Le Marcel Dassault Mystère IV-A

Le Mystère IV-A 
                                                                              
                                                                                                                                     Maquette Revell au 1/72. Réf: 04 320.

               Historique:  Premier chasseur pourvu d'ailes en flèche réalisé en Europe;premier avion de combat supersonique produit sur le vieux continent. Après l'Ouragan, Marcel Dassault consolida son succès grâce à la prolifique famille des Mystère et de Super Mystère. Ces machines enrichirent énormément l'expérience technique et technologique de la célèbre usine française et, employées non seulement par l'Armée de l'Air française mais aussi par l'India Air Force et l'aviation militaire israélienne, restèrent en service jusqu'à la moitiè des années soixante dix.
               Le projet M.D. 452 (dénomination originale du second avion Dassault) démarra deux ans après celui qui avait donné vie à l'Ouragan. Il représentait une évolution directe du modèle précédent - principe auquel Marcel Dassault ne dérogera plus: extérieurement, le Mystère ressemblait beaucoup au M.D. 450, sauf dans la forme des ailes, dotées d'une flèche positive de 30 degrés.
               Le premier prototype vola le 23 février 1951. Vinrent ensuite neuf autres appareils expérimentaux, dont trois baptisés Mystère I, deux Mystère II-A, quatre Mystère II-B. A ces machines, s'ajoutèrent onze exemplaires de présérie, les Mystère II-C. La France choisit de mettre ces derniers en production, à partir de 1954: elle en construisit 180.
                Entre-temps, le 28 septembre1952, était apparu le prototype du Mystère IV, version qui ne conservait de la précédente que le nom: les ingénieurs français avaient révisé entièrement la conception des ailes, qu'ils dotèrent d'une flèche positive de 41 degrés et d'une structure beaucoup plus robuste; ils avaient aussi redessiné le fuselage, les plans de sustentation et les gouvernes étaient entièrement commandées par un servomoteur.
                La famille de chasseurs Dassault enregistra une nouvelle évolution importante en décembre 1953 lorsque apparut le prototype Mystère IV-B (réalisé seulement à 16 exemplaires de présérie), duquel découlera en droite ligne le Super Marine de 1955. Les Mystère IV-B servirent surtout à effectuer un intense travail expérimental afin de définir les nombreuses modifications de structure et d'étudier le comportement du nouveau et plus puissant moteur installé. Au cours de ce long cycle d'essais, le 24 février 1954, un Mystère IV-B réussit à être le premier avion français à dépasser la vitesse du son en vol horizontal.
Caractéristiques:  Type. Chasseur bombardier monoplace.
Moteur: 1 turboréacteur centrifuge Hispano-Suiza Tay de 2 850 kgp (license Rolls-Royce); sur les avions de fin de , 1 Hispano-Suiza Verdon de 3 400 kgp.
Performance:  (avec réacteur Verdon). Vitesse maximale au niveau de la mer, 1 100 km/h; distance franchissable avec 2 réservoirs supplémentaires SECAN de 625 litres sous les points d'attaches intérieurs de voilure, 2 280 km; temps de montée à 10 000 m, 7 mn; vitesse ascensionnelle initiale , 40 m/s.
Poids:  A vide, 5 700 kg; maximale au décollage, 9 700 kg.
Dimensions:  Envergure, 11,11 m; longueur 12,89 m.
Armement:  2 canons DEFA 5-52 de 30 mm alimentés chacun par 150 obus, un lance-roquettes escamotable Matra 101 pour 55 projectiles SNEB de 68 mm, généralement remplacé par 1 réservoir de carburant; 4 points d'attache sous voilure pour réservoirs supplémentaires ou charges extérieures diverses.
               La maquette:  Ce n'est pas un moule Revell mais plutôt une reprise Matchbox, une maquette qui était parue en 1987. Même moule, même défauts, elle se compose de 28 pièces+2 transparentes. Il faudra manger des épinards, mettre la baïonnette au canon et attaquer ces tranchées. En effet il faudra une bonne journée de travail pour poncer cette gravure au papier abrasif de 220-500 et 1200; ensuite regraver toutes les lignes de structure. Votre serviteur à d'ailleurs et pour la première fois regravé une maquette.
               Seul bon point pour Revell, une excellente planche de décalcomanies, le film est très fin, les motifs aussi. Nous pouvons réaliser un appareil de l'EC 1/7 qui était à Nancy-Ochey en 1966 ou un appareil de la patrouille de France à Dijon en 1961. Si vous voulez réaliser un autre avion, il existe la planche Carpéna au 1/72 réf: 72 046, là il ya de quoi faire, car nous pouvons réaliser cinq appareils. Signalons au passage que la marque High-Tech a sorti cette maquette au 1/48, et Graphy Air au 1/72. 
Avant de procéder au montage, je vous donne la liste des modifications et améliorations à faire
Poncer et regraver la maquette.
Changer le siège éjectable, ne pas oublier la poignée d'éjection (de mon côté j'ai transformé un siège russe).
Faire un plancher, des consoles latérales, une cloison arrière, des palonniers, un manche à balai, un tableau de bord+décal, et un collimateur.
Lester l'avant de la maquette.
Diminuer l'épaisseur du feu de navigation arrière.
Creuser les orifices des canons de 30 mm et coller deux canons en plastique ètiré ou corde à piano.
Faire un phare d'atterrissage de roulage sur le train avant.
Refaire un tube de pitot.
Faire une antenne fouet sur l'avant gauche de la maquette.
                Le montage du fuselage:  Donc bon courage pour le ponçage, vous verrez-je ne raconte pas de blabla, vous allez avoir une indigestion de plastoc... Tout l'intérieur des fuselages sera en gris noir, ainsi que le plancher, consoles latérales, et tableau de bord. Les palonniers en noir mat, le siège éjectable sera en noir satiné, les coussins kaki, les sangles en ocre mat, la poignée d'éjection en jaune et noir (le siège sera passer ensuite au pinceau sec ou dry brushing). Coller le siège à la fin en veillant à ce que le sommet affleure presque le sommet du carénage de verrière. La tuyère , qui sera en gun-métal, les parois intérieures arrière en noir mat, on colle les deux demi fuselage qui s'assemble très bien.
                Montage des ailes:  Il faut effectuer un masticage sous l'intrado à la jonction des deux demi ailes. Nous collons ensuite les ailes au fuselage, un masticage sera nécessaire pour cette jonction; faire attention au dièdre négatif au moment du collage, indemne pour les stabilisateurs qui seront collés a 90° par rapport à la rérive.
                Les trains d'atterrissage et trappes:  Comme la peintue sera la même que l'avion, j'ai donc collé-le tout sur la cellule, à l'exception des roues que nous mettrons en dernier. Les vérins seront en Chrome Silver, les moyeux des roues en couleur mètal, les pneus en gris noir et les blocs freins en noir métal. J'avais oublié les bidons que vous pouvez mettre, quoique qu'en disent certaines revues qu'ils sont démesurés, (ce qui n'est pas vrai, en voilà une preuve par photo), ils ont vraiment existé de cette manière.
                La peinture finale:  Après avoir masqué l'intérieur du cockpit, tout l'ensemble recevra une ou deux couches de Bare Métal Silver. Le panneau anti-reflet devant le pare brise et les zones de marche sur les ailes en noir mat. Les saumons des ailes en bleu vif, le sommet de la dérive en beige, la trappe d'accès au compartiment radio juste derrière le cockpit en gris pâle, l'antenne UHF en jaune. Reste les canons qui eux seront en gun-métal. 
                Les décalcomanies:  Je possède la planche de décals Carpéna n° 72 046 citer plus haut, j'était tenter de faire le 7-BQ numéro 321 de cette planche, avion qui a été de passage sur la BA 128 de Metz Frescaty et la BA 133 de Nancy Ochey entre 1961 et 1963. Revirement de ma part, j'ai réalisé le 7-CP numéro 235 de la planche Revell, avion qui a été aussi sur la BA 133 en 1966, je trouve la couleur flamboyante; j'ai quand même pris quelques-uns de ses décals sur la planche Carpéna.
                La finition:  Après avoir collé les roues, tout l'ensemble recevra une couche de vernis satiné à l'aéro. Il ne restera qu'à mettre le collimateur, siège éjectable (voir plus haut pour la position)  et la verrière dont les montants auront été mis en peinture Polished Aluminium, on termine par les feux de signalisation.
Conclusion:  Pour 7€ nous avons une belle maquette.

                Epilogue:  L'Ouragan a été le premier avion à réaction français à aile droite. De cet avion est né l'aile en flèche, une lignée d'avions jusqu'à aboutir à l'aile delta, et toute la famille des Mirage.
Mais avant il y a eu la famille des Mystère, Super Mystère B1 et B2, Etendard 4M; Marcel Dassault a été un formidable créateur d'avions, dès sa rentrée de captivité, il s'est mis au service de la France, avec son équipe d'ingénieurs ils ont même construit un gros biréacteur de bombardement stratégique auquel on donna le nom de Mirage IV, cet avion était porteur de la bombe atomique.
Une chose qu'il faut savoir aussi, tous ces avions ont volé de par le monde sous d'autres cocardes, à l'exception du Mirage IV, comme quoi ces avions étaient fiables...
                                                Merci Monsieur Dassault.
                                                                            Malafon.
Le 7-CP sous une autre décoration 
                                                                                                                          Merci à Guy Vaugeois pour les photos.

                           
  Le 8-MN numéro 101 à Metz Frescaty en 1970 (Collection JM.K) 
Le 8-MN numéro 101 au décollage, aux couleurs du 1/8 "Saintonge"














































































































































  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire