Deutsches Forschungsinstitut Für Segelflug DFS 194



DFS 194
                                                                                                                                             Maquette PM Model au 1/72.  Réf: PM-215 




               Historique:  L'origine du DFS 194 remonte à 1926, année au cours de laquelle Alexander Lippisch construisit son premier planeur sans empennage. L'ingénieur réalisa par la suite de nombreuses ailes volantes à moteur, puis s'intéressa à la propulsion par fusée. Il n'est dons pas étonnant que le Reichsluftfahrtministérium (RLM) se soit adressé à lui, en 1937, pour lui demander de réaliser un appareil susceptible de servir aux essais du moteur fusée Walter I-203 destiné à équiper des avions pilotés.
                Ce propulseur utilisait deux produits chimiques qui mis en contact, produisent une réaction très violente: l'eau oxygénée et une solution aqueuse de permanganate de calcium, appelés respectivement T-Stoff et Z-Stoff. Ces produits étant corrosifs, il fallut construire l'appareil en métal; comme le DFS (Institut allemand de recherche sur les planeurs) n'était équipé que pour travailler le bois, la réalisation du fuselage fut confiée à Heinkel.
                En fait Heinkel ne devait jamais construire ce fuselage métallique, mais créa son propre avion fusée, le He 176, dont les essais conduits en juin 1939, amenèrent presque les services officiels à perdre tout intérêt pour ce mode de propulsion.
                Dépité, Lippisch quitta le DFS pour s'associer avec Messerschmitt. Ce dernier ne cachait pourtant pas son dédain pour les recherches de l'ingénieur allemand, à ses yeux sans grand avenir, mais permit à Lippisch de poursuivre ses travaux avec une petite équipe.
                Dès la fin de 1939, ce décida que son DFS 194, quoique construit entièrement en bois pourrait être propulsé non par un petit moteur à piston, mais bel et bien par un moteur fusée.
                L'appareil arriva, au début de 1940, à Karlshagen, l'aérodrome d'essais de Peennemünde, où l'on procéda au montage du I-203. Le 3 juin, Heini Dittmar, célèbre pilote de  
planeurs, effectua le premier vol, qui donna entière satisfaction; la machine était parfaitement manoeuvrable. Quoique prévue pour voler à 300 km/h, elle allait bientôt non seulement atteindre 545 km/h en vol horizontale, mais encore faire preuve d'une vitesse ascensionnelle hors du commun.
Pour Lippisch, c'était la réussite. La société Walter venait de mettre au point le II-203 B, qui fournissait 750 kgp et qui devait faciliter le décollage des avions lourds. En outre, elle travaillait sur un engin plus puissant encore. Lippisch reçut pour instruction de créer un intercepteur qui pût en être équipé. Son autonomie ne pouvait être que très limitée, mais cela ne constituait pas un problème, l'avion étant destiné à la défense d'un objectif précis et ne devant décoller qu'à l'arrivée des bombardiers ennemis. Il reçut la désignation de Me 163 B, s'appliquant à six prototypes équipés du II-203 B.
Caractéristiques du DFS 194:  Moteur fusée Walter RI-203.
                                                 Poussée du moteur 400 kp.
                                                 Envergure 10,40 m.
                                                 Longueur 6,40 m.
                                                 Hauteur 2,15 m.
                                                 Vitesse maxi 550 km/h.
                            Heini Dittmar:   *30/03/1911  +28/04/1960.
                           T-Stooff:   80% de péroxyde d'hydrogène (H 202) avec de l'oxyquinoline (C9H7NO) ou du phosphate de sodium (H2NaO4P) comme stabilisateur.
                           Z-Stoff:   solution aqueuse de permanganate de calcium (CaMn04) ou du permanganate de potassium (KMn04).
Le Lippisch DFS 194 (Revue Avions et Pilotes)

Plan trois vues sur le DFS 194
Lippisch DFS 194 projet de 1939

Le Messerschmitt Me 163 B
                La maquette:  PM Model en 1994, nous a sorti la maquette du DFS 194. C'est vraiment un modèle qui pourrait se monter en une nuit, avec un nombre de 12 pièces + la verrière, la gravure étant en creux. Les ailes demanderont à être affinées, l'antenne pièce 7 sera refaite en plastique étiré, elle est vraiment trop grossière (voir documentation Fana de l'Aviation n°327 et la maquette elle même). Il faudra faire un masticage aile fuselage, sinon pour le restant cela ira. Cette maquette existe aussi en vacuforme dans la marque VP Canada au 1/72.
                Au départ le DFS 194 était un planeur qui devait recevoir un moteur à piston, on lui donna plutôt le moteur fusée Walter I-203. Le professeur Alexander Lippisch en était l'inspirateur, cet avion ne l'oublions pas, permettra le développement du Me 163, lequel a joué avec le mur du son. 
                Le montage:  Nous commencerons par le poste de pilotage, il faudra trouver dans la boîte à rabiot, un siège, refaire un manche à balai, des palonniers et un décal pour le tableau de bord.
                Tout l'intérieur sera en RLM 02 (humbrol 92), ainsi que le siège, confectionné des harnais, peinture (humbrol 93), boucles en argent. L'appui tête sera brun, manche à balai noir ainsi que les palonniers.
Heini Dittmar montant dans le DFS 194
Photos Fana Aviation n°327, c'est le sujet du diorama
                Il faudra mastiquer les ailes après collage car il y a une légère dijointure. Après affinage de la pièce 10 nous monterons le chariot largable avec les roues, peinture gris foncé (humbrol 67), les roues, moyeux (humbrol 74) les pneus flat noir (humbrol 33), le patin sous le fuselage sera couleur bois, ainsi que celui à l'arrière.
                Peinture:  Tout l'avion sera en RLM 05 (humbrol 74). Rien à dire pour la verrière, elle est limpide et pas épaisse, les montants seront aussi RLM 05. Sortie du moteur fusée en métal bruni (humbrol 53 avec une pointe de humbrol 12), pour finir une couche de vernis satiné.
                Les décals:  Néant, le DFS 194 n'avait aucune marque.

                          
Epilogue:  Alexander Lippisch (1894-1976), contribua très largement au développement de l'aile delta et de l'aile volante. Il laissera d'innombrables projets dont certains ont volés, nous retiendrons le DFS 194 et le Me 163 B qui atteignit 1004 km/h, ou Mach 0,84, le célèbre pilote d'essai Heini Dittmar avait presque franchit le mur du son.
                Après la guerre Alexander Lippisch travailla pour les américains. Nombre de ses projets furent testés, tel que le planeur DM 1 qui devait être monter sur le dos d'un DC 3 et larguer en altitude. Il y eu derrière les projets DM 2 et DM 3.
                Dans cet épilogue nous retiendrons surtout le premier avion à aile delta américain, le Convair XF 92 A, l'avion fut construit avec la collaboration d'Alexander Lippisch, puis vint ensuite les F 102 et F 106.
                                                                         Malafon.









 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire