compartiment moteur, mais pas aujourd'hui, y a RUGBY !!!  
Un petit assemblage pour bien appréhender l'infinie mocheté de cet engin. 
Allez, un peu de plomberie sur le bousin, circuit d'injection, tubulures d'échappement et d'admission d'air...

Le gros oeuvre est terminé, quelques petites pièces à rajouter et direction peinturlure:

Et après il sera prêt à aller prendre la poussière près de son frérot sur l'étagère des bizarreries chinoises...

Petit retour sur la bête en mode feignasse; la 12,7 est montée ( c'est pas du tout cuit...) et peinte et installée provisoirement sur le tourelleau, deux chutes de PM pour figurer les supports de la scie car cette dernière ne sera pas montée (la flemme de représenter la denture de la lame...) et petite séance de DREMMEL pour tourner un bas-mât d'antenne dans une tige de laiton, celui du kit étant trop moche:  


Mise en place du câblage du démarreur et de quelques bidules pour meubler un peu le compartiment moteur ( tout ça un peu au pif par manque de doc sérieuse): Un sérieux dépoussiérage (merci la macro), lavage et demain direction la barbouille (si j'ai pas la flemme...). 
Le temps était plutôt merdique, j'ai repris le chemin de l'atelier, excellente occasion pour tester ma nouvelle bricolerie, un petit compresseur "hivernal" silencieux pour moi tout seul, junior avait fait main basse sur le précédent; (fini de se les geler au sous sol...).
Comme:
- Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.
- Afin de ne pas mourir idiot.
- Et surtout pour voir ce que ça donne (ça fait un bout de temps que ça me démange...). Premier essai de modulation de peinture sur la sous-couche, et après je ferai des voiles très fin de la teinte finale; pour une première c'est pas trop mais ça devrait pouvoir s'améliorer...
Si la météo se maintient (à la pluie, bien sûr...) demain couche de base.
Camo terminé; no souci pour l'aspect brillant: la bête a reçu deux bonnes couches de Klir sur la trombine...
Je me suis fait suer pour rien à faire la camo sur tout le tube alors que la moitié du canon va être couleur acier; faut être maso...
Petite avancée de cette fin de journée, premiers filtres et jus légers, mise en peinture du train de roulement (merci les Chinois pour le pourtour des galets en blanc...)
Reste les phares et l'antenne à coller, la patine, salir (un peu, les chars chinois semblent bien entretenus...), vernis mat et la bête ira poursuivre son "empoussièrage étagère". 
La compagne de l'obusier. 

Pas trop bossé dessus ces derniers temps, juste quelques jus, je vais lui mettre un léger empoussièrage, filet de cam et bâche et je pourrai attaquer sa petite copine reçu ce matin.
Je viens de m'apercevoir que le phare droit avait morflé... faites chauffer la colle ! Vlà sa compagne.

























Çà sent bon le sprint final, sera fini plus tôt que prévu, peut-être pour 2018.

La bâche, c'est fait, le filet de cam aussi, les câbles de remorquage aussi (faut toujours que je rajoute un truc pour justifier ma réputation de mec qui finit pas... et pour faire durer le plaisir !), l'antenne est en place et la miteuse à reçu son câble d'alimentation, du solénoïde de mise à feu...
Maintenant il faut que je trouve une source fiable et exploitable pour réaliser les fixations avant des câbles de remorquages...  

Petit intermède non musical; comme la modifications initiale des pares ne me plaisait pas, j'ai tout repris à zéro : création d'un outil ad'hoc dans une plaque d'alu, à gauche les trous pour les paraboles et à droite pour les optiques. 



Réalisation des blocs d'optiques.
Réalisation des paraboles.
Les optiques sont collés sur les parties avant du phare préalablement évidées et l'un des deux est peint en noir à l'intérieur.
La parabole (une seule est réalisée, la deuxième étant invisible avec la peinture noire de l'optique) est collée derrière l'optique.
Et au final ça donne ça. Reste plus qu'à coller dans les phares et comme ils sont déjà en place sur l'engin, va avoir du sport.
Cette fois il est fini (quoi que...). J'ai résolu le PB des attaches de câbles : sur une photo trouvée sur gogol, j'ai vu deux espèces de bitonaux juste à l'emplacement de la boucle du câble, j'en ai déduit que c'était une partie du système de fixation, et partant de là, j'ai représentée les deux tiges et rajouté une plaquette et deux écrous papillons  en croisant les doigts pour que ce soit crédible... la bête sera représentée "tout ouvert"... l'empoussièrage tout léger n'est guère perceptible sur les photos, vais peut-être en remettre une couche.


"" La Jeep militaire BJ-212 (Chine) ""
Ma chère et tendre m'ayant donné un avant-goût de fête des pères en m'offrant cette petite bestiole pour accompagner mon 152 mm type 83.
Je n'ai pas résisté à entrer dans le vif du sujet en attaquant le châssis : les étriers fixant les ponts aux ressorts à lames sont hyper-fragiles et pètent comme du verre, je vais les remplacer par des copies en fil de laiton. 
Les supports de carrosserie étant placés un peu bas pour joindre correctement avec le bas de caisse.
Seules les extrémités (1) sont collées à la partie venant sur le châssis (2) est laissée libre pour pouvoir ajuster correctement au moment du collage à la caisse.
Les ponts me semblants un peu "faméliques", je leur redonne du volume en les "enrobant" avec du tube alu de 2 mm. 

Les étriers ont été refaits en fil de cuivre de 0,4 et doté de leur plaque de fixation en carte plastique de 0,2 ces dernières n'étaient pas représentées dans le kit : si j'ai le temps (et pas la flemme...), je mettrai aussi les 16 boulons...




A suivre




















































































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire