Wikipedia

Résultats de recherche

LE G.M.C. CCKW 353. Version citerne Butler (2)




"G.M.C". Version citerne Butler
                                                                                                                               Maquette Hasegawa au I/72.  Réf: 31 121.


Maquette montée par Eric du club maquattiste de Labry




La bonne à tout faire de l'Armée
Sur un terrain d'aviation Allié, un aviateur tente un rendez-vous
galant sous l'oeil amusé de ses frères d'arme qui s'affairent
autour d'un G.M.C. version citerne Butler.  Sujet du diorama.

                Historique:  Le G.M.C. CCKW fut construit, comme le dit Stéphane dans son historique à 562 750 exemplaires. Déclinés en plusieurs versions je ne vous l'apprends plus, on comptera 4 163 G.M.C. dans la version citerne à carburants, tous sortis des usines de Détroit durant les cinq années du conflit.
                La contenance de ses deux citernes était de 750 gallons, ce qui équivaut à 2 839 litres et chaque compartiment pouvait être vidangé séparément grâce à une commande manuelle. Les espaces de rangement sont nombreux avec un coffre de part et d'autre pour les équipements et un espace tout le long pour stocker un important stock de jerricans de 20 litres. Le modèle dont Hasegawa nous propose est présenté avec un treuil à l'avant dans une version cabine bâchée, donc une fabrication après août 1942, avec la roue de secours située entre les citernes et la cabine. 
La boîte Hasegawa
                Le montage:  Le montage de la maquette ne pose pas de problème, fidèle à la marque qui nous propose des pièces s'ajustant très bien. Quelques ponçages restent quand même à faire, mais rien d'inaccessible.
                Toutefois, certains points de la maquette demande à être affinés, voir refaits. C'est le cas pour le poste de conduite et pour la grille de protection du radiateur, vraiment trop simpliste et grossiers. Je préfère m'étendre sur les améliorations plûtot que de vous détailler les phases de montage: si vous savez lire une notice et manier un tube de colle, vous y arriverez.
                Grâce à une documentation photos, j'ai refait l'intérieur de la cabine en carte plastique en fabriquant un nouveau tableau de bord, dont les cadrans y seront peints directement dessus, j'ai fait une séparation pour masquer le moteur et ajouté trois leviers en fil de fer.
                Le pare-brise n'y échappe pas non plus avec l'ajout d'une feuille en plastique transparente pour reproduire la vitre et la pose des essuie-glace. Présenté cabine ouverte, le pare-brise replié sur le capot laisse apparaître le système des moteurs de ceux-ci qui sont refait tout simplement en y collant deux petites rondelles de plastique, accompagnées d'un fil de fer très fin pour réaliser le câble d"alimentation électrique.
                La partie qui m'a demandé le plus de temps et la plus laborieuse est sans conteste la réalisation de la grille de protection du moteur et des phares. Celle proposée avec la maquette ne correspond pas à la réalité. J'ai commencé par supprimer toutes les grilles en gardant juste le contour. Puis, j'ai confectionné du plastique étiré en m'efforçant d'avoir toujours le même diamètre. Après plusieurs tentative... et 10 mètres de fil plastique, j'ai fabriqué celle-ci; à savoir le contour et les 13 barres verticales (et oui, je les ai comptées sur les photos). Pour les phares, le procédé est identique sauf que le diamètre est plus fin.
                Quant aux restes des améliorations, ils consistent en l'élaboration d'une bâche pour la cabine et d'une autre pour la roue de secours. Le procédé: le traditionnel mouchoir en papier trempé dans un mélange d'eau et de colle à bois. ""Y a plus qu'à laisser sécher"". 
                La peinture:  La peinture est faite après montage complet du modèle puisque celui-ci ne présente aucune partie inaccessible.
                Fidèle à mon habitude, j'utilise des peintures acryliques Prince August. La couleur de base est uniformément l'olive drab 889 passée au pinceau car l'aérographe reste encore pour moi un grand mystère dans l'art de dompter cette bête... Une fois bien sèche, un premier brossage à sec est réalisé avec un mélange. Vient ensuite la phase de pose des décalques masqués d'un vernis mat pour atténuer leur brillance. Pour les autres marquages et insignes tactiques, ils ont été peins à la main. Pour ce véhicule, j'ai opté pour la célèbre IOP Airbone (ABIOI), par passion pour la campagne de Normandie 44. Puis les roues sont réalisées en noir 950 patinées en Gris Tank 1942 de la marque Lifecolor UA 076, les phares en aluminium Plata Silver 997, les clignotants et les feux sont un mélange chaotique d'orange, rouge et jaune. 
               Arrivé à ce stade, j'ai commencé le vieillissement en soulignant, dans un premier temps, les creux avec un jus très fluide de noir 950 et de marron chocolat 872. Un dernier brossage à sec en marron kaki 988 additionné d'un goutte de Buff 976 est passé sur l'ensemble des arrêtes de la maquette. Enfin, pour l'empoussièrer un peu, un léger voile de Tierra Oscura 874 est passé en brossage sur le bas de caisse et les pneumatiques.
                Un petit coin de "Green":  La base du diorama est une plaque de carton plume, bien calée dans un cadre photo de 13X15 cm recouvert d'enduit de rebouchage. Puis, le "Green" est fabriqué en mélangeant du flocage synthétique et naturel, le tout fixé à la colle à bois diluée avec de l'eau. Un travail à la peinture vert, marron terre, beige, jaune, s'avère nécessaire pour supprimer les effets synthétiques du mélange.
                Pour moi, une saynète est vivante si on y ajoute des figurines. Et comme à mon habitude, c'est l'excellente marque Preiser qui, avec sa boîte de pilotes et personnel au sol de l'US. Army Air Force (réf: 72502) fourni les figurines aux positions désirées. Ceux-ci seront peints à l'aclylique en me servant comme modèle, des photos de reconstitutions historiques pour la couleur des uniformes.
                Dernier travil: un "trou" vide dans le diorama est comblé avec un amalgame de petit matériel dans ma boîte à rabiot.
                                                                  Eric/Malafon


 Photos de G.M.C. dans des expositions













 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire