Wikipedia

Résultats de recherche

Le Martin TM-61 C Matador



Le TM-61 C MATADOR
                                                                                                                                  Maquette Dahlmann au 1/87.   Réf: 22 600.


                Historique:  L'U.S. Army Air Force développa pendant la Seconde Guerre mondiale toute une série de missiles de croisière. Aucun de ces derniers ne devait cependant survivre au-delas de 1946. L'un des modèles de remplacement fut un bombardier sans pilote de grande dimensions et très puissant, le B-61 A Matador, rebaptisé plus tard TM (Tactical Missile)- 61 A. 
                Confiée à la firme Martin (alors la Gleen L. Martin Aircraft) et commencée en août 1945, la construction du prototype XB-61 ne fut achevée qu'en juillet 1950, un mois après le début de la guerre de Corée.
Le prototype Martin XB-61
                Dotée d'une cellule en métal composite en "nid d'abeille", cette arme ressemblait à un chasseur à réaction sans pilote, avec sa voilure haute et sa queus en T. Son turboréacteur était alimenté par une entrée d'air dorsale affleurante.
                Le Matador était propulsé dans les airs par une fusée auxiliaire géante à propergol solide à partir soit d'une rampe de lancement mobile, soit d'un abri durci (protégé contre les explosions ).
                Equipé de divers types de dispositifs de guidage-radio, il fut construit à plus de mille exemplaires, et un groupe doté de Matador fut déployé en Allemagne de l'Ouest en 1956. Le TM-61 C fut la dernière version construite, c'est celle-là équipée d'un système de guidage normal, qui équipa la nouvelle Luftwaffe.
                Une version perfectionnée à réservoir de plus grande capacité, dotée d'une ogive nucléaire de plus grandes dimensions et de dispositifs de guidage entièrement nouveaux, le TM-76 Mace était déjà à l'étude.
Caractéristiques du Martin TM-61 C
Autre désignation Martin MGM-1 C
Mission : Missile tactique nucléaire.
Nombre construit : Avec les XB-61/YB-61 et TM-61 A, total 1200.
Date du premier vol : Le 20 septembre 1956.
Dimensions : Envergure 8,75 m.
                      Surface alaire ?.
                      Longueur totale 12,08 m.
                      Hauteur 2,98 m.
Masses :       A vide ?.
                     En charge 5 400 kg.
                     Maximale ?.
Performance : Vitesse maxi 1040 km/h.
                        Portée 1000 km.
                        Altitude de croisière 10 600 m.
Motorisation : 1 turboréacteur Allison J-33-A-35 ou A-37  plus un booster Aerojet General.
                       Puissance 2086 kgp + 25855 kgp.
Armement : Une ogive W-5 d'une puissance de 50 kT.
Remarque : Version du TM-61 équipé du système de guidage Shanicle 

TM-61 équipé d'une perche à l'avant
Le Matador, engin de bombardement à
turboréacteur.  Source: Marabout Flash
                           Cet engin téléguidé, de la caégorie sol-sol, était un véritable bombardier sans pilote de 1000 km environ de portée. Il possédait une voilure en flèche et était propulsé par un turboréacteur Allison J-33, atteignait presque la vitesse du son en vol. Il pouvait emporter une bombe atomiqhe et son prix était de l'ordre de 30 millions. En 1954, le Matador équipait certaines unités stationnées en Allemagne, dont chacune comptait 50 officiers et 550 hommes. Un propulseur auxiliaire à poudre servais au lancement qui s'effectuait sans rampe; l'engin était transporté par section qui étaient assemblées en moins d'une heure.
                Prélude:  L'exposition de Belvaux (Luxembourg) en 2007 m'aura permis de trouver un missile (et oui encore un) que je cherchais depuis un bout de temps. Bon, il est à l'échelle HO ou 1/87, moi qui fait du 1/72 nous allons pas chipoter pour si peu, de toute façon je possède une collection de missiles aux échelles bâtardes.
                La maquette:  A la première vue je ne connaissais pas cette marque allemande "Dahlmann", j'ai donc regardé l'intérieur de la boîte, le tout étail enfermé dans un sachet, et je ne voyais pas grand chose. Au retour à mon stand, j'ai ouvert le sachet et à ma grande surprisej'ai vu le nom d'une marque qui était connue dans les années 60, je cite Faller.
                Le moule n'a pas trop vieilli, la grappe principal un peu tordue, le tout se compose de 69 pièces pour le tracteur et la remorque, 7 pièces pour le missile, 19 roues en caoutchouc, 2 vitres pour l'avant du tracteur, (il faudra faire celles pour les portes et la cloison arrière). La planche de décalcomanies n'est d'aucune utilité, il faudra puiser dans la boîte à rabiot. Seule ombre, le plan n'est vraiment pas très explicite. (voir croquis).
Montage et peinture du tracteur
                Avant de passer à ce montage, je vous dresse une liste de modifications et amélioration à effectuer.
          1) Faire un plancher en carte plastique.
          2) percer un trou à gauche dans la pièce n°5 pour la fixation du volant.
          3) Faire un levier de vitesse, un frein à main et des pédales.
          4) Sous le châssis à la hauteur des marches pieds, il faudra aussi combler le jour à la carte plastique.
          5) Combler aussi à la carte plastique le dessous à l'endroit du moteur.
          6) Mettre un petit décal à l'endroit où và le compteur de vitesse.
          7) Ne pas coller les pièces n°11 et 12 comme précisé sur le plan, elles seraient à l'envers.
          8) Bien préparer les pièces n°23 et 24 qui sont les enjoliveurs.
          9) Pour ceux qui veulent, rajouter deux rétroviseurs extérieurs.



                Voilà nous pouvons passer au montage. Je n'ai pas suivi le plan, j'ai commencé à coller les pièces directement sur la pièce n°9 qui est le châssis, si nous faisons comme le plan c'est le "b....l". Pour la peinture, le siège sera en brun suivi d'un brossage à sec, les suspensions en gun métal, le pot d'échappement en métal brûlé, le filtre sur l'aile avant gauche en gun métal, le frein à main et levier de vitesse en acier, le volant couleur fer. Les roues, moyeux en olive drab ainsi que les pièces n°21, les pneus noirs ou gris foncés, les barres de transmission en gris piste.
               Le tracteur lui-même sera en olive drab, nous ferons un brossage à sec pour faire ressortir tous les détails. Après avoir mis les décalcomanies qui sont des étoiles blanches (celles-là nous pouvons les prendre sur la planche), on finira en passant du vernis satiné.
                Il ne restera plus qu'à faire les feux avant en blanc et orange, comme il y a des cavités on les remplit de vernis brillant pour imiter les optiques de phares.
Montage et peinture de la remorque
                Nous pouvons faire dux versions avec cette remorque: Soit le missile en position transport, soit le missile en position de tir (voir le plan), j'ai opté pour la deuxième version.
                La remorque s'assemble bien, il y a juste deux smilblic pour le montage: 1) La pièce n°34, je vous conseille de faire des montages à blanc pour voir vraiment où va cette pièce, si on suit la notice (macache voilou). 2) Les pieds de la remorque, si on suit la notice il en faudrait quatre, malheureusement nous n'en que deux. J'ai donc fait pour le mieux, j'ai mis les deux à l'endroit où toutes les remorques les possèdent. Dernier petit truc il faudra limer un des deux montants pièces n°40 ou 41 pour que notre missile soit bien droit.J'ai rajouté à l'arrière de la remorque deux feux rouges ce qui fait un effet.
                Pour la peinture toute la remorque sera en olive drab, les pieds en gun métal, les pistons en polished aluminium, les barres de transmission en gris piste. Les roues, moyeux olive drab, les pneus noirs ou gris foncés, les vérins d'élévation de la rampe en polished aluminium. Nous chercherons des décals dans la boîte à rabiot pour donner un sigle et numéro à cette remorque. Nous ferons ensuite un brossage à sec pour faire ressortir tous les détails, et on terminera en passant du vernis satiné. La dernière touche sera pour les feux arrière qui seront en rouge Clear Colours.
Montage et peinture du missile
               Avant toute opération de collage, il faudra diminuer par ponçage les lignes de structure en relief, on dirait des dos d'ânes. Le missile s'assemble bien, il faudra mastiquer par endroit, pour un plus bel on percera et évasera le booster (où propulseur à poudre), on rajoutera une antenne équerre à gauche du fuselage, presque à la hauteur de l'aile. Sur le côté droit, pratiquement au même endroit nous collerons une petite écope demi-ronde.
                Pour la peinture, le missile sera en livré gris mouette, le cône jaune et noir + un liseré rouge. Sur la dérive, le cône avant dera rouge et à l'arrière noir, le propulseur sera rouge. En ce qui concerne les décalcomanies il faudra chercher dans la boîte pour des étoiles, numéros et deux U.S. Air Force rouge, on terminera par le vernis satiné.
                Le diorama:  Alors là tout simple, un cadre de 28cmX28cm acheté dans une foire fouille, un morceau de carton plume, et voilà l'affaire est jouée.
               Epilogue:  Bon, vous voyiez au 1/87 nous pouvons faire une jolie maquette tout en se donnant un peu de peine et surtout une bonne documentation, merci au Web, car là je me suis régalé !.
               Que peut-on retenir de ce missile amèricain ?. Tout simplement qu'il puise ses origines sur le V1, qui lui a été considéré comme le premier missile de croisière de l'histoire.
                Le Matador était le premier missile de croisière surface surface à ogive nucléaire opérationnel dans les forces américaines, son étude commença en 1947, et oui !... Le programme Matador devait être annulé en 1949, le conflit coréen lui redonna la priorité dans les programmes de l'U.S.A.A.F., il fut remplacé par le Martin Mace TM-76 en 1959.
                                                                        Malafon
Matador TM-61 A prêt à être tirés. Source: Science et Vie 1959
                            Des Matador TM-61 A, on peut voir le personnel pour le lancement à chaque Matador. Je me pose la question, étaient-ils tirés de cette façon ?.
Martin TM-76 Matador n'était qu'une bombe volante. Source: Minidoc n°1



































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire